Aéronautique : la grande soufflerie S1 de Modane bientôt sauvée d'un effondrement

 |   |  547  mots
L'affaissement de la soufflerie S1 de Modane-Avrieux impliquerait une remise en état estimée à 300 millions d'euros ; s'il venait à s'effondrer, sa valeur à reconstruction est estimée à 700 millions d'euros, selon la députée PS de l'Indre, Isabelle Bruneau,
"L'affaissement de la soufflerie S1 de Modane-Avrieux impliquerait une remise en état estimée à 300 millions d'euros ; s'il venait à s'effondrer, sa valeur à reconstruction est estimée à 700 millions d'euros", selon la députée PS de l'Indre, Isabelle Bruneau, (Crédits : DR)
Le ministère de la Défense devrait très rapidement dégager des ressources financières d'urgence pour lancer le plan de rénovation destiné à la grande soufflerie S1 de Modane, qui menace de s'effondrer.

C'est une très bonne nouvelle pour l'aéronautique civile et militaire française. Une fois les modalités pratiques réglées notamment le montant précis de la facture, le ministère de la Défense se dit prêt à prendre très rapidement les mesures financières pour lancer un plan d'urgence de rénovation qui mettra à l'abri d'un effondrement la grande soufflerie S1 de Modane-Avrieux (S1MA) de l'ONERA, assure-t-on dans l'entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Le président du centre de recherche aérospatiale français (ONERA), Bruno Sainjon, a d'ailleurs été reçu la semaine dernière au ministère. Des assurances lui ont été données en ce sens, selon la même source.

Il était temps car si le sol s'affaissait de cinq petits millimètres de plus sous la soufflerie S1, où sont apparues de nombreuses fissures inquiétantes, la France perdait un de ses bijoux technologiques, qui fait envie au monde entier. Selon la députée PS de l'Indre, Isabelle Bruneau, "l'affaissement du bâtiment impliquerait une remise en état estimée à 300 millions d'euros ; s'il venait à s'effondrer, sa valeur à reconstruction est estimée à 700 millions d'euros". Si le ministère a pris son temps avant de réagir, c'est qu'il voulait impliquer les industriels de l'aéronautique et la DGAC (direction générale de l'aviation civile), utilisateurs des souffleries. Mais ils se sont tour à tour défilés au grand dam de l'hôtel de Brienne.

Le 21 octobre dernier, interrogé par Isabelle Bruneau à l'Assemblée nationale sur les difficultés de la soufflerie S1, Jean-Yves Le Drian avait répondu qu'il était "très sensible au sort de l'ONERA, et notamment aux questions qui touchent à la soufflerie de Modane, dont je suis directement informé". Le 27 octobre, il s'est montré un peu plus précis en expliquant que "le ministère de la défense ne laissera pas tomber l'ONERA".

Environ 20 millions d'euros de travaux

Le montant des travaux de renforcement du sous-sol est estimé... à 20 millions d'euros. Le plan de rénovation élaboré par l'industriel Spie Fondations est déjà prêt. Pour éviter toute catastrophe, il faudrait que le chantier commence en mars ou avril. L'ONERA a déjà autofinancé 2 millions d'euros pour des travaux exploratoires et de premier renforcement, mais faute d'argent, l'ONERA ne peut pas payer ces travaux. D'autant que le centre de recherche devrait afficher en 2015 une perte inférieure à 4 millions d'euros, autour de 3,7 millions (contre 16 millions en 2014).

Cette aide d'urgence dédiée à la grande soufflerie S1MA n'exemptera pas pour autant l'ONERA de faire un gros travail de structuration de son fonctionnement et de sa stratégie. La nouvelle direction y travaille, notamment sur le contrat d'objectifs et de performance (COP), exigé par l'État. Il sera prêt en mars ou avril. Le plan stratégique scientifique (PSS) devrait être quant à lui prêt fin janvier. Une fois tout ce travail accompli, le ministère de la Défense prendra les décisions sur le rôle et les missions de l'ONERA à l'avenir. Ce travail de structuration permettra également d'engager le plan de soutien pour huit grandes souffleries (plan ATP) élaboré par la direction, dont le montant s'élève à 218 millions d'euros sur onze ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2016 à 10:05 :
Avis aux commentateurs peu renseignés: les personnes qui travaillent à l'ONERA ne sont absolument pas fonctionnaires (c'est devenu un gros mot visiblement) mais des personnes qui ont un contrat de droit privé classique (CDI, CDD). L'ONERA touche en revanche une subvention publique en tant qu'EPIC pour délégation de service public. C'est d'ailleurs l'un des établissement de recherche les moins subventionné par tête de chercheur. Le reste du budget provient de contrats privés passés avec des partenaires industriels ou institutionnels.
a écrit le 20/01/2016 à 7:34 :
Bertrand.
Bah, non, Cher Bertrand, une soufflerie permet en reel sur un modele reduit a une echelle determinee de calculer les vrais parametres a la construction, considerant les effets sur des materiaux nouveaux, composites entre autre, aux contraintes mecaniques d'un futur vaisseau des airs.
De plus cela permet d'affiner les modeles informatiques qui peuvent presenter des defauts caches, car un ordinateur peut delirer. Les exemples sont multiples, le dernier en date, d'il y a deux jours lors de la recup ratee d'un etage propulseur, made in USA.
Cet outil est une pepite qu'il faut a tout prix preserver y compris pour des constructeurs comme Dassault et consorts. 20 millions bien investis.
Le ministere l'a enfin compris, il etait temps.
Bien a vous.
a écrit le 20/01/2016 à 5:54 :
encore des millions qui ne serviront à rien : cela ne nous empêche pas de vendre des avions par milliers : alors en dehors que gaver les fonctionnaires, A QUOI CELA SERT-IL ???????????
Réponse de le 20/01/2016 à 12:22 :
"qui ne serviront à rien"
Etes-vous certain de cette ânerie?
Les souffleries françaises sont utiles à la France et à L'UE.
Test moteurs Snecma, GE + Snecma (CFM, LEAP), Ariane, Airbus, Missiles MBDA, Chasseurs, certainement aussi le missile stratégique M51 et des drones, etc.....
Et puis des équipements en situation comme des missiles sous une aile d'avion.
Mis à part ses quelques détails, effectivement, cette soufflerie de sert à rien, pourquoi ne pas aller sous-traiter aux Etats-Unis?
La soufflerie de Modane, c'est juste l'indépendance et la souveraineté de la France dont il s'agit!
---
Pour l'Histoire
Trésor de guerre
Si la grande soufflerie est aujourd'hui sous pavillon tricolore, ses origines sont allemandes. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, une mission française, dirigée par le mathématicien Lucien Malavard est chargée par le ministère de la guerre de prospecter sur les anciens territoires allemands. La délégation découvre dans le Tyrol Autrichien une soufflerie, dont la construction avait été initiée en 1942.
La France, qui souhaite redémarrer ses recherches scientifiques interrompues lors du conflit, signe le 25 septembre 1945, deux mois après la découverte de ce trésor de guerre allemand, un décret qui autorise le rapatriement de la structure naissante, pour l'installer de l'autre côté des Alpes, à Modane.
---
Reste que le budget de l'ONERA, Office National d'Etudes et de Recherches Aérospatiales, a bien diminué ces dernières années.
Attention la concurrence étrangère, de plus en plus dense, ne nous attendra pas.
Il sera dommage de perdre notre avance technologique pour quelques centaines de millions économisés dans la R&D, et au final perdre des milliards. Je sais bien que c'est une spécialité françaises, mais y'a pas obligation à toujours répéter les mêmes conneries!
Et ceci est valable pour tous le panel, TPE, ETI et GE.
a écrit le 19/01/2016 à 20:07 :
QUESTION: pourquoi doit ton attendre que le batiment soit presque une ruine, pour envisager des tabeaux???? il n'y a pas au ministére de la defence des spécialites de l'entretiens des batiments? le service du génis n'existe plus, ou le personnel est au abonner abcent, ou pire encore les grands chef ne lise pas lescompte rendu des responsables..... '
Réponse de le 20/01/2016 à 11:59 :
Je pense par manque de moyens! Et peut-être une communication déplorable, il était pourtant simple d'annoncer: pas de panique, on surveille le problème, on ne laissera pas tomber cette perle unique en Europe, on financera les travaux au plus tard à telle date.....
a écrit le 19/01/2016 à 18:29 :
C'est un ENORME soulagement. Naturellement une déception, et honte, et affront, que l'Industrie qui en bénéficie, n'y contribue pas.
Réponse de le 20/01/2016 à 5:55 :
peut-être l'industrie n'en a-t-elle plus besoin ????
a écrit le 19/01/2016 à 14:02 :
Le Ministère a fini par vous écouter Mr Cabirol donc bravo! On est content de trouver l'Etat pour prendre ses responsabilités.
Le fait qu'un chantier de 20M$ de travaux spéciaux soit quasi attribué sans appel d'offres sent un peu le pâté (je n'ai peut-être pas tout suivi), mais Spie Fondations est néanmoins une boite sérieuse.
Réponse de le 19/01/2016 à 16:35 :
Vous n'avez pas tout suivi en effet puisque des compagnies aériennes il n'en existe pas des dizaines en France.

Sinon je pense que Dassault et les dizaine de milliards qu'il a couté à l'Etat se serait fait piquer la place par d'autres bien plus compétents et certainement bien moins avides.
a écrit le 19/01/2016 à 13:35 :
C'est une bonne chose que le sujet soit pris en main. C'était bien tenté de vouloir impliquer les acteurs qui utilisent ces souffleries, dommage qu'ils n'aient pas jugé pertinent d'y prendre part. La DGAC aura donc beau jeu de continuer à critiquer l'institution, trop orienté vers la défense selon eux, mais ils ont peut-être manqué une occasion de peser davantage en laissant le ministère de la défense prendre totalement à sa charge cette question. Concernant les industriels, l'occasion était bonne aussi de promouvoir leur image à moindre frais...
Réponse de le 20/01/2016 à 5:57 :
et quel intérêt pour les industriels ???????????
a écrit le 19/01/2016 à 13:33 :
"les industriels de l'aéronautique et la DGAC (direction générale de l'aviation civile), utilisateurs des souffleries. Mais ils se sont tour à tour défilés au grand dam de l'hôtel de Brienne"

Socialisation des pertes et individualisation des profits, on croit difficilement les néolibéraux quand ils nous affirment que l'État c'est la mort de l'investissement car sans ce dernier la plupart de nos multinationales ne seraient pas grand chose.

D'un côté on crache sur l'État et les services publics, de l'autre on profite à fond de son pognon, il serait peut-être temps que les décideurs économiques et politiques en prennent conscience un jour, s'ils en sont capables bien entendu, fait qui semble s'éloigner tous les jours un peu plus.
Réponse de le 19/01/2016 à 14:34 :
100% d'accord avec vous....
Réponse de le 20/01/2016 à 6:03 :
je crois comprendre que les souffleries de cet endroit sont obsolètes et les moyens informatiques y font face !!! je ne suis pas un spécialiste de ce type de matériel mais je suis convaincu que les industriels qui doivent d'abord regarder leurs comptes n'ont pas pris part dans la remise en état de ce batiment : il y a sûrement des raisons, mais comme les fonctionnaires sont sûrs de tout connaitre il 'n'ont même pas posé la question : peut-être avaient-ils peur de la réponse !!!!!!!!!!!!!!!!! ce n'est pas parce que l'Etat mets la main à la poche que c'est souhaitable, loin s'en faut !!!!! je crains que les gens qui y sont présents ne soient que des fonctionnaires !!!
Réponse de le 20/01/2016 à 9:25 :
" il y a sûrement des raisons"

Pourriez vous être plus pécis je vous prie ou bien dédouanez vous machinalement la responsabilité des tenants de l'économie sur la seule et unique déclaration de leur bonne foi ?

Bonne foi qui comme on le constate tous les jours repose d'abord sur l'intérêt financier qu'ils en retire ou non. Êtes vous d'une grande naïveté naturelle ou bien plus sûrement, comme chacun peut le constater en vous lisant, bien payé à leur service ?

Pourquoi me parlez vous des fonctionnaires ? Je ne le suis pas et là dedans ils n'ont absolument aucune responsabilité, si ce ne sont les hauts fonctionnaires ceux qui sont très bien payés et qui finiront d'ailleurs certainement encore mieux payés au sein des multinationales qu'ils auront servi durant tout le temps de fonctionnariat.

Vous êtes sur un site d'information économique, un minimum de connaissance en la matière me semble requis si vous avez envie de faire des objections parce que votre réponse là, elle est complétement à côté de la plaque.

Merci et bonne journée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :