«Sans concurrence équitable, le transport aérien européen va au désastre» (Jean-Cyril Spinetta)

 |   |  208  mots
Jean-Cyril Spinetta prône une libéralisation du secteur aéronautique, mais régulée par des autorités de concurrence. / DR
Interrogé dans le cadre du Paris Air Forum, Jean-Cyril Spinetta, Président d'Honneur d'Air France - KLM, appelle l'Union européenne à se doter de règles fortes pour garantir que la concurrence soit équitable entre les compagnies aériennes.

Jean-Cyril Spinetta est le premier à vanter les mérites de la libéralisation du secteur aéronautique. Grâce à cette politique, les compagnies aériennes européennes sont devenues des géants mondiaux du secteur. Mais la libéralisation n'est pas sans risques : sans l'intervention d'un régulateur, les compagnies aériennes font face à des conditions de concurrence inéquitables.

L'ancien PDG d'Air France - KLM cite notamment les compagnies du Golfe. Si "leurs performances opérationnelles sont remarquables", elles profitent aussi de l'absence de règles de concurrence. Ainsi, alors que certaines compagnies du Golfe jouissent pleinement du soutien de leurs Etats, l'Union européenne contrôle les aides étatiques fournies par les Etats membres à leurs compagnies nationales.

Pour Jean-Cyril Spinetta, la Commission européenne doit prendre exemple sur les Etats-Unis, qui se sont dotés d'un corps de règles pour garantir un level playing field - des conditions de concurrence équitables pour tous les acteurs. C'est selon lui le seul moyen d'éviter un "désastre" du point de vue de l'emploi et de la création de richesses.

logo paf

Retrouvez plus de vidéos des intervenants du forum de l'aéronautique civil et militaire, le Paris Air Forum, qui se déroulera le 11 juillet prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2014 à 14:50 :
La règle équitable n'est même pas écrite au niveau français qu'on voudrait la sortir d'un chapeau au niveau européen.

Pourtant, le concurrent d'Air France sur son réseau hexagonal se nomme fièrement TGV mais accuse des coûts réels inéquitables avec une ardoise de 40 milliards dont 1,5 milliards de plus chaque année, prise non pas sur les usagers mais sur le dos du contribuable.

Pourtant les concurrents d'Air France sur son réseaux intra européen se nomment Low Cost mais elles ne s'obligent pas à payer les mêmes coûts réels exigés par la réglementation nationale et ses multiples redevances. Tout comme les régions ne s'interdisent pas de subventionner ces nouveaux opérateurs toujours sur le dos de la contribution publique.

Il y a du boulot encore avant d'y voir clair.
a écrit le 19/06/2014 à 11:02 :
La règle équitable n'est même pas écrite au niveau français qu'on voudrait la sortir d'un chapeau au niveau européen.

Pourtant, le concurrent d'Air France sur son réseau hexagonal se nomme fièrement TGV mais accuse des coûts réels inéquitables avec une ardoise de 40 milliards dont 1,5 milliards de plus chaque année, prise non pas sur les usagers mais sur le dos du contribuable.

Pourtant les concurrents d'Air France sur son réseaux intra européen se nomment Low Cost mais elles ne s'obligent pas à payer les mêmes coûts réels exigés par la réglementation nationale et ses multiples redevances. Tout comme les régions ne s'interdisent pas de subventionner ces nouveaux opérateurs toujours sur le dos de la contribution publique.

Il y a du boulot encore avant d'y voir clair.
a écrit le 17/06/2014 à 11:16 :
Si l'état italien investi dans Alitalia, l'Europe condamnera une subvention d'État.
Si l'état du Qatar investi dans Alitalia sous couvert d'etihad, tout le monde applaudit !! Y a quand même un problème, non ??
Réponse de le 17/06/2014 à 13:47 :
oui et non...il y a une différence entre les fonds souverains et les fonds des souverains...
a écrit le 17/06/2014 à 11:13 :
Les entreprises en Europe pour lesquelles le marché nationale ne veut plus dire grand chose (aérien, transport routier, ferroviaire...) devraient être soumises à des règles européennes communes (y compris fiscalité, droit du travail,...) et libérées des contraintes nationales !
Ensuite, dans ces secteurs, les mêmes niveaux de contraintes devraient être exigées des compagnies extra européennes !!
a écrit le 17/06/2014 à 10:40 :
L'Europe est le seul espace economique qui passe son temps a mettre en difficulte ses propres entreprises par des reglements inappropries ou des absences de reglementation. Cela tient du masochisme.
a écrit le 17/06/2014 à 9:22 :
Air France disparaitra si on ne prévoit pas financer les retraites par une taxe sur l'énergie. C'est aux chefs d'entreprises de le comprendre et de le proposer à l'opinion publique.
a écrit le 17/06/2014 à 9:06 :
C'est la concurrence même qui fausse le marché et nous le devons a la privatisation pour la privatisation!
Réponse de le 17/06/2014 à 11:09 :
Le système soviétique d'entreprises d'État est loin d'être non faussé !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :