Pourquoi le nouveau Falcon de Dassault s'est transformé en "Rolls"

L'avionneur a dévoilé lundi à Las Vegas le 5X, son nouveau Falcon haut de gamme présenté comme un avion de rupture. L'entrée en service de cet appareil, facturé 45 millions de dollars, et qui a connu beaucoup d'évolutions, est prévue pour 2017.
Michel Cabirol
Le Falcon 5X de Dassault Aviation est doté de technologies de pointe dont beaucoup proviennent directement des programmes militaires tels que le Rafale
Le Falcon 5X de Dassault Aviation est doté de technologies de pointe dont beaucoup proviennent directement des programmes militaires tels que le Rafale (Crédits : dassault Aviation)

Près de douze ans après avoir dévoilé en octobre 2001 le 7X à New York, Dassault Aviation a une nouvelle fois choisi les Etats-Unis, et plus précisément Las Vegas, pour présenter son tout dernier modèle d'avion d'affaires ultra luxueux, le Falcon 5X. Normal, l'Amérique du Nord, qui devrait encore représenter 61 % des commandes en 2013, selon une récente étude du groupe américain Honeywell, est en quelque sorte le berceau commercial des avions d'affaires. Pour s'offrir le dernier joyau de Dassault Aviation, il faudra quand même débourser environ 45 millions de dollars et attendre son entrée en service en 2017.

C'est donc à l'occasion de la convention annuelle de la National Business Aviation Association (NBAA), le plus gros salon mondial de l'aviation d'affaires, que le célèbre avionneur au trèfle à quatre feuilles a choisi de présenter son dernier-né considéré "comme un avion de rupture". Un appareil doté de la cabine la plus large du marché, qui "présente un rendement carburant 50 % meilleur que celui des avions de même catégorie", selon Dassault Aviation.

Un lancement prévu...en avril 2007

Depuis 2005, le constructeur a beaucoup hésité sur la configuration de son dernier modèle. Au tout départ, il était question d'un avion d'affaires bimoteur d'entrée de gamme. Cet appareil était censé remplacer avantageusement le Falcon 50 à bout de souffle et être vendu entre 18 et 20 millions de dollars pour concurrencer le Bombardier CL300. L'ancien PDG de Dassault Aviation, Charles Edelstenne, avait même prévu de le lancer en avril 2007.

"Les caractéristiques principales de l'appareil sont définies, 90 % des éléments sont fixés et les définitions du matériel sont choisies. Le projet sera finalisé dans les prochaines semaines", avait-il déclaré en février 2007.

Mais pas d'annonce en avril. Ni même en juin lors du 47ème salon aéronautique du Bourget. A cette occasion, Dassault Aviation annonce toutefois avoir choisi les moteurs de Rolls Royce pour son futur avion d'affaires milieu de gamme. Le marché de l'aviation d'affaires flambe, les commandes pleuvent. L'aviation d'affaire est à son apogée avant un tassement en 2008, puis l'effondrement en 2009.

Le choc de la crise de 2009

Car la crise financière de 2009 va très fortement impacter le marché de l'aviation d'affaires jusqu'en 2012. Cette crise bouscule toutes les certitudes qu'avaient pu avoir les ingénieurs et l'équipe de direction de Dassault Aviation. Et rebat les cartes chez l'avionneur. Du coup, dans la plus grande discrétion, le constructeur s'est donc tourné sur ce qu'il savait faire de mieux, les "Rolls" des avions d'affaires. Très clairement, le haut de gamme.

Dans la gamme des Falcon, le 5X se situera entre les triréacteurs 900LX et le 7X et sera en concurrence avec le G450 de l'avionneur américain Gulfstream et surtout avec le GL5000 du canadien Bombardier.

Un appareil doté de la plus haute cabine du marché

"On s'est aperçu que les avions plutôt haut de gamme ont mieux résisté mais on n'a pas construit le 5X, parce qu'il y a eu une crise", assure le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier, tout en soulignant qu'au cours des sept à huit années de développement le programme avait "plutôt évolué vers le haut (de gamme) que vers le bas". Et de rappeler que Dassault Aviation avait présenté son "nouveau Falcon 2000S il y a moins de deux ans. Nous pensons qu'il est et restera pendant de nombreuses années la réponse parfaite aux exigences" du marché d'entrée de gamme. 

La dernière étude d'Honeywell ne donne pas tort à Dassault Aviation. Les avions à grande cabine devraient porter la croissance sur la période 2013-2022 et représenter jusqu'à 80 % de l'ensemble des commandes à court terme. D'une façon générale, Honeywell s'attend à une croissance de 4 % à 5 % du chiffre d'affaires de l'aviation d'affaires entre 2013 et 2022, qui correspondrait à la livraison de 9.250 nouveaux appareils pour un montant total de 250 milliards de dollars. 

Ainsi, le Falcon 5X vient renforcer l'offre de Dassault Aviation sur le segment des avions d'affaires à large cabine. "L'appareil présente une cabine dont la hauteur sous plafond atteint 1,98 m (la plus haute du marché), un critère de confort important pour les vols de longues durées, de 10 ou 11 heures", a expliqué dans son communiqué Dassault Aviation. Capable de transporter huit passagers sur une distance de 9.600 km, l'avion pourra relier Los Angeles à Londres, Sao Paulo à Chicago, Paris à Pékin ou Johannesburg à Genève sans escale. La cabine allie des fonctionnalités et un design d'avant-garde.

Un investissement à 1 milliard d'euros

Le Falcon 5X représente "le plus important investissement des programmes Falcon à ce jour", a précisé Eric Trappier dans le communiqué.

"Il témoigne de notre volonté de conserver le leadership technologique que nous avons acquis sur ce marché au cours des cinquante dernières années". "L'ordre de grandeur pour le développement de ce type de programme est le milliard d'euros", uniquement sur fonds propres, a insisté le groupe.

L'appareil est doté de technologies de pointe dont beaucoup proviennent directement des programmes militaires du constructeur du Rafale et du Neuron, un démonstrateur d'avion de combat sans pilote (UCAV). Il devrait effectuer son premier vol au premier trimestre 2015 et obtenir sa certification avant la fin de l'année suivante .La production du Falcon 5X a déjà démarré. Plusieurs sous-ensembles d'aérostructures sont en cours d'assemblage sur différents sites de Dassault Aviation en France et chez ses partenaires. De nouveaux processus de production et l'emploi de technologies industrielles innovantes participent à la réduction du nombre de pièces et des masses de l'avion, tout en permettant d'optimiser les cycles d'assemblage.

De nombreux équipementiers français

Dassault Aviation a embarqué la plupart des grands équipementiers français dans ce programme. Notamment Snecma (groupe Safran), qui va pour la première fois motoriser un avion d'affaires du constructeur. Le 5X sera équipé de réacteurs de nouvelle génération Silvercrest développés par Snecma, plus économe en carburant (environ - 15 %) que les moteurs actuels de catégories équivalentes. Dassault Aviation et Snecma ont travaillé "en étroite collaboration pour optimiser le rendement du moteur avec les performances de l'avion". Les deux entreprises sont des partenaires historiques dans les avions de combat.

Plusieurs autres filiales de Safran sont impliquées sur le 5X. Outre la contribution de Sagem et Techspace Aero au moteur Silvercrest, Labinal fournira les harnais électriques et Microturbo (en partenariat avec Pratt & Whitney AeroPower) le groupe auxiliaire de puissance et son kit d'installation. De son côté, Thales a été choisi pour fournir la solution de démarrage, de génération et de conversion électrique embarquée destinée à son nouvel avion d'affaire.

"L'électrification de ce nouvel avion d'affaire représente un jalon important de l'évolution vers l'avion plus vert et permettra une réduction significative du coût global de possession", a précisé Thales dans un communiqué.

Des PME également à bord du Falcon 5X

Zodiac Aerospace fournira quant à lui le système de distribution électrique primaire et secondaire, l'éclairage extérieur, l'éclairage intérieur, l'oxygène passagers et pilotes, les sièges pilotes, les raccords télescopiques (Ducts), les toilettes chimiques ainsi que le système de jaugeage et les équipements du circuit carburant.

Enfin, les ETI et les grosse PME du secteur sont également présentes à bord. Daher-Socata réalisera la conception et la fabrication d'éléments majeurs d'aérostructures du Falcon 5X, notamment la partie supérieure de la cabine passagers, également équipée de l'issue de secours et de la porte de la soute à bagages, et la partie inférieure avant du fuselage. Le Groupe Potez participe en fournissant la porte passagers du Falcon 5X.

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 41
à écrit le 23/10/2013 à 17:45
Signaler
Il est horrible!

le 23/10/2013 à 17:54
Signaler
tu n'as pas deja dit ca pour le lance missile? lol

le 23/10/2013 à 18:10
Signaler
lol?

à écrit le 23/10/2013 à 16:11
Signaler
Car les alliances Embraer-Bombardier font du bon matos aussi pour 3x moins cher ...

le 23/10/2013 à 16:40
Signaler
EMBRAER et BOMBARDIER n'ont aucune alliance. BOMBARDIER produit da propre gamme d'avions d'affaires et a dans son giron le producteur américain d'avions d'affaires LEARJET ( modèles plus petits et à moindre rayon d'action ). EMBRAER est maintenant p...

le 23/10/2013 à 16:47
Signaler
Et pourtant, Dassault ne s'en tire pas mal jusqu'à maintenant...

à écrit le 23/10/2013 à 15:29
Signaler
J'ai hâte de l'acheter!

à écrit le 23/10/2013 à 13:46
Signaler
Voilà l'avion luxueux "rolls"qui va être utile pour permettre à Manuel Valls de sillonner la France en long large et travers sans oublier les territoires d'outre mer !!! oh mince, en 2017 Valls sera déjà en Suisse avec sa famille ... Sa guerre civile...

le 23/10/2013 à 14:26
Signaler
le bashing des ump, c'est valls maintenant ??? il vous fait mal a droite hein ???

le 23/10/2013 à 15:02
Signaler
Valls il est UMP, un UMP avec un faux nez Socialos ... qui comme les bons à rien de l'UMP va nous emmener dans une guerre civile ... aujourd'hui des français d'une même entreprise, chez Gad, une entreprise française, commencent à se taper dessus ... ...

à écrit le 23/10/2013 à 12:58
Signaler
Heureusement que nous avons en France des entreprises comme Dassault ! Je leur souhaite un grand succès.

le 23/10/2013 à 15:21
Signaler
+1

le 23/10/2013 à 15:41
Signaler
+1

à écrit le 23/10/2013 à 11:36
Signaler
Bravo aux équipes de Dassault. Je note que certaines technos viennent du Rafale dont le contribuable a financé le développement à hauteur de 75 pour cent de cet avion de chasse. Des royalties sont ils reversés à Bercy !!!!! ce qui serait logique.

le 23/10/2013 à 12:06
Signaler
L'apport en cotisations patronales et salariales grâce à la charge de travail générée, ça sera déjà pas mal.

le 23/10/2013 à 12:11
Signaler
Pour les royalties, Bercy se contente de votre déclaration d'impôt!

le 23/10/2013 à 12:22
Signaler
Quasiment toutes les technologies développées dans le secteur de l'armement finissent dans l'industrie civile, c'est particulièrement le cas dans l'aéronautique. Airbus est leader parce qu'il a bénéficié de technologies développées initialement pour ...

le 23/10/2013 à 13:05
Signaler
@SAMARINDA .Pas besoin de Royal tea car comme vous le dites, les 25 % restants pour développer le Rafale ont été financé par Dassault- Thales-Snecma . Donc Dassault a déjà payé sa part. Ils ne vont tout de même pas payer 2 fois ! lol . Et pour finir ...

le 23/10/2013 à 13:28
Signaler
Vous êtes dans ce système où le contribuable paie et ne reçoit rien, en contre partie sauf celui d'ouvrir son porte feuille. Votre vision de l'économie est bien celle d'un bon politicien de base qui ne voit que charges et pas de retour sur investisse...

le 23/10/2013 à 13:49
Signaler
"Même aux US l'Etat fédéral": Chez Boeing, Militaire et Civil ne sont pas aussi séparés, en plus le civil est subventionné par le gouvernement. D'autre part, le nEUROn (militaire) a hérité du système des plateaux physique puis virtuel du Falcon 7X.

le 23/10/2013 à 14:07
Signaler
@samarinda : C'est un peu extrême comme point de vue. Les banques renfloués par l'Etat ont rendu les sommes versées pour les secourir, comme aux États-Unis. Il ne faut pas nous prendre pour plus *** que nous ne le sommes. Concernant Dassault, pensez-...

le 23/10/2013 à 16:26
Signaler
L'Etat a un retour sur investissement et sous deux formes : En finançant le développement de nouvelles technos sur des produits qu'il utilise : Le rafale. Et c'est d'ailleurs pour cela qu'il accepte de développer ces technos, c'est pour avoir le prod...

le 23/10/2013 à 19:41
Signaler
Vous êtes certainement aussi favorables à ce que EADS qui a reçu GRATUITEMENT (via Aérospatiale) 46% de Dassault Aviation rembourse l'Etat français?

à écrit le 23/10/2013 à 11:20
Signaler
45 millions à l'achat + les coûts d'entretien + les coûts d'utilisation + les coûts aéroportuaires + les coûts d'équipage... mais qui ose/peut encore décemment se payer ce genre ''d'outil de transport'' l'Humanité est affligeante... mais tant mieux p...

le 23/10/2013 à 11:36
Signaler
Je pense que les propriétaires à titre personnel sont rares. J'ai plutôt l'impression que ce sont des compagnies qui exploitent ces appareils avec des vols commandés par de riches clients qui prennent sans doute ce genre de vols à la place d'un moyen...

le 23/10/2013 à 11:45
Signaler
Bernard Arnaud LVMH en a un !!

le 23/10/2013 à 12:07
Signaler
L'acteur John Travolta est aussi connu pour en avoir un, qu'il piloterait lui-même.

le 23/10/2013 à 12:38
Signaler
@Le Sache; Oui c'est assez affligeant de découvrir de tels chiffres mais il ne faut pas être Bisounours, c'est aussi la réalité de l'humanité: une espèce totalement...inhumaine, ou une poignée de possédant drogués aux hyper-profits,mettent en esclav...

le 23/10/2013 à 13:37
Signaler
Il etati fiancé par l'église de scientologie ...

le 23/10/2013 à 13:44
Signaler
Comme son nom l'indique, c'est un avion d'AFFAIRES (BUSINESS jet)! Les G550, G650, Global 6000 & Co sont beaucoup plus chers et plus onéreux à utiliser. 80% des Falcon sont utilisés par les entreprises, 15% par des gouvernements (transport VIP, Surve...

le 23/10/2013 à 13:44
Signaler
Comme son nom l'indique, c'est un avion d'AFFAIRES (BUSINESS jet)! Les G550, G650, Global 6000 & Co sont beaucoup plus chers et plus onéreux à utiliser. 80% des Falcon sont utilisés par les entreprises, 15% par des gouvernements (transport VIP, Surve...

à écrit le 23/10/2013 à 11:03
Signaler
Des Falcon bientôt au même prix qu'un Rafale?

le 23/10/2013 à 11:24
Signaler
Ah bah, on y est pas encore tout à fait, mais ils commencent à être sophistiqués ces coucous!

le 23/10/2013 à 12:10
Signaler
Il faudrait voir pour ne pas faire la même erreur qu'avec le Rafale: Faire un coucou hyper-spécialisé et élitiste qui fait fuir les acheteurs...

le 23/10/2013 à 13:40
Signaler
"hyper-spécialisé", c'est le contraire du Rafale!

le 23/10/2013 à 13:58
Signaler
@ @Moebius : Bonjour! Pour le Rafale, je vous laisse penser ce que vous voulez. Concernant le Falcon 5X, il vise un marché du jet haut de gamme qui est a priori porteur, puisque les autres manufacturiers renforcent aussi ce segment. Même si le prix p...

à écrit le 23/10/2013 à 11:02
Signaler
Avec toutes les améliorations apportées à votre expérience de vol, vos vacances débuteront dès l?embarquement. À partir d?avril 2017*, un à un, nos avions emmèneront nos passagers vers de nouveaux sommets de confort. avion détecteur missile qui dépl...

à écrit le 23/10/2013 à 8:23
Signaler
Le Global 5000 a du souci à se faire. Son seul atout par rapport au 5X est sa vitesse de croisière plus élevée. Une vitesse qui coûte cher.

à écrit le 23/10/2013 à 8:20
Signaler
Oui, un problème avec les verbes à l'infinitif. Un fois, ça passe. Deux on s?interroge.

à écrit le 23/10/2013 à 7:53
Signaler
Les avions Dassault symbolisent l'excellence de la filière industrielle française en aéronautique et c'est toujours un grand moment de découvrir le saut technologique à la présentation de chaque nouveauté. J'ai peine à croire que le 7X a été présenté...

à écrit le 23/10/2013 à 7:22
Signaler
Plusieurs (grosses) fautes d'orthographe dans le texte...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.