Bouygues Telecom racheté par Drahi ? Une "catastrophe" pour les syndicats

Les syndicalistes invoquent des doublons dans les directions réseaux, les directions informatiques, les directions supports.
Patrick Drahi, propriétaire de Numericable-SFR, aurait offert de racheter Bouygues Telecom pour 10 milliards d'euros environ, selon le JDD.
Patrick Drahi, propriétaire de Numericable-SFR, aurait offert de racheter Bouygues Telecom pour 10 milliards d'euros environ, selon le JDD. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)

Le projet de rachat de Bouygues Telecom par le propriétaire de Numericable-SFR, Patrick Drahi, représenterait une "catastrophe pour l'emploi", selon les syndicats contactés dimanche par l'AFP. L'offre de 10 milliards d'euros qu'aurait formulée M. Drahi, selon les informations du Journal du Dimanche, a été accueillie sans surprise mais avec beaucoup de scepticisme du côté de SFR. Il y avait "des rumeurs" qui circulaient à ce propos mais "pas d'information" communiquée aux syndicats, selon la CGT.

"Le calendrier, si l'offre venait à être acceptée, pourrait correspondre à la fin des garanties du maintien de l'emploi en 2017" prévues chez SFR dans le cadre de la fusion avec Numericable, a poursuivi Fabrice Pradas, délégué central de l'Unsa, premier syndicat chez l'opérateur. "Depuis le rachat par Numericable, nous avions en tête ce scénario", reconnaît-il. Si celui "venait à se confirmer, ce serait une catastrophe pour l'emploi au regard des doublons en interne et dans la filiale telecom", conclut M. Pradas.

Invité du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a dit lui aussi craindre "une catastrophe sociale" en cas de rachat de Bouygues Telecom par Numericable-SFR, estimant qu'il s'agissait d'une "vraie opération financière sans stratégie industrielle".

Même constat chez Bouygues Telecom : le rachat, qui était "attendu même si la direction nous disait tout le contraire", "va être une catastrophe socialement, parce qu'il y a des doublons partout : on aura deux directions réseaux, deux directions informatiques, deux directions supports", a réagi pour l'AFP Azzam Ahdab (CFDT). En cas de rachat, "on va demander et insister pour avoir des garanties par écrit sur le maintien de l'emploi", poursuit le délégué central CFDT, troisième syndicat. "Autrement, il faut s'attendre à un mouvement social d'ampleur" conjointement avec les salariés de SFR, prévient-il.

Pour le syndicaliste, le projet de M. Drahi est "économiquement très dangereux", parce l'homme d'affaires franco-israélien "n'est pas endetté, il est surendetté". Selon le JDD, le patron de Numericable-SFR aurait obtenu "un nouvel emprunt auprès de BNP Paribas" et paierait son acquisition "en cash". "S'il s'agit d'emprunter de l'argent pour casser des emplois, au détriment des consommateurs aussi, ce n'est pas sérieux et c'est irresponsable comme attitude. Les pouvoirs publics doivent intervenir et ne doivent pas laisser faire", poursuit M. Ahdab.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a fait savoir dimanche, dans une déclaration à l'AFP, que "la consolidation n'est pas aujourd'hui souhaitable pour le secteur", notamment au regard de l'emploi. Sceptique, le délégué CFDT affirme qu'il faut désormais "produire ça dans les actes". D'après M. Ahdab, le groupe Bouygues Telecom emploie actuellement 6.300 salariés, auxquels s'ajoutent quelque 2.000 collaborateurs en comptant les boutiques (AFP).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 23/06/2015 à 18:12
Signaler
Les syndicats, qui ne pensent que statuts en bronze pour couler les entreprises. Les syndicats qui ne représentent que quelques petites centaines de milliers d'adhérents sur 15,3 millions de salariés. Les syndicats qui nuisent à l'embauche. Les syndi...

à écrit le 22/06/2015 à 16:31
Signaler
ben faut déjà regarder ce qui se passe chez SFR on aura une idée

à écrit le 22/06/2015 à 14:55
Signaler
Un homme d'affaire Isrellien...Cela veut tout dire...Il suffira à ceux qui pensent qu'Israel doit être boycotté d'aller chez Free pour leurs apprendre qu'on ne veut pas d'eux en France et on ne veut pas de nous chez eux..Qu' Orange le comprenne vite ...

à écrit le 22/06/2015 à 7:38
Signaler
faut etre objectif, en france on n'a JAMAIS vu un syndicat etre d'accord avec quoi que ce soit, donc c'est un non evenement !

le 22/06/2015 à 18:06
Signaler
Et c'est aussi valable pour les syndicats comme le MEDEF, la CGPME, la CAPERB, j'en passe et des meilleurs...

le 22/06/2015 à 18:10
Signaler
Pour une fois les syndicats ont raison.Drahi est entrain de monter un empire sur du vent,on sait comment ça finit.Entre temps il aura fait licencier pour rien des salariés,avant d'exploser lui meme

à écrit le 22/06/2015 à 6:07
Signaler
... je suis d'accord avec les syndicats, au du du précédent avec sfr... Pas de sous, pas de rachat... je suis pour le paiement comptant. Encore une future catastrophe... sociale et économique...!!

à écrit le 21/06/2015 à 22:17
Signaler
La France devenu le paillasson de tous les fraudeurs fiscaux La France le pays des brebis faut en profiter pourquoi se gêner.

à écrit le 21/06/2015 à 22:06
Signaler
Un Israélien donc ! Je suis contre la double nationalité, il faut choisir ! En plus, France et Israél ! La honte (enrichi par le vol des biens palestiniens) et le danger pour le domaine technologique français. C'est encore plus nécessaire dans ce cas...

à écrit le 21/06/2015 à 21:27
Signaler
comme si le ministre y connaissait quelque chose en économie. comme si les syndicats voulaient vraiment défendre les emplois, que les politiques fragilisent à l'excès en imposant un 4° opérateurs en France ( merci sarko) alors que partout en Europe...

le 21/06/2015 à 23:22
Signaler
Il y a quatre opérateurs dans la pluspart des grands pays européens : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_opérateurs_de_réseau_mobile_en_Europe et bien plus que quatre aux Etats-Unis (il y a les opérateurs locaux qui ne couvrent qu'une partie...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.