Crise entre Thales et Abu Dhabi

Dans un document officiel révélé par La Tribune, les diplomates français alertent le groupe des risques à ne pas signer l'accord-cadre sur les offsets, les compensations pour obtenir les contrats à l'export, mis en place par les Émirats arabes unis.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

C'est un télex diplomatique explosif. Pour Thales, mais pas seulement. Il l'est aussi pour la plupart des enjeux commerciaux français aux Émirats arabes unis (EAU). Selon ce document officiel émis le 18 février d'Abu Dhabi et dont « La Tribune » s'est procuré une copie, la situation de Thales dans ce pays prioritaire pour la France, est jugée « délicate ». « Les prises de position - sur les offsets [les compensations pour obtenir un contrat à l'export, Ndlr] notamment - sont incompréhensibles pour les autorités émiriennes. Elles peuvent impacter négativement les intérêts du groupe aux EAU, et indirectement sur certains projets, nos intérêts globaux », dont la vente de Rafale, s'alarment les diplomates en poste à Abu Dhabi. Ce constat est confirmé par plusieurs sources contactées par « La Tribune ». « Cette attitude paraît de plus en plus intenable sauf à accepter des dommages durables », explique l'ambassade d'Abu Dhabi.

Que se passe-t-il entre Thales, pourtant « qualifié ces dernières années de très bon partenaire » par Abu Dhabi, et les EAU ? À l'origine, une posture du PDG du groupe d'électronique, Luc Vigneron, qui entraîne un conflit avec ce pays du Golfe. Thales ne souhaite pas signer « le cadre des nouvelles règles d'offset mises en vigueur par les autorités émiriennes depuis septembre 2010 ». En dépit de « plusieurs discussions techniques » entre l'électronicien et l'Offset Program Bureau (OPB), notamment à l'occasion du dernier salon de défense Idex à Abu Dhabi, Thales n'a pas réussi à trouver un accord en février en voulant négocier des clauses particulières d'application du cadre général. « Ce qu'aucune société n'a fait à ce stade », assure l'ambassade française. Pourquoi Thales ne veut-il pas signer cet accord ? Le groupe estime que ce nouveau cadre des offsets lui fait courir des « risques financiers ». En clair, le client peut à tout moment réduire sa commande sans pénalités. Pour autant, Safran l'a déjà signé après avoir réalisé une étude financière.

des contrats non notifiés

En dépit de cette situation, Luc Vigneron n'aurait pas infléchi sa position depuis. Et pourtant ce conflit irrite fortement à Abu Dhabi où aucun grand patron français dans l'armement n'avait fait le déplacement pour le salon d'Idex à l'exception de celui de Nexter. À commencer par le patron de l'OPB, Saif Al Hajiri, qui en a référé au prince héritier Cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan. Le PDG de l'OPB a d'ailleurs refusé en début d'année « de recevoir le PDG de Thales ». Irritation également du prince héritier qui, lors de l'inauguration du salon Idex, a visité les stands des grands industriels français... à l'exception de celui du groupe d'électronique. « Cette visite a été particulièrement cinglante pour Thales », relatent les diplomates. Après s'être rendu successivement sur les stands de MBDA et Dassault Aviation, « le prince héritier est passé devant le stand de Thales, pourtant situé entre celui de Dassault et EADS, sans s'y arrêter ».

Que risque Thales ? Plusieurs contrats remportés ne peuvent être pour l'heure notifiés tant que le groupe ne paraphe pas l'accord-cadre sur les offsets. Soit une cinquantaine de millions d'euros depuis septembre 2010. Cette situation « risque d'avoir un impact » sur les compétitions en cours où Thales « est pourtant short listé ». Au-delà, c'est aussi la satisfaction des clients, notamment les forces armées, qui risque d'être « ébranlée ». Ainsi, les clients « commencent à manifester leur impatience, voire une certaine irritation à l'endroit du groupe français ». L'irritation gagne aussi les partenaires industriels locaux de Thales, à l'image d'Advanced Integrated Systems (AIS), mis sur la touche sur un projet d'avion Sigint (renseignement électronique).

En conclusion, les diplomates français alertent Thales des « risques très graves qu'il encourt à s'enfermer dans l'attitude actuelle ». Ils engagent le groupe à avoir « une approche distincte entre les offsets liés au futur contrat Rafale et ses autres projets aux Émirats ». Seul un changement rapide du positionnement de Thales sur la question des offsets pourra apaiser « l'ensemble de la relation avec tous ses partenaires aux Émirats arabes unis, qu'ils soient étatiques ou industriels ». Contacté par « La Tribune », Thales n'a pas souhaité faire de commentaires.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 25/03/2011 à 21:24
Signaler
A quel moment considèrera t on que Luc Vigneron a fait assez de dégâts chez Thales pour le remplacer?

à écrit le 25/03/2011 à 20:35
Signaler
On connaissait déjà ses limites, mais dans le cadre du traitement des offsets LV montre qu'il n'est pas à sa place comme cela a été dit plusieurs fois. Cet homme est un démolisseur, un petit gestionnaire de murs, qui n'est pas à sa place pour faire d...

à écrit le 25/03/2011 à 15:34
Signaler
Au dela de la personnalité controversée de L V ,force est de constater que la clarté n'est pas de mise avec les EAU. Les fameux "offsets" font un peu rétro commissions dans le principe. Tout cela est hautement douteux. Mais avec ce genre de clients, ...

le 26/03/2011 à 14:06
Signaler
Pas du tout , de nos jours , les offsets sont une étape obligatoire pour la quasi totalité des gros contrats d'armements partout dans le monde .. le Bresil , l'Inde ... la Suisse exigent des offsets (par exemple le montant des offsets proposé par Raf...

à écrit le 25/03/2011 à 12:54
Signaler
Les actionnaires majoritaires sont l'Etat et Dassault . Alors où est le problème pour tordre le bras du PDG si c'est la solution ? L'accord de l'ONU n'est pas nécessaire .

le 25/03/2011 à 20:22
Signaler
Parce que Dassault, mon bon monsieur, c'est dassault ! et quand on est Dassault, on consent à peine à vous regarder si, vous êtes le gouvernement, juste pour vous dire ce que vous devez faire ! (j'avais un texte plus argumenté, mais avec les mises à ...

le 25/03/2011 à 20:56
Signaler
Avec les présidentielles qui arrivent Dassault a des arguments de poids dans son portefeuille d'activité pour imposer ses choix face l'exécutif...c'est tout.

à écrit le 25/03/2011 à 9:42
Signaler
Luc Vigneron n'a apporté que des problèmes , la confiance est en chute libre que ce soit chez les clients ou au sein de l'entreprise ... Maintenant que le contrat Rafale aux Emirats est menacé , Dassault va peut etre enfin voir la réalité en face ......

à écrit le 25/03/2011 à 9:29
Signaler
Profiter des contrats pour dérober la technologie n'est pas particulièrement honnête. Résister à ce chantage est certes très difficile. Sur le principe Thalès à raison. Pour une bonne application une règlementation internationale serait nécessaire. D...

le 25/03/2011 à 10:01
Signaler
Dans le cas des EAU, le risque n'est pas tres grand. Ce serait effectivement différent avec la Chine, peut être le Brésil et l'Inde qui ont aussi pur ambition de se develloper, mais pour ces deux derniers je ne suis pas sûr qu'ils aient une grosse in...

à écrit le 25/03/2011 à 9:02
Signaler
quelle est la difference entre des offsets et des "commissions" plus ou moins occultes ?

à écrit le 25/03/2011 à 7:25
Signaler
Il y a un truc qu'il n'a pas "réussi à faire de travers" Vigneron ? C'est un plan avec pour objectif de détruire Thales ? C'est dans les accord avec les allemands sur EADS : pour justifier ensuite que la branche défense d'EADS soit devellopée à parit...

le 25/03/2011 à 9:49
Signaler
Ce qui motive Vigneron ? C'est peut-être simplement l'orgueil, un défaut typique souvent reproché à l'étranger à beaucoup de dirigeants français, à juste titre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.