Défense : bientôt un robot pour remplacer les militaires ?

Le ministère de la Défense réfléchit à un futur robot à tout faire pour l'armée de terre. Ce système aura pour mission de préserver la vie de nombreux combattants engagés dans des milieux très hostiles. Et se substituera aux militaires pour les missions les plus dangereuses.
Michel Cabirol

6 mn

Le projet de robot terrestre polyvalent de la direction général de l'armement pourrait peser une tonne. Bien plus lourd que les petits robots de surveillance déjà très répandus... | REUTERS, Luke MacGregor
Le projet de robot terrestre polyvalent de la direction général de l'armement pourrait peser une tonne. Bien plus lourd que les petits robots de surveillance déjà très répandus... | REUTERS, Luke MacGregor (Crédits : REUTERS / Luke MacGregor)

De la science fiction à la réalité, l'écart se resserre de plus en plus dans les armées. Et la guerre change de visage... ou plutôt l'homme cède peu à peu sa place aux robots. Après les drones, les avions sans pilote, le ministère de la Défense réfléchit aujourd'hui à un futur robot à tout faire pour l'armée de terre, un système dont la première mission sera de préserver la vie de nombreux combattants engagés dans des milieux très hostiles.

Car ce robot devra tout bonnement remplir, selon la DGA, les missions les plus dangereuses de surveillance, de reconnaissance et de renseignement. Et clairement, il se substituera aux combattants pour ces missions opérationnelles en les éloignant des zones les plus exposées.

Pour le moment, ce robot-là n'existe pas encore. Mais la DGA a récemment lancé des demandes d'informations sur un programme de robot terrestre polyvalent (RTP) auprès des industriels afin d'évaluer la faisabilité du ou des projets sur un plan technique et financier. "La DGA sollicite les acteurs de l'industrie pour s'informer des solutions techniques existantes", précise la DGA.

Un programme de recherche amont (R&T)

C'est un projet de prospective du ministère de la Défense rattaché à la préparation de l'avenir sur les futurs équipements des militaires français, en l'occurrence, l'étape 2 du programme Scorpion. "Il faut être prêt et disposer des briques technologiques le jour où un programme pourrait être lancé", explique-t-on à la DGA. Dans ce cadre, les demandes d'information doivent permettre de réunir des éléments nécessaires à la détermination de solutions techniques répondant au besoin opérationnel des armées.

Avec cette démarche, la DGA souhaite acquérir "une meilleure connaissance des solutions techniques mises en œuvre dans le domaine de la robotique terrestre, en particulier en ce qui concerne les technologies et architectures existantes pour les plates-formes robotiques capables de réaliser des missions opérationnelles variées".

Le "zéro mort" en ligne de mire

Derrière ce robot, se cache d'abord le principe du "zéro mort" qui dictait il y a peu de temps encore la conduite des responsables politiques. C'est un peu moins le cas après les opérations en Afghanistan, Libye et Mali même si les pertes humaines sont toujours à déplorer.

"La place de l'homme dans la boucle de décision peut varier entre téléopération et supervision de robots autonomes selon les fonctions opérationnelles concernées et la maturité des technologies disponibles", explique la DGA. "La robotique doit faciliter le travail du combattant, lui éviter du stress supplémentaire et des efforts additionnels inutiles et dangereux sur le champ de bataille", explique un expert.

Quelle utilisation du RTP ? Elle consiste d'abord à limiter au maximum l'exposition du soldat aux dangers du champ de bataille. Soit remplacer le combattant par le robot. La seconde utilisation est d'augmenter les capacités du soldat et de son unité combattante, à l'image des robots porteurs de lourdes charges en zone de combat au service du soldat. Les Américains disposent déjà de ce type de robots « mules ». Enfin, la troisième utilisation comprend la réalisation de tâches pénibles ou répétitifs.

Lire aussi >> Lire aussi Bruno Bonnell : "Le robot, c'est l'homme augmenté"

Des missions "de type mule ou transport de matériels"

Les missions sont essentiellement des missions de types surveillance, reconnaissance et renseignement sur des zones de grandes superficie avoisinant plusieurs dizaines de km², ainsi que des missions "de type mule ou transport de matériels". Ou encore des missions d'infiltration pour observer avant d'entrer dans un milieu hostile ou difficile, à l'exemple d'un souterrain occupé par l'ennemi.

Au-delà de l'emploi de ces robots, des questions éthiques se posent pour les responsables civils et militaires. "Qui prend la décision d'utiliser des armes létales avec des systèmes autonomes équipés pour tuer ?", interroge cet expert. 

Le RTP pourra servir à évaluer l'intérêt de la robotique pour d'autres missions telles que la cartographie, l'ouverture d'itinéraires et l'illumination de cible. La détection et la destruction d'explosifs pourrait également faire parties des tâches de prédilection des robots. Des robots qui devront avoir 100 % de fiabilité et d'efficacité dans des conditions d'emploi sévères. En outre, l'autonomie est une attente majeure sur le champ de bataille.

Des architecture logicielles ouvertes

Pour la DGA, "la robotique n'est pas une fin en soi mais une nouvelle technologie de plus en plus disponible pour les forces et dont l'intérêt et la faisabilité de mise en œuvre au sein du combat embarqué ou débarqué, en zone ouverte ou urbaine doivent être analysés et démontrée".

Cette future capacité couvre aussi bien les robots terrestres que les drones miniatures, qui seront associés aux blindés ou aux fantassins dans le combat rapproché, ainsi que les capteurs sol autonomes pour le contrôle de zone à distance.

Dans ce contexte, le RTP doit posséder des capacités de mobilité et d'endurance adaptées au plus grand nombre d'environnements urbains et péri-urbains, aussi bien en métropole que sur les divers théâtres d'opérations. Il doit également offrir des architectures mécanique et logicielle suffisamment ouvertes et modulaires pour accueillir de nouvelles capacités fonctionnelles adaptées à la réalisation de missions opérationnelles ciblées.

"Cette ouverture et cette modularité sont également essentielles aux travaux d'analyse et d'évaluation de concepts novateurs d'autonomie décisionnelle", explique la DGA, qui souhaite étudier "l'ensemble des modes d'interactions possibles opérateurs/robots en fonction du niveau d'autonomie et de la mission".

Deux personnes pour piloter ce robot

La masse visée pour ce système est de l'ordre de la tonne, "moins si possible (500 kg) et dans tous les cas inférieure à deux tonnes", indique la DGA. La mobilité du RTP, qui devra être utilisable de jour comme de nuit, est adaptée aux environnements urbains et périurbains. "Cela sous-entend des capacités de mobilité sur route bitumée et sur tout chemin, voire tout terrain au sein d'environnements déstructurés", précise la DGA.

Le RTP ainsi que son poste de contrôle commande est transportable par voie routière pour être acheminé sur un théâtre d'opérations. L'effectif prévu pour la mise en œuvre du RTP est de deux personnes, hors pilote de sécurité. Le système offre une couverture de 360° autour du Poste de Contrôle commande pour sa liaison de données. La portée de liaison visée est de l'ordre de 3.000 mètres en milieu ouvert et de 1.000 mètres en milieu urbain.

Michel Cabirol

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 39
à écrit le 26/09/2013 à 18:09
Signaler
Des guerres sans morts ( de notre coté) , on en a suffisemment comme cela sur les routes. Par contre face à cette haute technologie, nos "adversaires" désignés du moment ont de vieux pick up ( ou des mobilettes) des kalachnikoff hors d'âges mais sur...

à écrit le 25/09/2013 à 18:14
Signaler
on prevoit deja les prochaines guerres avec de grandes distances a parcourrir de type desert/steppes ... suivez mon regard.

à écrit le 25/09/2013 à 17:32
Signaler
Alors il est prévu de grandes guerre ??? mais contre qui ??? Contre quoi ?? En tout cas contre la misère des petites gens !!! Et encoire merci les socialos pour le Mali et la Syrie!!

à écrit le 25/09/2013 à 16:00
Signaler
N'importe quoi! Les dernières guerres (Afghanistan, Irakm etc,) ont montré que de simples paysans munis de Kalachnikoff pouvaient mettre en échec toute la haute technologie des USA et de ses alliés occidentaux. La technologie permet les guerres de lâ...

le 26/09/2013 à 16:59
Signaler
Moui enfin si ils avaient fait ce qu il y avait a faire ca serait mieux passé comme ballancer du napalm sur les champs de pavots sas finances aucune guerre ne dure bien longtemps

à écrit le 25/09/2013 à 15:34
Signaler
Nous sommes à une époque où les armées de conscription ont quasiment disparues et donc on va vers la protection du soldat, je suis persuadé qu'on va revenir comme au moyen-âge avec des soldats en armure( exosquelettes à l'intérieur ) et des boucliers...

le 25/09/2013 à 16:09
Signaler
Les légions se sont fait écrasées par des Germains sauvages et totalement désorganisés! Que vous fassiez appel à des robots ou non, une chose ne changera jamais: La guerre est gagnée par celui qui y met le coeur quelque soit son équipement. L'occiden...

le 25/09/2013 à 19:06
Signaler
Il y a 2 grandes styles de batailles que les romains ont perdu, contre des germains et contre des parthes. Pour la 1ère, en germanie, il n'y avait aucun légion organisée car le terrain ne s'y prêtait pas du tout, c'était des colonnes de troupes( larg...

le 25/09/2013 à 20:57
Signaler
Relisez vos livres d'histoire pour en savoir plus sur les batailles que les Romains n'ont pas perdu! An 476: L'Empire romain d'Occident et Rome disparaissent définitivement de la carte, le dernier empereur, un gamin appelé Romulus Augustus, est dépo...

le 26/09/2013 à 14:00
Signaler
@Xavier-Marc et son contradicteur: Je viens de lire la biographie de Pompée-le-Grand, l'adversaire de César. Il commence sa carrière au début de la guerre civile qui, avec Auguste, mettra fin à la République. Et il le fait, fils de consul, en rallian...

à écrit le 25/09/2013 à 13:29
Signaler
Pourquoi pas les drones on déjà prouvé leur efficacité.

à écrit le 25/09/2013 à 13:27
Signaler
"La robotique doit faciliter le travail du combattant, lui éviter du stress supplémentaire et des efforts additionnels inutiles et dangereux sur le champ de bataille" Oui, lui éviter du stress supplémentaire... Ca a toujours été le problème du champ ...

le 25/09/2013 à 15:20
Signaler
En fait, ce qu'il faut inventer, c'est un champ de bataille sécurisé, ordonné et sans stress. Ah, on me dit que ça a déjà été inventé. C'est un parcours de golf :)

à écrit le 25/09/2013 à 13:24
Signaler
Après le "zero papier", offre mythique de l'informatique qui allait changer la vie, voilà la promesse de la guerre avec "zero mort". Et les propositions et annonces "zero connerie" dans les média, c'est pour bientôt? Pour que la guerre soit qualifiée...

le 25/09/2013 à 14:49
Signaler
Je dirais plutôt 0 pertes et non pas zéro morts. Une guerre sans morts ne serait pas une guerre. Peut on qualifier les barbus fanatiques et leurs cliques dans le désert malien de civils ??? Je vois bien des robots contre ces assassins de Boko haram.

le 25/09/2013 à 15:17
Signaler
Je pense que quand ils parlent de "zéro morts", ils doivent vouloir dire "zéro pertes dans notre camp". Parce que en face, comment vous dire...

le 25/09/2013 à 15:33
Signaler
certes, mais plus simplement si on voulait vraiment 0 mort dans notre camps et une capitulation totale entiere puis un asservissement total et entier de "l ennemi" une bonne bombe H suffit.

le 25/09/2013 à 16:44
Signaler
"une bonne bombe H suffit" avec ensuite un territoire inutilisable par quiconque pendant des centaines d'années! Heureusement que les portes de l'Elysée ne sont pas ouvertes aux commentateurs de la Tribune; on serait tous irradiés...

le 25/09/2013 à 17:23
Signaler
La Bombe H n est pas la Bombe A cher ami, la bombe H tue tout ce qui est vivant mais ne polue pas la zone pour des decenies....... Ils existe meme des bombes qui n endommage que les appareils electriques et electroniques vous savez.... la guerre a pa...

le 25/09/2013 à 19:26
Signaler
Il existe une bombe qui endommage que les crétins? A la vue de votre commentaire, cela pourrait servir

à écrit le 25/09/2013 à 13:14
Signaler
Moi je pense qu'un "bidasse" revient moins cher qu'un robot ? J'ai pu le constater durant mon*S.N

le 25/09/2013 à 15:52
Signaler
Tout dépend quand on les fabriquera en série, en milliers ou dizaines de milliers d'exemplaires. Pour ceux qui étudient l'évolution des technologies militaires, ils remarquent qu'à chaque palier on appréhende la nouvelle technologie, les conservateur...

à écrit le 25/09/2013 à 13:08
Signaler
Les politiques ont toujours désiré des hommes de guerre qui ne pensent pas mais, n'ayant pu les obtenir, ils exploiteront les robots pour éliminer leurs concurrents!

à écrit le 25/09/2013 à 12:51
Signaler
Je vois mal un robot de 1tonne faire de la reconnaissance en terrain accidenté

le 25/09/2013 à 13:16
Signaler
Il faudra attendre la V2 et "tout racheter".

le 25/09/2013 à 15:03
Signaler
@Mordrakheen : Heu... Il y a plus de 5 ans, en mars 2008, Boston Dynamics a présenté son "BigDog". Je vous laisse juger... http://www.youtube.com/watch?v=cNZPRsrwumQ

le 25/09/2013 à 15:22
Signaler
@Tetu : mais la V2 est une révolution ! Ah non, c'est pas ce que je voulais dire...

le 25/09/2013 à 15:42
Signaler
On peut imaginer un véhicule robotisé à roues porteur de minis V22( pour donner une idée de la forme), entièrement robotisés avec une tourelle armée en bas à 360degrés, lui même pourrait avoir des mini mini drones( non armés) dans son petit hangar ve...

à écrit le 25/09/2013 à 11:35
Signaler
Et a quand la fabrication de cylons :)

le 25/09/2013 à 12:10
Signaler
Et d'un réseau intelligent de défense militaire qu'on appellerait par exemple "Skynet" :)

le 25/09/2013 à 12:25
Signaler
J'opte plutot pour la T-8000 bien plus sexy dans sa tenue du cuir rouge....

le 25/09/2013 à 12:45
Signaler
@Chris Le T-8000 ??? C'est un gros tracteur de New Holland ! C'est vous qui voyez !

le 25/09/2013 à 13:47
Signaler
Cerise le T-8000 est la jeune femme terminator dans T3 le soulevement des machines.

le 25/09/2013 à 14:25
Signaler
@Chris OK. Je comprends votre engouement.

le 25/09/2013 à 15:27
Signaler
Côté cylons, il y a "Numéro 6", (voir http://en.wikipedia.org/wiki/Number_Six_(Battlestar_Galactica) ). Sinon, effectivement, le T-X fait un excellent choix (http://en.wikipedia.org/wiki/T-X ).

le 25/09/2013 à 15:51
Signaler
@Mecatroid Welcome back. Votre doublure n'était pas à la hauteur ... http://www.latribune.fr/vos-finances/impots/20130913trib000784895/1000-ce-serait-finalement-le-nombre-de-salaries-concernes-par-la-taxe-a-75.html

le 25/09/2013 à 16:01
Signaler
Dans l'excellente série de science-fiction militaire space 2063, de mémoire, il y avait un robot femme dans un épisode, stationnée sur une base spatiale de repos, sa fonction était de servir pour "le repos du soldat", usage récréatif qu'on retrouve d...

le 26/09/2013 à 16:56
Signaler
trés bonne série Space 2063 dommage qu elle n ait pas tenue c etait entre starship trooper et l excellent roman "la guerre eternelle "

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.