Société Générale recrute une pro-Fintech comme directrice de l'innovation

 |   |  571  mots
A 35 ans, Claire Calmejane sera la benjamine du comité de direction du groupe Société Générale.
A 35 ans, Claire Calmejane sera la benjamine du comité de direction du groupe Société Générale. (Crédits : DR)
Claire Calmejane, chargée du digital chez Lloyds Banking, rejoindra la Soc Gen et son comité de direction en septembre. Cette ingénieure également diplômée de HEC, spécialiste de la transformation numérique, aura pour mission "d’identifier de nouveaux business et services pour les clients."

Ce sera la benjamine du comité de direction du groupe. Claire Calmejane, 35 ans, va rejoindre la Société Générale comme directrice de l'innovation le 3 septembre prochain. Elle sera directement rattachée au directeur général, Frédéric Oudéa, qui a récemment remanié son équipe de direction. Cette ingénieure informatique, diplômée de l'EPITA et titulaire d'un master HEC, a travaillé pendant six ans chez Capgemini avant de rejoindre en 2012 le groupe bancaire britannique Lloyds Banking à Londres pour s'occuper du digital puis de la transformation des risques.

"Dans le contexte d'accélération de la transformation numérique engagée par l'ensemble du groupe, Claire Calmejane aura pour mission de continuer de diffuser la culture d'innovation et d'identifier de nouveaux business et services pour les clients. Elle sera chargée des investissements dans les startups internes et externes, de poursuivre les actions de veille et les partenariats avec l'écosystème externe, de favoriser l'émergence d'innovations de rupture et de tirer parti des technologies et de la gestion des données pour permettre à Société Générale de proposer à ses clients les services bancaires de demain" indique la banque dans un communiqué.

Cette nomination, qui s'inscrit dans la stratégie « Digital et Innovation » du plan 2020 « Transform to Grow » de la Soc Gen, est un signal fort en interne et en externe : la banque veut montrer l'importance qu'elle accorde à ces enjeux, la nécessité d'un(e) spécialiste du numérique, et pas seulement un expert des métiers bancaires, pour réussir cette transformation. Elle marque peut-être aussi un tournant dans son approche des startups.

Une experte de la Fintech

Jusqu'ici, la SG a pris peu de participations dans des jeunes pousses, si ce n'est la toute récente petite acquisition de la plateforme de financement participatif dans les énergies renouvelables Lumo, l'investissement dans TagPay et il y a trois ans le rachat de l'agrégateur Fiduceo via sa filiale Boursorama.

Lire aussi : Société Générale achète la Fintech verte Lumo pour accélérer dans les renouvelables

Citée dans plusieurs classements tels que le Fintech 35 under 35, Claire Calmejane a contribué à une étude sur la transformation numérique des grands groupes menée par le MIT en 2011 et a mis en place les Labs d'innovation et la Digital Academy chez Lloyds Banking.

"Son expertise en matière de fintech et d'open banking et son engagement auprès du World Economic Forum sur les sujets d'intelligence artificielle et d'automatisation font de Claire Calmejane une spécialiste reconnue de la transformation numérique dans le secteur bancaire et l'écosystème de l'innovation", fait valoir la Société Générale.

La direction de l'innovation, désormais directement rattachée au directeur général , était jusqu'ici dans le périmètre de Christophe Leblanc, nommé en juin 2017 directeur des ressources et de l'innovation en remplacement de Françoise Mercadal Delasalles, nommée à la direction du Crédit du Nord. Christophe Leblanc restera directeur des ressources et membre du comité directeur, supervisant les systèmes d'information, les achats et l'immobilier.

De Lubomira Rochet chez L'Oréal à Maud Bailly chez AccorHotels, en passant par Mari-Noëlle Jégo-Laveissière chez Orange ou Marie Cheval (ex-DG de Boursorama) chez Carrefour, de nombreux grands groupes du CAC 40 ont placé des femmes à la tête du digital, de l'innovation et de la transformation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2018 à 12:55 :
Tiens interessant , pas un profil de haut fonctionnaire pour une fois ..., on devrait avoir plus de contenu que d'habitude....
a écrit le 19/07/2018 à 9:41 :
"nombreux grands groupes du CAC 40 ont placé des femmes à la tête du digital, de l'innovation de la transformation."

Espérons que cela engendrera un peu de pensée à long terme au sein de notre finance aveugle, incapable de voir plus loin que le bout de son nez.

On va vite voir si elles ne sont là que pour faire bonne impression égalitariste ou bien si on compte réellement sur leur efficacité.

Le problème restant que l'actionnaire milliardaire est bien trop détaché des sociétés qu'il a donc soit il met des gens compétents à la tête des entreprises, soit car lui-même incapable de gérer quoi que ce soit du fait de son statut de rentier, soit il vend à des gens qui feront bien.

Par ailleurs le patron frileux préfèrera qu'on lui donne des ordres stupides mais qui lui permettront de se déresponsabiliser plutôt que de chercher l'efficacité et la confrontation obligée entre un propriétaire déconnecté de l’économie réelle et un patron aux responsabilités énormes qui lui ne peut pas se permettre d'être déconnecté de cette réalité.

Une véritable utopie en néolibéralisme donc ou la finance contre l'économie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :