Qui pour succéder à Jean-Bernard Lévy à la tête de Thales ?

Jean-Bernard Lévy va quitter Thales pour prendre le manche d'EDF. En interne, Pascale Sourisse, Patrice Caine et Pierre-Eric Pommellet sont les favoris pour prendre sa succession.
Michel Cabirol

4 mn

Qui succédera à Jean-Bernard Lévy à la tête de Thales ?
Qui succédera à Jean-Bernard Lévy à la tête de Thales ?

Le départ de Jean-Bernard Lévy vers EDF s'est propagé mercredi matin comme une trainée de poudre dans les couloirs de Thales et... ailleurs. Car quand le PDG de Thales a atterri mercredi matin à Dubaï, en provenance de Singapour, il était attendu avec beaucoup, beaucoup de regards interrogateurs des 120 hauts cadres du groupe venus de toute la région du Moyen Orient et de l'ensemble des membres du comité exécutif, réunis mercredi dans le cadre d'une convention interne baptisée les T-Days. Dans un grand sourire, Jean-Bernard Lévy a simplement lâché : "C'est vrai."

Qui pour remplacer Jean-Bernard Lévy ?

Jean-Bernard Lévy partant, tous les regards se portent maintenant sur Pascale Sourisse. Déjà candidate malheureuse à deux reprises au poste de PDG de Thales - Dassault Aviation (deuxième actionnaire derrière l'Etat) ayant mis son veto -, Pascale Sourisse est tentée de concourir une troisième fois. Même si, avec le "nihil obstat" de Jean-Bernard Lévy, elle faisait deja campagne pour succéder à Jean-Paul Herteman à la tête de Safran. De plus, nommer une femme à la tête d'un groupe de défense serait un signe de diversité visible dans un milieu professionnel dominé par les hommes.

C'est aussi le cas du Breton Pierre-Eric Pommellet (51 ans). Très fin politique, ce Brestois, qui a reçu début octobre les insignes de chevalier dans l'ordre national de la Légion d'honneur des mains de Jean-Yves Le Drian, avait poliment refusé d'être le poulain de Dassault Aviation pour la succession de Luc Vigneron, estimant que son heure n'était pas encore venue. Il semble cette fois-ci bien décidé à concourir, selon des sources concordantes.

Enfin, Patrice Caine (44 ans), aujourd'hui numéro 2 de facto du groupe en tant que directeur général, en charge des opérations et de la performance, pourrait se sentir prêt également. En clair, c'est lui qui fait tourner au quotidien la boutique Thales. Un poste clé dans la bonne marche du groupe et le respect des objectifs fixés en termes de performances. Mais aussi un poste à risques tant la pression du succès ou pas du groupe repose en partie sur les épaules de ce quadragénaire, qui a su séduire les équipes de Thales par sa connaissance des dossiers et par sa disponibilité. Sa présence aux côtés de Jean-Bernard Lévy à l'arrivée de celui-ci, avait notamment rassuré la maison Thales.

Un candidat externe ?

Il n'est pas exclu qu'un candidat externe soit nommé. Le PDG de MBDA, Antoine Bouvier, avait été cité à l'automne 2012 comme candidat possible. Il a la réputation d'être perçu comme un bon industriel par le monde politique. Il ne sera pas le seul non plus à être intéressé par ce poste. Le PDG d'Arianespace, Stéphane Israël, dont le nom a circulé pour prendre la tête de l'Agence des participations de l'Etat (APE), pourrait également se montrer intéressé, explique-t-on à La Tribune. Mais Stéphane Israël a démenti.

Mais, quoi qu'il arrive, les candidats devront être compatibles avec la maison Dassault. Ce qui élimine déjà pas mal de grands noms de l'industrie de l'armement qui étaient susceptibles d'être intéressés et/ou qui ont été par le passé des candidats retoqués par l'avionneur.

Dassault Aviation a son mot à dire

Pour s'installer dans le fauteuil de Jean-Bernard Lévy, les candidats devront convaincre l'actionnaire Dassault Aviation de leur capacité à prendre le manche de Thales. Dans le pacte d'actionnaire qui lie l'Etat et l'avionneur - qui a eu la mauvaise surprise d'apprendre le départ de Jean-Bernard Lévy au dernier moment -, "le président directeur général sera choisi sur proposition commune des parties (...). En cas d'exercice par Dassault Aviation de son droit de veto sur la nomination du président-directeur général, à l'issue d'une période de concertation de trois mois, chacune des parties pourra mettre fin au pacte". Le pacte a été renouvelé le 1er janvier 2012 pour une période de cinq ans.

En clair, que veut et va faire Charles Edelstenne ? Car l'homme de confiance de Serge Dassault et ancien PDG de Dassault Aviation va peser de tout son poids dans les discussions ces prochains jours... Il est un des hommes clés de la nomination du prochain PDG de Thales. Tout comme le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui avait participé quand il était secrétaire général adjoint à l'Elysée aux négociations qui avaient précédé la nomination de Jean-Bernard Lévy à la tête de Thales en décembre 2012.

Michel Cabirol

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 19/10/2014 à 20:59
Signaler
Les commentaires de JP et JL, ainsi que ceux de la CFDT, en particulier la nostalgie qu'ils expriment à l'égard de "has been" pour le moins controversés, illustrent bien les difficultés chroniques d'un groupe qui depuis plus de 10 ans a du mal à cha...

à écrit le 16/10/2014 à 18:55
Signaler
Raynald Seznec serait certainement ce qui pourrait arriver de mieux à l'entreprise depuis les départs de Denis Ranque et de Jean-Bernard Levy. Il est effectivement dommage que Pascale Sourisse n'ait pas réussi à renouer les liens avec l'actionnaire D...

à écrit le 16/10/2014 à 17:10
Signaler
Le successeur de Jean-Bernard Levy doit recevoir le difficile aval de l'actionnaire Dassault et connaitre intimement le fonctionnement de l'entreprise. Une seule personne, Raynald Seznec, semble capable de répondre à ces exigeances et même s'il s'es...

à écrit le 16/10/2014 à 16:13
Signaler
Les entreprises ultra perfomantes comme LVMH, l'oréal..ont les mêmes dirigeants depuis des années et beaucoup d' autres des PDG qui changent tous les deux ans ! comment peut-on objectivement faire des choses en profondeur en restant à peine 2 ans s...

à écrit le 16/10/2014 à 12:46
Signaler
C'est Michel Cohen qui fait la course en tête.

à écrit le 16/10/2014 à 10:55
Signaler
La CFDT Thales, par voie de presse, vient d’apprendre le départ de Jean-Bernard Levy, PDG du Groupe, pour la direction d’EDF. Alors que rien ne la laissait présager, cette décision de l’Etat, premier actionnaire du Groupe, suscite l’incompréhensio...

le 16/10/2014 à 14:10
Signaler
la question qui se pose c'est "est ce que mr levy va toucher des indemnités de départ étant donné que son depart provient de l'actionnaire principale? et non d'une démission" le depart du précédent avait déja couté un bras à thales.

le 16/10/2014 à 17:16
Signaler
De toute façon, la CFDT syndicat en très nette perte de vitesse aux dernières élections de l'entreprise, n'a jamais rien compris aux intérêts des salariés de Thales. Syndicat opportuniste et véritable girouette il ne suscite plus que moqueries et ra...

le 16/10/2014 à 17:16
Signaler
De toute façon, la CFDT syndicat en très nette perte de vitesse aux dernières élections de l'entreprise, n'a jamais rien compris aux intérêts des salariés de Thales. Syndicat opportuniste et véritable girouette il ne suscite plus que moqueries et ra...

à écrit le 16/10/2014 à 5:46
Signaler
On met les copains d' abord ... Mais ce ne sont ceux de G. Brassens.

à écrit le 15/10/2014 à 18:44
Signaler
"Qui pour succéder à Jean-Bernard Lévy à la tête de Thales ?" Henri Proglio... Au jeu des chaises musicales et à celui des cooptations, à ce niveau là c'est toujours gagnant.

à écrit le 15/10/2014 à 18:33
Signaler
Laurence Parisot n'a pas encore annoncé sa candidature ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.