Pour la Fed, le Libra de Facebook « soulève de graves inquiétudes »

 |   |  669  mots
(Crédits : Dado Ruvic)
Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a pointé les préoccupations concernant "la vie privée, le blanchiment d'argent, la protection des consommateurs et la stabilité financière" posées par le projet de cryptomonnaie du géant des réseaux sociaux. La Fed a mis en place un groupe de travail pour suivre le projet et travaille en coordination avec d'autres banques centrales.

[Article mis à jour à 18h45]

Le projet de « monnaie digitale mondiale » de Facebook, Libra, n'inquiète pas que les politiques et régulateurs européens. Le président de la banque centrale américaine, Jerome Powell, a fait part de ses préoccupations à l'égard des ambitions du géant des réseaux sociaux, lors d'une audition mercredi 10 juillet devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants, à Washington. Il était interrogé par Maxine Waters, députée démocrate de Californie et présidente de cette commission, sur les éventuelles questions posées par le projet Libra en termes de régulation, d'impact sur la politique monétaire et la stabilité financière (voir la vidéo ci-dessous).

« Tout d'abord, je tiens à dire que nous soutenons l'innovation responsable dans le secteur des services financiers, tant que les risques associés sont correctement identifiés et gérés » a déclaré le président de la Fed, qui a précisé avoir eu une réunion avec des représentants de Facebook deux mois plus tôt.

« Si les promoteurs du projet font valoir que celui-ci peut apporter des bénéfices dans l'intérêt du public, notamment un meilleur accès aux services financiers pour les consommateurs, Libra soulève nombre de graves inquiétudes concernant la vie privée, le blanchiment d'argent, la protection des consommateurs et la stabilité financière », a souligné Jerome Powell.

Importance systémique

Ces sujets de préoccupation « doivent être traités en profondeur et publiquement avant d'avancer » : la Fed a pour cela mis en place un groupe de travail sur le sujet et se coordonne avec le Trésor américain et des banques centrales du monde entier. Tout examen réglementaire du projet devrait être mené avec « patience et attention ».

Les propos du patron de la Fed font écho aux réserves émises par le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau et par son homologue britannique, Mark Carney. Le gouverneur français est revenu sur le sujet ce jeudi 11 juillet lors d'une audition devant une commission du Sénat sur la souveraineté numérique :

« Il n'est pas question que ces projets prospèrent sans respecter les régulations nationales et internationales » a déclaré François Villeroy de Galhau, invitant à « ne pas être naïf » : le projet Libra « correspond à des intérêts privés [et..] n'est pas entièrement guidé, ou seulement guidé, par la recherche du bien commun. »

Interrogé par le sénateur républicain de Caroline du Nord Patrick McHenry sur les raisons de ses craintes pour la stabilité financière, Jerome Powell a insisté sur la taille de Facebook.

« Pour la première fois, nous nous trouvons face à la possibilité d'une adoption très large : Facebook a plus de deux milliards d'utilisateurs. Si des problèmes émergeaient concernant le blanchiment, le financement du terrorisme, ce serait automatiquement d'une importance systémique, rien que du fait de la taille du réseau de Facebook.»

Le groupe fondé par Mark Zuckerberg s'est allié à 27 partenaires, dont des géants du monde financier tels que Visa, Mastercard et PayPal, et de l'Internet des plateformes, comme Uber, Booking et Spotify, et deux opérateurs télécoms, Iliad-Free et Vodafone, pour créer une association à but non lucratif, Libra, basée à Genève, en Suisse, pour gérer l'évolution de la Blockchain sur laquelle seront émis les crypto-actifs ainsi que la réserve constituée d'un panier de devises auquel serait adossée la cryptomonnaie, dont le lancement est prévu début 2020. Facebook a l'intention de lancer un portefeuille numérique, Calibra, et souhaite proposer à terme des services financiers.

Une taskforce sur les "stablecoins", ces cryptoactifs adossés à des devises comme le futur Libra, dirigée par Benoît Coeuré (BCE) dans le cadre du G7 doit remettre un premier rapport le 17 juillet prochain lors d'un sommet des ministres à Chantilly.

--

 [Audition de Jerome Powell mercredi 10 juillet 2019. Crédit : C-span]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2019 à 13:28 :
Le nouveau mouvement
est ce «  concept » suivant :


Déstabiliser » la confiance » des populations.
C’est «  une stratégie » comme une autre...


Pour «  casser » cela
Il faut des mesures de partage équitable :

1) diviser la bourse en 2 catégories :
Le dow jones d’un coté coté,
Les gains numériques de l’autre coté ( gafa et gafam et co)
Facebook change d’avis : pas de libra.( et même schémas partout dans le monde)

Je fais le pari : que en 6 mois la crise mondiale c’est fini et le dow jones descend a « sa vrai valeur » : 14000 dollars et pas un rond de plus...
a écrit le 12/07/2019 à 9:18 :
Powell n'a jamais dit qu'il y avait lieu d'être inquiet. Arrêtons d'agiter la peur. "serious concerns" veut simplement dire qu'il y a encore du travail pour évaluer les risques et s'en prémunir, ce qui est le coeur des métiers de la finance.
a écrit le 12/07/2019 à 4:56 :
aujourd'hui, c'est assez simple : quand le grand banditisme ponctionnaire fait quelque chose pour se remplir les poches, c'est bien pour tout le monde. Quand c'est le privé qui tente quelque chose pour permettre au peuple de vivre, c'est mal
Réponse de le 12/07/2019 à 8:10 :
Sans rire, vous pensez que Facebook oeuvre pour le bien de l'humanité?
a écrit le 11/07/2019 à 17:05 :
Les idéalistes regretteront les banques centrales le jour où leur argent sera au main des gafas en plus de leur vie privée...
Réponse de le 11/07/2019 à 21:03 :
Et bitcoin, vous connaissez ?
a écrit le 11/07/2019 à 14:28 :
Comme d'habitude aux états unis, pays de la pensée à long et très long terme, on accompagne les mouvements de ce genre on essaye pas de les anéantir.

On se doute que les oligarchies financières du monde doivent commencer à fortement paniquer vu qu'ils ont scié la branche sur laquelle ils étaient assis en accumulant bien trop de capitaux dans leurs paradis fiscaux handicapant de plus en plus lourdement l'économie réelle.
Réponse de le 12/07/2019 à 5:18 :
La haute finance ne s'encombre pas d'etats d'ames
L'Europe, a mene deux guerres mondiales, pilotees par le grand capital.
Les hommes, les societes, elle s'en moque, pourvu que les affaires soient prosperes.
Construisez un abri dans votre campagne, il pourrait vous etre utile tres bientot, la troisieme est en gestation. Profond l'abri, hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :