La riposte (verbale) de Boeing face au succès de l'A320 Neo

 |   |  418  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Boeing "n'a pas l'intention de perdre des parts de marché face" sur le segment des avions monocouloirs. Alors qu'Airbus engrange un nombre spectaculaire de commandes pour son A320 Neo, Nicole Piasecki, vice-présidente du développement et de la stratégie des avions commerciaux de Boeing, assure dans un entretien à latribune.fr que l'avion du constructeur européen aura des coûts d'exploitation supérieurs de 2% à la dernière version des B737.

Que pensez-vous du succès de l'A320 Neo ?

Nicole Piasecki : Je pense qu'il était naturel qu'Airbus remotorise sa famille A320, car ils n'ont pas la technologie nécessaire pour créer un nouvel appareil. Le Neo est bien sûr un succès, il correspond à ce qu'Airbus est en mesure de faire aujourd'hui. Je comprends leur stratégie qui se place plus sur le court terme. A plus long terme, Boeing a l'opportunité stratégique de sortir un nouvel avion d'ici à 2019 qui apporterait des économies en carburant (au siège) significatives de 20%. Il bénéficierait notamment des technologies du B787.

Mais dans ce scénario, seriez-vous en mesure d'accepter une perte de parts de marché sur un marché aussi important que les avions monocouloirs durant la période séparant l'entrée en service de l'A320 Neo fin 2015 et le successeur du B737 ?

Je ne suis pas du tout dans un scénario où Boeing accepterait de perdre sa part de marché. Nous investissons continuellement sur le B737. Depuis le lancement du B737 NG en 1995, nous avons réduit la consommation de carburant par siège de 6 à 7%. Si l'on prend les coûts opérationnels, ils sont sur le B737 9% inférieurs à ceux de l'A320. Et 2% inférieurs à ceux de l'A320 Neo. La consommation de carburant n'est pas le seul critère pour juger de l'efficacité d'un avion. Le Neo sera par exemple plus lourd et les coûts de maintenance plus élevés. Nous n'avons pas l'intention de perdre des parts de marché face au Neo.

Comment analysez la décision d'Airbus d'améliorer l'A350-1000 pour mieux concurrencer le B77-300 ER ?

La décision d'Airbus de repousser de deux ans l'entrée en service de l'A350-800 et 1000 à 2016 et 2017 valide le succès de notre stratégie long-courrier. Ces retards sécurisent les positions du B777 pour plus de temps. Il est en fait très difficile de s'exprimer sur ce sujet car la définition de l'avion change tout le temps. L'A350-1000 sera un très bon avion. Mais nous comptons investir sur la famille 777 pour qu'elle conserve son leadership sur ce segment de marchés des avions long-courriers (300-380 sièges environ, ndlr). Nous étudions toutes les alternatives : lancer un dérivé du 777 actuel ou carrément un nouvel appareil.

Mais, si vous deviez lancer en même temps vos projets sur le moyen-courrier et le long-courrier, les coûts seraient colossaux ?

C'est vrai. Nous devrons séquencier les décisions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2011 à 9:49 :
Il serait opportun à Boeing et Airbus de commencer à réfléchir à une possible entente dans un futur proche afin de s'unir pour concurrencer la filière asiatique qui d'ici quelques années sera en mesure de proposer les mêmes produits qu'eux à des prix sans doute différents. Se souvenir, dans un autre domaine, de l'évolution des japonais avec les automobiles.
a écrit le 22/06/2011 à 10:59 :
le problème N° 1 chez Boeing c'est que l'avion 787 ,mal né , ne fait pas le contrat en performance . Il s'en fau de 10% en moyenne et ceci résulte d'un loupé de l'aile dont la souplesse fait perdre de la portance . Pour faire les distances escomptées il faut brûler plus de carburant au détriment de la rentabilité . Ceci devrait inciter AIR FRANCE à réfléchir ... Personne n'a pu encore vérifier en ligne les capacités réelles de cet avion puique le premier entrera en service au Japon cet automne .
a écrit le 22/06/2011 à 7:59 :
Boeing ne peut pas lancer le développement d'un avion complètement nouveau. La pénurie d'ingénieurs aéronautique et le développement d'autres programmes lourds chez Boeing (787,747-8, KC-46, etc.) empêchera ce dernier de donner le feu vert à une version complètement remodélisée du 737. La voie de la remotorisation semble la plus probable mais il ne reste plus qu'à savoir quand est ce que Boeing l'annoncera?
Réponse de le 22/06/2011 à 10:00 :
n'im por te quoi !!
tout est dit !
a écrit le 22/06/2011 à 7:02 :
à quoi sert d'acheter des nouveaux Airbus dont on sait que la livraison est souvent repoussée . vaut mieux acheter des boeings même s'ils sont vieux
Réponse de le 22/06/2011 à 8:01 :
Il est vrai que Boing, lui, ne repousse jamais la commercialisation de ses nouveaux modeles ...(ils sont tellement mieux qu'Airbus et tout ce qui est Français en général)
Réponse de le 22/06/2011 à 8:08 :
Mais vous oubliez chèr ami que 787 et 747-8 de Boeing subissent des retards aussi important.... l'essentiel c'est d'avoir un avion qui rentre parfaitement dans les conditions du marchés et surtout que les hommes politiques arrêtent leur pression sur les compagnies. Un avion civil doit être rentabilisé, ce n'est pas un avion militaire !!! A bientot
Réponse de le 22/06/2011 à 13:37 :
mais quand tu espérais recevoir l'avion en question cette année et qu'Airbus décide de le livrer que dans 2 ans , je me demande il est où la rentabilité ??
Réponse de le 22/06/2011 à 16:01 :
la rentabilité vient des raisons qui ont repoussé la livraison et qui sont d'économies conséquentes de carburant et en passant de fiabilité du nouveau moteur...
Réponse de le 22/06/2011 à 16:48 :
Et boeing qui devait livrer le premier 787 a ANA mi 2008 et qui ne la la toujours pas livré mi 2011, tu ne crois pas que Boeing est connaisseur en matière de retard ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :