Le constructeur d'avions régionaux ATR confirme son succès en 2012

L'avionneur toulousain (filiale à 50-50 de EADS et de l'italien Finmeccanica) affiche un record bilan en 2012 : un chiffre d'affaires à 1,4 milliard de dollars et 64 avions livrés. Seule ombre au tableau, les commandes ont chuté de près de moitié l'an dernier.
Le président d'ATR, Filippo Bagnato Copyright Reuters
Le président d'ATR, Filippo Bagnato Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Donné pour mort il y a dix ans, le constructeur d'avions régionaux à hélices, ATR (fiiliale à 50-50 d'EADS et de l'italien Finmeccanica), croque la vie. En dépit d'une très nette baisse des commandes l'année dernière (74 appareils contre 157 en 2011, une année record), tous les clignotants sont au vert pour le constructeur d'avions turbopropulseurs ressuscité, basé à Toulouse. Et bien plus. Car ATR a enregistré en 2012 un nouveau record de chiffre d'affaires à 1,44 milliard de dollars (1,07 milliards d'euros) en hausse de 11 % (1,3 milliard de dollars en 2011) et a également atteint un record en terme de livraisons avec 64 appareils remis aux compagnies clientes, soit une augmentation de 18 % par rapport à 2011 (54 avions livrés en 2011). "La montée en cadence que nous avons réalisée en 2012 illustre parfaitement la forte demande du marché pour nos types d'appareils", a expliqué le président exécutif d'ATR, Filippo Bagnato.

Enfin, ATR affiche le plus gros carnet de commandes parmi tous les constructeurs d'avions régionaux (50-90 sièges). "ATR conforte ainsi sa place de leader auprès des compagnies aériennes opérant dans le régional", a souligné son président exécutif, Filippo Bagnato. Depuis le début du programme en 1981, ATR a enregistré des commandes nettes pour 1.254 avions (437 ATR 42 et 817 ATR 72), dont plus de la moitié depuis 2005. Fin 2012, son carnet de commandes s'élevait à 221 appareils (contre 224 fin 2011). Soit 5,1 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros) et trois ans de production. Ce carnet représente 61 % des avions à livrer jusqu'à 90 sièges dans le monde. Mais depuis ATR a fait mieux. Au 23 janvier avec les nouvelles commandes (29 depuis le 1er janvier), son carnet atteignait un niveau record de 248 appareils. Deux appareils ont été par ailleurs livrés en début d'année. En 2013, il vise au total 80 nouvelles commandes.

Les pays émergents, moteur de croissance d'ATR

Tout comme la plupart des avionneurs, les pays émergents, notamment en Asie-Pacifique (42 nouvelles commandes en 2012), sont l'un des moteurs de croissance d'ATR. "Notre succès a été principalement conduit par les pays à forte croissance", a d'ailleurs affirmé le président d'ATR. Parmi les 64 livraisons de l'année, près de 65 % l'ont été auprès de compagnies opérant dans des pays émergents, notamment au Brésil, en Indonésie ou encore en Russie. "Ces résultats sont le fruit d'investissements et d'une présence de longue date dans ces pays en lesquels ATR a toujours cru. Le développement du transport intérieur demeure un des piliers essentiels au développement économique et ATR joue un rôle significatif en répondant à cette hausse du trafic", a expliqué ATR dans un communiqué publié ce mercredi.

Succès de la famille ATR -600

"Nous nous réjouissons de pouvoir accompagner la croissance de clients et d'opérateurs d´ATR qui, pour répondre aux fortes augmentations de trafic ou à des besoins de renouvellements de flotte, font le choix des nouveaux ATR de la série -600", a indiqué Filippo Bagnato. Et d'ajouter que "cette année encore, les ATR de dernière génération ont été reconnus par les opérateurs régionaux comme s'avérant être les plus adaptés à leurs exigences, mais aussi par les investisseurs, comme le soulignent une fois de plus les ventes réalisées auprès des sociétés de leasing. Cette collaboration avec les loueurs d'avions nous a notamment permis de pénétrer des marchés stratégiques comme le Japon, grâce à la compagnie régionale Link, où les ATR ont un potentiel considérable".

En juin 2012, ATR a obtenu la certification EASA pour l'ATR 42-600, qui est déjà entré en service. ATR est à ce jour le seul constructeur proposant une famille d'avions de 50 et de 70 places. Les ATR de la nouvelle série -600 sont les appareils régionaux ayant obtenu le plus récemment leur certification, et jouissent des dernières innovations en matière d'outils d'aide à la navigation et de confort passagers. "Malgré cette certification très récente, les ATR de la série -600 ont déjà enregistrés plus de 280 commandes", a confirmé Filippe Bagnato. Et de préciser que "les ATR de la nouvelle série -600 sont à ce jour les avions les plus modernes du marché régional, et leur succès commercial souligne leur capacité à répondre aux demandes et aux besoins des compagnies opérant sur les routes de courtes distances à travers le monde".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 25/01/2013 à 10:28
Signaler
ATR n'est pas le seul constructueur d'avions turboprop de 50 à 70 places il y a BOMBARDIER qui a une gamme de 38 à 80 places et qui sont des appareils plus rapides et moins bruyants.

à écrit le 23/01/2013 à 23:10
Signaler
Tant mieux c est une belle réussite. Mais par contre pour prendre ce type d'avion toutes les semaines je peux vous dire que niveau confort, insonorisation, temps de vol (plus long) et bien c est une catastrophe....

à écrit le 23/01/2013 à 20:39
Signaler
Enfin une bonne nouvelle ! En espérant que la réussite les accompagnent encore longtemps ! :-)

à écrit le 23/01/2013 à 17:09
Signaler
C'est une belle réussite non sans difficultés

à écrit le 23/01/2013 à 16:23
Signaler
Un succès qui ne suscitera pas beaucoup de commentaires car les français recherchent plutôt des causes pour se plaindre. Il faut souligner qu'en parallèle Embraer et Bombardier, plus grands qu'ATR, qui ont misé sur les jets, ne s'en sortent pas très...

le 23/01/2013 à 16:39
Signaler
totalement ok avec vous

le 23/01/2013 à 16:44
Signaler
+1 Le Français est pessimiste et n'aime que les mauvaises nouvelles. Bravo ATR !!

le 23/01/2013 à 21:27
Signaler
+1 bravo !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.