Bombardier fait enfin décoller le C-Series, l'avion pour voler dans la cour des grands

 |   |  496  mots
Premier vol du C-Series au Québec.  REUTERS Christinne Muschi
Premier vol du C-Series au Québec. REUTERS Christinne Muschi (Crédits : REUTERS Christinne Muschi)
Le constructeur aéronautique canadien a effectué ce lundi le premier vol de son nouvel appareil, le C-Series, lequel cherche à concurrencer Airbus et Boeing sur le bas de leur gamme.

Le C-Series de Bombardier a effectué ce lundi son premier vol dans l'espoir d'obtenir une certification l'année prochaine. Le C-Series est une famille d'avions qui vient chasser sur les terre de l'Airbus A320 et du Boeing 737 en s'attaquant au bas de la gamme des deux géants (A318/319, B737-600). Le constructeur aéronautique et ferroviaire a lancé en juillet 2008 la phase industrielle du C-Series, une famille d'avions d'une capacité de 110 à 130 sièges, dont la mise en service était initialement programmée en 2013, avant d'être décalée à 2014. Le modèle comportant 130 sièges peut même être poussé à 149 sièges, voire à 160 sièges dans une configuration monoclasse. Concentré jusqu'ici sur les avions d'affaires et régionaux de moins de 110 sièges, Bombardier vient jouer dans la cour des grands.

177 commandes fermes

Le canadien, qui planchait sur un tel dossier depuis le début des années 2000, avait refermé le dossier en 2006, faute de client. Sans nouveaux moteurs à l époque, son appareil, configuré en rangées de cinq sièges (et non six comme Airbus et Boeing), ne permettait pas d'obtenir une cabine optimisée et donc de réduire suffisamment les coûts au siège, et ce, malgré un fuselage allégée par la grande proportion de matériaux composites. En 2008, la donne a changé. Bombardier a opté pour le nouveau moteur Geared turbofan de l'américain Pratt & Whitney, qui apporte un gain de la consommation de carburant de 13 %. Grâce aux améliorations apportées sur le fuselage, le C-Series consommera 20 % de moins que les avions actuels de la même catégorie. Et les coûts d'exploitation seront réduits de 15 % au final. « La consommation s'élèvera seulement à deux litres aux 100 kilomètres par passager », selon Bombardier. Un record. Et une aubaine à l'heure du pétrole cher. Pour l'heure, le constructeur n'a engrangé que 177 commandes, alors qu'il en vise 300 d'ici à la mise en service de l'appareil.

"Un avion bien adapté au marché européen"

Les responsables des premières compagnies clientes du CS100 étaient présents lundi à Mirabel. Nico Buchholz, vice-président de Lufthansa, a estimé que "le CSeries est bien adapté eu marché européen". Pour Robert Deluze, PDG du Canadien Porter Airlines, c'est "clairement un avion silencieux". Korean Air, Gulf Air, Air Baltic et Atlas Jet sont parmi les autres compagnies clientes pour cet appareil qui devrait entrer en service commercial dans un peu plus d'un an. Le PDG de Bombardier, Pierre Baudoin table, en année pleine, sur un chiffre d'affaires additionnel de "5 à 8 milliards de dollars". "C'est une énorme croissance pour notre entreprise quand vous considérez que notre chiffre d'affaires est de l'ordre de 20 milliards de dollars", a-t-il ajouté.

Le patron de Bombardier estime que le marché des mono-couloir de 100 à 150 places est de l'ordre de 7.000 appareils pour les 20 prochaines années et l'objectif du Canadien est d'arracher 50% du marché.

Lire ici : C-Series : le pari (pour l'instant) perdu de Bombardier face à Airbus et Boeing

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2013 à 19:36 :
Bombardier fait penser a la mort sous les bombes ! Les futurs passagers n'aiment pas ce nom d'entreprise canadienne de la mort . Ce nom porte malheur ! Il y a interet à le changer des que possible . C'est une entreprise qui fabrique des avions qui volent pour transporter des passagers a destination de reve et non pas pour bombarder et massacrer les gens au sol .
a écrit le 16/09/2013 à 21:58 :
Airbus devra peut être envisager le 90 places d'ATR d'un autre ?il ..!?!
Réponse de le 17/09/2013 à 9:59 :
+1. D'ailleurs, ça mettrait un coup de bambou au C-series.
a écrit le 16/09/2013 à 19:32 :
Au vu de la description de l'appareil, pas sur qu'Easyjet est fait une bonne affaire en passant sa méga commande à Airbus il y a quelques mois. Car le type de vols opérés par la compagnie est typiquement celui visé par les caractéristiques du CS100 (vaut-il mieux un CS100 plein a 90% ou un A319/A320 a 70%).
Réponse de le 17/09/2013 à 9:58 :
Faux, niveau entretien et réductions de tarif pour grosse commande, Easyjet comme Ryanair ont intérêt à ne pas changer d'avionneur, c'est le principe même du low-cost. D'ailleurs vous vous trompez : le coefficient de remplissage d'Easyjet est de 90% et non pas de 70%.
Réponse de le 17/09/2013 à 10:33 :
Je sais que le remplissage d'EZ est de 90%. Mais la compagnie a deja ferme des lignes pour cause de remplissage insuffisant de l'ordre de 70% (et meme plus proche des 80)... La compagnie communique beaucoup sur ses ouvertures de lignes, moins sur ses fermetures...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :