Plus de 5,2 milliards d'euros de primes versés aux salariés des groupes du SBF120

 |   |  437  mots
(Crédits : Eres)
Les entreprises de l'indice SBF 120 ont versé un record de primes collectives en 2018, en hausse de 6,9%, selon le baromètre du partage de profit du cabinet de conseil en épargne Eres. La prime moyenne s'élève à 4.243 euros par salarié.

Avant même la prime Macron, les grands groupes français ont davantage partagé la valeur avec leurs salariés. Le dernier baromètre du partage de profit, réalisé pour la septième année consécutive par le cabinet de conseil et distribution d'épargne salariale Eres, montre que les entreprises du SBF 120 ont versé plus de 5,2 milliards d'euros de primes collectives à leurs collaborateurs en 2018, « un nouveau record historique ». Ce montant, qui comprend la participation, l'intéressement des salariés et l'abondement des plans d'épargne salariale, est en hausse de 6,9% par rapport à 2017. Entre 2012 et 2018, le total des primes a augmenté de près de 20%.

L'échantillon du baromètre ne prend pas en compte les 120 groupes composant l'indice élargi de la Bourse de Paris (qui inclut les stars du CAC 40) mais ne retient logiquement que les 77 entreprises qui publient effectivement les primes et leurs effectifs détaillés France et monde. Il exclut aussi les holdings financières et les foncières pour l'analyse de la répartition du partage de profit.

« Les primes collectives versées aux salariés par les entreprises du SBF120 ont dépassé le montant record de l'an dernier. Cette hausse reflète la volonté des entreprises de récompenser les salariés à l'heure où l'économie se porte bien » estime Pierre-Emmanuel Sassonia, directeur associé d'Eres.

Effet prime Macron en 2019 et 2020

La prime moyenne de partage du profit s'est élevée à 4.243 euros par salarié en 2018, en hausse de 2%, selon les estimations de ce baromètre. Les salariés actionnaires auraient également perçu collectivement 610 millions d'euros sous forme de dividende, un montant quasi stable (600 millions en 2017, 660 millions en 2016). Ce montant est calculé en multipliant la quote-part des dividendes versés en France et la part du capital détenue par les salariés.

Le montant des primes devrait croître fortement en 2019 sous l'effet de la prime Macron et l'an prochain également, du fait de « l'annonce par le Premier Ministre de la reconduction en 2020 de la prime de pouvoir d'achat pour les entreprises ayant signé un accord d'intéressement » souligne le directeur associé d'Eres.

Par ailleurs, la loi Pacte devrait aussi donner un coup de pouce au partage de la valeur au profit des salariés, avec la suppression du forfait social sur l'intéressement versé par les entreprises de moins de 250 salariés (par entité juridique, faisant partie d'un groupe ou non), entrée en vigueur au 1er janvier 2019.

La loi Pacte, promulguée en mai dernier, avait dressé le constat que seuls 35% des salariés d'entreprises de moins de 250 employés bénéficiaient de l'intéressement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :