Airbus va fabriquer des A320 "Made in USA"

 |   |  655  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Airbus a officialisé ce lundi l'installation de sa première usine aux Etats-Unis pour y assembler des monocouloirs A320. L'objectif est de se rapprocher des compagnies aériennes américaines et de renforcer la présence d'EADS, la maison-mère d'Airbus, dans le pays.

Quand Boeing produit exclusivement aux Etats-Unis, Airbus choisit quant à lui de délocaliser vers les "terres" de son rival américain en y implantant une nouvelle chaîne d'assemblage d'A320 après celles de Toulouse, Hambourg et Tianjin. L'avionneur toulousain a annoncé ce lundi "l'implantation aux États-Unis d'un site de production dédié à l'assemblage et à la livraison des appareils de la famille A320 (...) basé sur le complexe aéronautique de Brookley ('Brookley Aerospace') à Mobile en Alabama", a-t-il expliqué dans un communiqué. C'est le premier acte stratégique de Fabrice Brégier, seulement un mois après son arrivée à la tête du constructeur européen.

"Le moment est venu pour Airbus d'élargir sa présence aux États-Unis", a estimé le PDG d'Airbus, Fabrice Brégier, qui a affirmé que "cette chaîne d'assemblage nous rapproche de nos clients". Car Airbus produira à terme chaque mois plus de 50 A320neo, la version améliorée de son monocouloir vedette prévue pour 2015, a déclaré lundi à Reuters le directeur commercial de l'avionneur européen, John Leahy. L'avionneur européen compte produire dans cette usine "entre 40 et 50 avions par an". La construction du site sera lancée dès l'été 2013 afin que l'assemblage des avions puisse "débuter en 2015". Les premières livraisons depuis le site de Mobile "devraient avoir lieu en 2016".

Même les plus réticents à cette décision, à l'image de l'ancien président d'EADS, Louis Gallois, font valoir que "la croissance de l'entreprise donne une marge de man?uvre pour implanter une chaîne d'assemblage à l'extérieur de l'Europe sans impact sur les implantations de Hambourg et de Toulouse". Aujourd'hui, le site toulousain produit 14 A320, celui de Tianjin va passer de trois à quatre, le reste étant produit à Hambourg.

Le marché américain des monocouloirs, premier mondial

Le projet de 600 millions de dollars (environ 474 millions d'euros) va permettre à Airbus de mieux profiter du marché américain, notamment celui des avions monocouloirs. Les compagnies aériennes vont devoir remplacer des milliers d'appareils d'ancienne génération, aujourd'hui beaucoup trop gourmands en kérozène. L'avionneur européen estime d'ailleurs le potentiel de ce secteur, premier mondial pour ce type d'avions, à 4.600 appareils pour les 20 prochaines années. Une cible très alléchante pour la filiale d'EADS. D'autant que la part de marché d'Airbus aux États-Unis reste désespérément basse, de l'ordre de 20 % sur les dix dernières années, alors que l'avionneur détient plus de 50 % du marché mondial.

Cette nouvelle usine permettra à Airbus d'augmenter la cadence de production de l'A320 Neo, un "best-sellers", qui croule sous les commandes. Un an et demi après son lancement début décembre 2010, l'A320 Neo avait franchi le 8 juin la barre des 1.400 exemplaires commandés de manière ferme. Soit  une moyenne de plus deux commandes fermes (pas loin de 2,5) enregistrées chaque jour depuis son lancement. Grâce à l'usine de Mobile, les délais de livraison seront fortement réduits pour satisfaire les compagnies aériennes américaines.

En ligne de mire, les contrats dans la défense

L'annonce d'Airbus fait des heureux, notamment du côté des sénateurs et des membres de la chambre des représentants de l'Alabama, de l'Ohio, du Mississipi et de Floride. "Ce projet va permettre de créer 1.000 emplois stables et bien rémunérés", pointe le gouverneur de l'Alabama, Robert Bentley, alors aux côtés de Fabrice Brégier lors de l'annonce officielle. La création d'emplois aux Etat-Unis pourra être un atout déterminant pour l'obtention de contrat avec le département de la Défense américain. Le souvenir du contrat de 35 milliards de dollars avec l'armée de l'air américaine que Boeing a arraché in extremis des mains d'Airbus est encore présent dans les esprits. "Nous y avons acquis beaucoup d'expérience et nous nous y sommes fait des appuis solides", explique Tom Enders, le président d'EADS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2012 à 14:46 :
le Brésil interdit l'importation de Ipad fabriqués en chine. Appel construit une usine au Brésil.
Airbus veut mieux s'implanter auprès des compagnies US: il construit une usine aux USA.... etc.
si cela n'est pas du protectionnisme, qu'est ce? Il n'y a que la France, à travers ses dirigeants à être assez naïfs pour vouloir continuer à respecter des règles obsolètes et accepter la délocalisation de ses usines en chine, l?importation massive de biens fabriqués en chine sans y mettre de droits d'entrée, car la chine est classée parmi les pays émergeant dispensés de taxes d'importation !
a écrit le 03/07/2012 à 13:18 :
C'est nouvelle usine Airbus est située dans la ville de Mobile dans l'Alabama : zone inondable, souvenez vous de l'ouragan Katrina ... Bien vu Airbus, investir 500 millions d'euros dans une zone inondable, chapeau bas
a écrit le 03/07/2012 à 12:16 :
C'est intelligent, vu que 40% du parc américain doit être renouveller, le fait qu'un usine airbus soit la bas
c'est tout benefice, Boeing est totalement en panqiue et il cri au scandale contre cette installation.
Il faut continuer a ameliorer le A320, meilleure maintenance, meilleur moteur, c'est la pepite d'airbus.
Ca ne va pas nuire à Toulouse, bien au contraire, on aurait eu que des miettes sur le marché des usa,
maintenant on assure l'avenir.
a écrit le 03/07/2012 à 9:18 :
Eh oui, les USA sont attractifs pour les entreprises, en tout cas plus que la France, et c'est pas parti pour s'arranger avec les bisounours au pouvoir. Et les media pourraient faire un article sur la chimie qui va s'installer aux USA car le gaz y est beaucoup moins cher, grâce au gaz de Schiste. La chimie étant grosse consommatrice d'énergie...
a écrit le 03/07/2012 à 8:53 :
La bonne nouvelle est que Airbus a choisit un état anti-syndicaliste!!! A quand la même chose en France!!!
Réponse de le 03/07/2012 à 11:15 :
Bizarre, les USA ont des syndicats faibles et un droit du travail dont rêverait tout industriel français, en plus les charges sociales sont faibles là bas (objectivement le travailleur US est très compétitif...) Pourtant leur industrie s'est cassée la figure presque autant qu'en France. Quand les entreprises veulent du cash et lorsque, comme en France il y a peu, les élites politiques et économiques méprisentl'industrie, les délocalisations sont inévitables (des sites rentables sont fermés pour avoir des usines encore plus rentables en Chine par exemple).
Si les Allemands et les Italiens ont encore un tissu industriel, c'est parce que leurs PME ont un fort attachement à l'emploi local, à leur région d'origine.
Réponse de le 03/07/2012 à 13:19 :
Mais dans une belle zone inondable, bravo Airbus. La ville de Mobile pendant Katrina c'etait 20.000 lieues sous les mers .... Aucune memoire ces humains.
a écrit le 03/07/2012 à 8:36 :
"Car Airbus produira à terme chaque mois plus de 50 A320neo" puis "produire dans cette usine "entre 40 et 50 avions par an" ... Il y a pas un petit problème là ? Parce qu'à moins qu'ils ne bossent qu'un mois sur 12 ... Et d'ailleurs si ils produisaient vraiment 50 avions par mois ils seraient balezes les gars
a écrit le 03/07/2012 à 6:56 :
Si vous aimez la politique, venez découvrir mon blog. si vous aimez ma vision faites partager au maximum mon blog et ma page facebook
http://politiquefutur.canalblog.com/
a écrit le 02/07/2012 à 23:41 :
Penser que s'installer aux US et "offrir" mille emplois stables et bien rémunérés aux ricains suffira à dégoter des contrats ...est tellement aléatoire que j'ai du mal à en évaluer le risque !?
a écrit le 02/07/2012 à 22:56 :
c'est beau la mondialisation ! nos gamins ne sont pas prêt de bosser ! merci les actionnaires !!! bien sûr quand cela ira mal vous ferez comme Renault "au secours le contribuable Français!"...
Réponse de le 02/07/2012 à 23:32 :
Tout à fait. Il est illusoire de croire que produire aux USA servira à faire croire aux Américains qu'Airbus et EADS sont des boîtes américaines. Les appels d'offres de la défense US iront toujours à Boeing ou autres boites américaines ce qui est normal. L'Etat américain entend bien favoriser l'industrie de son pays et les technologie de son pays. Pour mémoire, le contrat des ravitailleurs américains perdus par Airbus prévoyait bien de produire aux USA....l'argument a paru léger aux oreilles de l'Etat major US.
Ensuite je partage votre analyse: les actionnaires n'ont généralement rien à faire du lieu de production, ils veulent juste du chiffre d'affaire et du cash. Le problème est que cette stratégie est souvent courtermisme....
a écrit le 02/07/2012 à 21:19 :
Tres bonne initiative,stratégie
Nouveaux marchés ...
Lors d un prochain appel d offre des USA, on peut espérer que les lobbies pourront s activer sur place ( avec menaces de fermetures, licenciements...) et ainsi obtenir des commandes au moins partielles.
a écrit le 02/07/2012 à 21:00 :
Airbus s'implante aux USA ,le chef allemand sait exactement pourquoi il le fait .Tres bonne bonne tacticte de Enders qui est visiblement est plus intelligent que Gallois..
a écrit le 02/07/2012 à 20:56 :
rein compris
a écrit le 02/07/2012 à 20:39 :
Et nous autres européens, on aura droit à une usine d'assemblage Boeing en Europe. Je crois pas....et nos compagnies achèteront américain quand même.
Décidément l'Europe est bel est bien l'idiote du village, qui cède aux avances de ses concurrents pour des mirages. Les compagnies américains achetaient déjà des Airbu
Si seulement l'aéronautique était le seul domaine où nous nous faisions avoir...
En tout cas chapeau bas aux Américains (
a écrit le 02/07/2012 à 20:32 :
Ne pourrait-on pas taxer Airbus de ces 600 millions d'Euros pour combler le déficit et empêcher l'envol des emplois hors d'Europe. Cette entreprise pèse 50 pour cent du marché mondial des avions de ligne, elle a déjà 3 lignes de montage pour l'A320, que lui faut-il de plus ? Une usine sur la lune. Rappelons que l'argent des contribuables européens a financé les études de ses avions. Se ré-approprier cet argent est légitime.
a écrit le 02/07/2012 à 20:25 :
test
Réponse de le 03/07/2012 à 11:46 :
pas d'accord avec le commentaire précédent.la délocalisation d'airbus est maintenant actée

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :