SESAMm lève 4,4 millions d'euros pour mieux prédire les mouvements des marchés financiers

 |   |  681  mots
SESAMm emploie aujourd'hui 34 collaborateurs.
SESAMm emploie aujourd'hui 34 collaborateurs. (Crédits : Sesamm)
La Fintech a développé une solution permettant d'analyser les données textuelles publiées sur Internet pour anticiper les mouvements des marchés financiers. Sa technologie est utilisée par une trentaine de clients, dont la Société Générale et Groupama Asset Management en France. Grâce à ce nouveau tour de table, la jeune entreprise messine entend accélérer son développement au Japon et aux États-Unis.

En 2014, Pierre Rinaldi, alors étudiant en école de commerce, boursicotait quand il est tombé sur une étude scientifique sur l'influence des réseaux sociaux sur les marchés financiers. Quelques mois plus tard, après être passé dans un laboratoire de recherche pour étudier la finance comportementale et s'être frotté aux salles de marché, il crée avec Sylvain Forté et Florian Aubry SESAMm, une startup dont la spécialité est d'analyser les données textuelles publiées sur le web pour anticiper les mouvements de marché. La jeune pousse vient de finaliser un tour de table de 4,4 millions d'euros mené par Havenrock aux côtés d'autres family offices américains. L'opération porte le montant total des fonds levés à 8 millions d'euros depuis la création de la Fintech.

Analyser les émotions qui agitent les marchés financiers

A l'occasion de cette augmentation de capital, Angelsquare Fintech, structure d'investissement dédiée aux startups de la finance et de l'assurance créée par la plateforme de business angels AngelSquare, réalise sa première opération dans une Fintech. Lors de sa création, en novembre dernier, Angelsquare Fintech s'est fixée pour objectif de réaliser six investissements par an dans des jeunes pousses en phase d'amorçage avec des tickets compris entre 100 et 500.000 euros. « Angelsquare Fintech est intervenu dans le cadre du rachat d'actions d'investisseurs historiques de la société », précise Pierre Rinaldi.

La startup née à Metz a développé une technologie d'analyse de données dédiée aux professionnels de la gestion d'actifs.

«Notre métier consiste à collecter et analyser des millions de données textuelles publiées sur le web. Ce sont des données issues d'articles de presse, de blog et de publications sur les réseaux sociaux. L'idée est d'anticiper les évolutions des marchés financiers à partir de ces données », expose Pierre Rinaldi.

Exemple concret avec la sortie du dernier iPhone où la technologie de SESAMm a été utilisée pour évaluer les émotions contenues dans les diverses publications afin de prévoir l'évolution du cours de l'action de la marque à la pomme. Pour analyser ces montagnes de données, SESAMm s'appuie sur trois technologies : le traitement naturel du langage, l'apprentissage automatique et l'analyse quantitative.

Une trentaine de clients

Sa solution est aujourd'hui utilisée par une trentaine de clients : des hedge funds, des sociétés de gestion d'actifs ou encore des banques. « Nous réalisons plus de la moitié de notre chiffre d'affaires à l'étranger », précise le cofondateur de l'entreprise. SESAMm travaille notamment avec Raiffeisen Bank International en Autriche et Nomura et Nikko Global Wrap au Japon.

En France, elle compte parmi ses clients le gestionnaire d'actifs La Française Investment Solutions, mais aussi Groupama Asset Management et la Société Générale, qui devrait parallèlement supprimer 1.200 postes dans ses activités de marché.

« Nous avons d'abord intégré le Global Markets Incubator de la Société Générale, [un incubateur dédié aux Fintech spécialisées dans les activités de marché, ndlr]. Aujourd'hui, la Société Générale travaille sur des nouvelles approches d'investissement. Nous les aidons à construire des indicateurs d'aide à la décision dédiés à ses équipes de traders », détaille l'entrepreneur.

Plus d'un million d'euros de revenus

La startup commercialise sa solution via des abonnements annuels, dont le prix se compte en plusieurs dizaines de milliers d'euros. SESAMm ne communique pas le montant exact de son chiffre d'affaires, mais indique avoir dépassé le million d'euros de revenus en 2018. Elle entend tripler ce volume sur l'exercice 2019.

Grâce à cette nouvelle levée de fonds, la Fintech prévoit de renforcer son équipe de R&D avec le recrutement de plusieurs profils senior. Les effectifs, de 34 personnes aujourd'hui, devraient grimper à une quarantaine de collaborateurs d'ici la fin de l'année. L'argent frais sera aussi utilisé pour accélérer son développement à l'international, avec l'ouverture d'un bureau au Japon dans les mois à venir. SESAMm dispose également depuis quelques semaines d'une implantation à New York.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :