Nouvelle déconvenue pour l'A400M, il ne ravitaillera pas en vol les hélicoptères

 |   |  477  mots
Pour le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon, il faut désormais oublier la mission de ravitaillement en vol des hélicoptères par l'A400M pourtant prévu dans les spécifications. Trop dangereux pour les hélicoptères.
Pour le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon, il faut désormais oublier la mission de ravitaillement en vol des hélicoptères par l'A400M pourtant prévu dans les spécifications. Trop dangereux pour les hélicoptères. (Crédits : Airbus Defence & Space)
Décidément le programme A400M n'en finira jamais avec les déboires. Le patron de la DGA Laurent Collet-Billon estime qu'il est trop dangereux de ravitailler les hélicoptères en vol avec l'A400M

Chaque jour qui passe, on en apprend un peu plus sur les déboires de l'A400M, l'avion de transport militaire développé et fabriqué par Airbus Group. Pour le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon, il faut désormais oublier la mission de ravitaillement en vol des hélicoptères par l'A400M pourtant prévu dans les spécifications. Trop dangereux pour les hélicoptères, qui sont par définition des appareils instables a-t-il précisé, en raison des turbulences des hélices contracycliques de l'A400M, dont un exemplaire sera exposé la semaine prochaine au salon Aero India en Inde à Bangalore.

Encore une déconvenue pour cet appareil, qui est toutefois "bien né" et offre d'excellentes capacités de transport, a assuré lundi le patron de la direction générale de l'armement (DGA) lors la présentation du bilan 2014 de sa maison. Un atout qui reste donc précieux au vu du déploiement de troupes françaises en Afrique. Pour autant il a également évoqué une autre difficulté pour cet appareil : la mission de parachutage par les portes latérales n'est pas encore satisfaisante, a-t-il expliqué. D'après "Der Spiegel", l'armée allemande a décelé "875 manquements", dont des gaines isolantes manquantes sur certains câbles électriques. En fait, ce serait 1.300 manquements...

La France pas satisfaite du développement et de la production

Laurent Collet-Billon, qui doit rencontrer à Berlin la semaine prochaine le nouveau patron du programme A400M Fernando Alonso, a précisé que la France attendait "contractuellement" cette année la livraison de quatre avions de transport militaire d'Airbus Group, en plus des six qu'elle possède déjà. "Les armées les attendent. Notamment celles qui sont engagées en Afrique pour faire le job. Il nous faut ces avions", a-t-il expliqué, suggérant également que le besoin opérationnel des armées françaises devraient être prioritaire dans l'établissement du nouveau calendrier qui va être annoncé fin février par Airbus Group. "Nos armées sont engagées opérationnellement en Afrique, contrairement à d'autres", a-t-il martelé.

D'ailleurs, la DGA sera "extrêmement attentive" au nouveau calendrier de l'appareil, a bien souligné Laurent Collet-Billon. "Nous sommes extrêmement attentifs au bon respect du calendrier d'Airbus", a-t-il précisé. Et d'exprimer déjà un très sérieux reproche à Airbus Group "concernant la production et le développement, nous ne sommes pas satisfaits dans les deux cas". Laurent Collet-Billon attend également le calendrier du prochain standard de l'A400M, le standard 1.5, c'est-à-dire une première version militarisée de l'appareil attendue en octobre prochain..

"Nous écouterons ce qu'ils ont à nous dire en termes de capacité de livraison en 2015 de cet avion", a-t-il souligné. "Nous écouterons également ce qu'Airbus a à nous dire sur la fourniture du standard 1.5 qui devait être livré à la rentrée".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2015 à 22:47 :
Cet article laisse à penser que les études de faisabilité, dans le domaine des missions à accomplir n'ont pas été correctement menées. Ceci est regrettable, d'autant plus qu'il s'agit d'une coopération Européenne mettant en cause des acteurs sensés se connaître et travailler ensemble.
a écrit le 11/02/2015 à 15:21 :
Autre mauvaise nouvelle les planeurs aussi ne seront pas ravitaillés . Cette histoire me rappelle les avions renifleurs ....Combien d' heures en R/D pour cette magouille ?
a écrit le 11/02/2015 à 11:34 :
Et le Rafale que personne ne veut acheter non plus. On est obligé de taper des toyotas dans le désert avec un bijoux pareil. On a plus d'avions simples, rustiques, économiques pour du soutien au sol. Et le TGV qui est une réussite technique, très robuste mais que personne ne veut acheter. On a un problème.
Réponse de le 12/02/2015 à 11:23 :
C'est toute la force et la faiblesse de l'occident: obligé d'innover à marche forcé. Meme si cela en devient absurde.

Par ex. les A10 sont mis au rebut et sont censés etre remplacés par des F35 mais clairement ils ne sont clairement pas comparables.
a écrit le 11/02/2015 à 9:46 :
N'est ce pas trop de demander a un avion a (tres grandes) helices de ravitailler des helicopteres ?
Réponse de le 20/02/2015 à 16:10 :
L'A 400M est un avion formidable, mais pour ces petites besognes vous avez les casa 290.
a écrit le 11/02/2015 à 8:32 :
Je trouve cet article particulièrement assassin dans ses propos ! Rappelons d'abord que ce programme est fondé sur une attente entre mainte et mainte pays qui ont tous des besoins opérationnels différents. En résumé, essayez de concevoir un avion qui conviendra à 100% aux besoins de tous le monde... impossible ! On oublie ici de parler de toutes les prouesses technologiques qui ont été mise en place pour développer cet avion, et on ne fait l'éloge que du "encore des déconvenues".

Après, en ce qui concerne le leadership donné aux Espagnols, j'avoue ne pas y être du tout favorable. On voit ce que cela donne avec l'A400M et ce que cela est entrain de donner pour les parties de l'A350 conçues et fabriquées par l'Espagne... Affaire à suivre.
a écrit le 10/02/2015 à 22:58 :
M. Collet Billon représente l'état au board de Thales dont on connait la chaude amitié pour Airbus. Si il tient tant que cela à ravitailler des hélicos en vol, l'A 330 lui tend les bras.
a écrit le 10/02/2015 à 20:44 :
Un bon programme à la française, a l européenne devrais je dire! Il serait qd meme temps de s en apercevoir.
Réponse de le 10/02/2015 à 22:34 :
Au contraire, s'il avait été construit en France, il n'y aurait pas eu ce problème. Mais EADS a voulu faire rentrer les espagnols dans la structure et leur a donné le lead. On voit où on en est. C'est pas pour rien que l'A350 sera construit à Toulouse et pas en Espagne ni en Allemagne. Ils commencent à comprendre.

C'est comme les missiles de MBDA, c'est construit en Angleterre et c'est tout. Tous les programmes avec une exigence de retour géographique conduisent à des accidents industriels.
Réponse de le 12/02/2015 à 2:30 :
Le Scalp Naval est construit en France comme beaucoup d'autres missiles de ce fabricant européen. Par ailleurs les Anglais ne savent toujours pas construire ni concevoir leur propre missile Balistique Intercontinental qui est made in USA comme quasiment tous chez eux (même chose pour leur missile de croisière qui est made in USA (une version light en plus car les USA ne vendent que des armes avec des performances dégradé par rapport aux leurs, y compris à leurs alliés) Ne parlons même pas de leur têtes nucléaires. Va leur demander aux British si l'exocet est fabriqué en Angleterre ?.
a écrit le 10/02/2015 à 19:40 :
Un F-35 à la française ?….
Réponse de le 10/02/2015 à 19:52 :
Très très juste. Même plus : absolument. Les connaisseurs ne se font pas arnaquer, et pour cause.
Réponse de le 10/02/2015 à 22:18 :
@tyrion: non on n'est quand même pas à ce point :-)
Réponse de le 11/02/2015 à 2:32 :
Contrairement au F35 on est assez peu a en supporter les consequences (et les couts?).
a écrit le 10/02/2015 à 19:29 :
Je sais pas quel indien a imaginé de ravitailler un HELICOPTERE en vol, mais je le propose pour faire les tests...
Réponse de le 10/02/2015 à 19:51 :
Mince, ils ne vous ont pas attendu ... et ça marche ...
Réponse de le 10/02/2015 à 20:41 :
Et pourtant cela se fait depuis longtemps meme.
Réponse de le 10/02/2015 à 22:27 :
Jul : je VEUX des sources fiables, avec SURTOUT les chiffres des impossibilités. Been ouais. Désolé de ne pas croire Disney land.
Réponse de le 13/02/2015 à 12:57 :
Vous tapez ravitaillemen hélicoptères dans Google Image et vous aurez des centaines d'illustration
a écrit le 10/02/2015 à 18:28 :
avion remarquable (en particulier les moteurs ). Le reste s'arrangera , la coopération a conduit a un cahier des charges d'avion de ligne civil beaucoup trop lourd . Il faut faire un peu de ménage pour la version militaire mais bon ...
Réponse de le 10/02/2015 à 19:32 :
La version submersible a en effet eu quelques difficultés à sortir de l'eau. Sinon, le ravitaillement des sous-marins marche très bien. Le test des ravitaillements de chars d'assaut est d'ailleurs prévu. Avec livraison d'obus en sus, bien sûr.
Réponse de le 11/02/2015 à 5:23 :
Yvan, Vous m'avez fait rigoler un bon coup ..!
MERCI
a écrit le 10/02/2015 à 17:06 :
Donc pour résumé: on a du construire un avion complexe car il devait répondre aux exigences de tous les primo acquéreurs. Maintenant qu'il est là on s’aperçoit qu'il ne colle qu'avec les exigences de bases... qui nécessitaient qu'un avion simple.

La prochaine étape c'est quoi? Il n'est pas capable non plus de ravitailler les mirages?

Je veux bien comprendre qu'il est au tout début de sa vie et que certaines choses se résorberont avec le temps. Mais là on parle purement et simplement d'abandon de fonctionnalités! La perche de ravitaillement des NH90 ou des Caracals elle va servir quand? Que l'on s'en aperçoive que maintenant c'est du grand n'importe quoi: pour tout projet moderne et avant même la pose du premier boulon tout est simulé numériquement!
Réponse de le 10/02/2015 à 18:12 :
et si c'était tout simplement un problème d'incompatibilité entre deux formes de voilure ! il est évident qu'il doit y avoir de sacrés conflits d'air entre les deux machines ! pourquoi tout de suite crier au scandale à l'incompétence et je ne sais quoi d'autre ! personne n'est autorisé à émettre des jugements péremptoires sur tout et rien et sans savoir !
Réponse de le 10/02/2015 à 22:16 :
" il est évident qu'il doit y avoir de sacrés conflits d'air entre les deux machines ! "
et ils étaient prévisibles, ce n'est pas comme si c’était le premier avion à hélice du monde (meme si je vous l'accorde c'est le premier aussi imposant pour nous). Mais dans tous les cas c’était totalement prévisible par une simulation numérique... et je ne parle pas de l'expérience des gens sur le sujet.

"personne n'est autorisé à émettre des jugements péremptoires sur tout et rien et sans savoir ! "
mmmh si quand même. Au prix que le programme complet va couter et le temps qu'il a fallu attendre pour avoir - enfin - les premiers exemplaires il y a de quoi fulminer!
a écrit le 10/02/2015 à 16:07 :
Qu'est-ce que c'est que cet amateurisme ? Ne me dites pas qu'on découvre les puissants vortex générés par ce gros porteur !...
Réponse de le 10/02/2015 à 22:19 :
apparemment si...
a écrit le 10/02/2015 à 16:00 :
Quand Airbus sait que Boing et bientôt les indiens, les russes et les chinois sont à l'affût, il réussit à être réactif. Quand il s'agit de commandes d'Etat européens qui veulent favoriser l'industrie européenne, les vieux réflexes reprennent le dessus.
Réponse de le 10/02/2015 à 16:47 :
Cela n'a rien à voir.
Le programme A400M c'est un programme partant de zéro, d'une feuille blanche et des exigences de tous les commanditaires: moi je veux ci, moi je veux ça, moi je le veux pas cher, moi je veux qu'ils soient un couteau suisse... Je te raconte pas l'embrouille, surtout lorsque tu sais qu'avec seulement deux commanditaire cela peut échouer (nombres de programmes franco-britanniques se soldant par un je fais le mien de mon côté: porte-avion, chasseurs, drônes...).
Et en plus sans grande expérience de la fabrication de tels avions.
Pour les autres pays, Airbus par avec des avions catalogues, et négocie plus que les équipements, le financement, les délais, le transfert technologique, la maintenance et la formation.
Réponse de le 10/02/2015 à 17:10 :
Si on avait fabriqué sous licence des Iliouchines avec de l'électronique moderne et compatible OTAN comme envisagé au tout début alors cela ferait longtemps que l'on aurait des flottes entières de transporteurs ET ravitailleurs... mais non c'était trop facile.
Réponse de le 10/02/2015 à 19:33 :
@truc : ce que vous décrivez est en effet le déluge du f18, prévu pour tout faire. Et qui fait rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :