La pénurie de produits japonais impacte de plus en plus d'entreprises

 |   |  644  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Plus d'une dizaine de jours après le séisme et le tsunami au Japon, de nombreuses entreprises sont touchées par des pénuries de pièces. Parmi celles-ci, Sony, Rio Tinto, Toyota, Honda, Canon, Nikon, Apple, PSA, General Motors ...

Plus de dix jours après le séisme et le tsunami survenus au nord-est de l'archipel, l'économie japonaise continue à tourner au ralenti. Et leurs clients commencent, un peu partout dans le monde, à souffrir de la pénurie de composants "made in Japan". Les fabricants d'électronique et les constructeurs automobiles sont apparemment les plus affectés.

Toyota, Honda et PSA...

Lundi Peugeot-Citroën a fait savoir que certaines de ses usines seraient touchées. Mais c'est au Japon que le problème se pose de la façon la plus aïgue pour l'industrie automobile. Toyota, le numéro un du secteur, a fait savoir que ses douze usines d'assemblage japonaises resteraient fermées jusqu'au 26 mars au moins et qu'il n'était pas certain de la date de leur reprise. La production perdue entre le 14 et le 26 mars devrait représenter environ 140.000 véhicules.

Toyota espère pouvoir reprendre les assemblages ce mardi. Son concurrent Honda a également étendu l'interruption de sa production jusqu'à jeudi.mais la pénurie impacte également Sony. L'entreprise est contrainte d'interrompre ou de réduire sa production dans cinq usines supplémentaires au Japon après la catastrophe qui a frappée le nord-est du pays le 11 mars.

La situation empire pour Sony

Sony a annoncé ce mardi que cinq nouvelles usines, principalement situées au centre et au sud du Japon, étaient affectées par des pénuries de pièces en raison de la catastrophe et qu'il fermerait ou réduirait sa production jusqu'à la fin du mois. "Si la pénurie de pièces et de matériaux dans ces usines continue, nous envisagerons les mesures nécessaires, y compris un transfert temporaire de la production à l'étranger", a expliqué le géant de l'électronique .

Une sixième usine à Chiba, au nord de Tokyo, était sur le point de reprendre la production mardi, mais elle pourrait de nouveau s'interrompre en raison des pannes d'électricité qui affectent certaines régions alimentées par l'exploitant de la centrale de Fukushima-Daiichi, Tokyo Electric Power (Tepco). Sur les vingt cinq usines que compte Sony au Japon, quinze sont actuellement affectées, dont deux qui sont partiellement reparties la semaines dernière. Sony exploite au total 54 usines dans le monde.

Canon et Nikon ont interrompu provisoirement leur production

Hewlett-Packard a également annoncé ce mardi être en train d'évaluer les effets sur son activité du séisme et du tsunami alors que son bureau de Sendai, proche de l'épicentre de la catastrophe reste fermé. Le groupe informatique a ajouté qu'aucun de ses bureaux situés dans Tokyo n'avait connu de dommages structurels importants. HP a dit recevoir de la part de fournisseurs ayant des usines au Japon des composants utilisés pour la fabrication de certains de ses produits, précisant que son chiffre d'affaires dans l'archipel nippon représentait historiquement entre 3 et 4% de l'ensemble de son activité.

Canon, qui a suspendu toute sa production d'appareils photos jusqu'à jeudi au moins, a fait savoir que le manque d'essence avait affecté ses livraisons de produits et empêché certains salariés de se rendre au travail. Son concurrent Nikon a de son côté insisté sur le fait qu'il espérait reprendre la production dans toutes ses usines au Japon d'ici la fin du mois, mais a prévenu que le retour à ses pleines capacités de production pourrait être rendu difficile par coupures de courant et les pénuries de pièces.

Une puce informatique sur cinq est produite au Jpaon

En fait l'ensemble des produits comprenant des pièces électroniques est susceptible d'être touché par la pénurie de composants "made in Japan".  L'archipel produit environ 20% des volumes mondiaux de puces informatiques et a exporté pour 7.200 milliards de yens (62,4 milliards d'euros) de pièces électroniques l'an passé, selon les recherches de Mirae Asset Securities.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :