Airbus pourrait construire près de 1.000 avions par an d'ici à 2020 !

 |   |  662  mots
Airbus veut produire plus de 60 A320 par mois à partir de 2018 contre 42 aujourd'hui
Airbus veut produire plus de 60 A320 par mois à partir de 2018 contre 42 aujourd'hui (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Airbus envisage de produire plus de 60 A320 par mois à partir de 2018 et 120 A350 par an. Soit près de 850 avions auxquels il faudra ajouter la production des A330 et des A380. Boeing est aussi sur des chiffres tout aussi impressionnants. Un défi pour la supply chain, un thème qui sera abordé le 12 juin au Paris Air Forum à l'occasion d'un débat entre Jean-Paul Ebanga, PDG de CFM International et Emmanuel Viellard, PDG de Lisi Aerospace.

Près de 1.000 avions par an d'ici à la fin de la décennie, soit près de 2,5 appareils par jour : c'est l'incroyable niveau de production que pourrait atteindre Airbus à l'horizon 2018 d'après un rapide calcul reposant sur les propos des dirigeants d'Airbus ce jeudi aux Innovation days de l'avionneur.

Il s'agirait d'une hausse de la production d'environ un tiers, par rapport à celle observée en 2014 (629). Elle résultera de la montée en cadence de l'A320 (des appareils court et moyen-courriers) et de l'A350, un gros-porteur long-courrier qui a débuté sa carrière commerciale en février.

Doublement par rapport au début des années 2000

Alors qu'une cadence de production de 50 A320 est d'ores et déjà prévue au 1er trimestre 2017, contre 42 aujourd'hui, Airbus envisage en effet d'augmenter la production de ses monocouloirs à plus de 60 appareils par mois au plus tôt en 2018. Soit un doublement par rapport au début des années 2000, date à laquelle Airbus produisait 28 A320 par mois.

"Il y a de la demande", a expliqué le directeur commercial du constructeur, John Leahy, en évoquant une production de "plus de 60" avions par mois. Selon lui, le chiffre de 63 appareils "se justifie". Un tel volume en 2018 est « raisonnable » selonTom Williams, le directeur des opérations. Une décision sur l'augmentation dez cadences devrait être prise d'ici fin 2015. Si Airbus décidait de passer à 60 par mois, la production annuelle s'élèverait à 720 appareils (756 en prenant le chiffre de 63 évoqué par John Leahy), assemblés sur les sites d'Hambourg, Toulouse, Tianjin en Chine, et Mobile aux Etats-Unis.

A350 : cadence 10 en 2017

S'ajouteront 120 A350, dans la mesure où Airbus entend atteindre la cadence de 10 appareils par mois en 2017. Ce qui, en tenant compte les A320, porterait la  production annuelle théorique à 876 appareils. Un chiffre auquel il faudra ajouter la production des A330 et des A380, dont le niveau est plus difficile à prévoir en raison du manque de visibilité sur les prises de commandes de ces deux appareils. Si la cadence de l'A330 va être réduite à 6 appareils par mois en 2016, la mesure est qualifiée de « temporaire » par le président d'Airbus, Fabrice Brégier, lequel entend bien remonter les cadences par la suite.

A330 Régional

Avec le lancement des versions remotorisées (A330neo) et de la version régionale de l'A330, Airbus reste confiant sur des prises de commandes futures de ce biréacteur lancé au début des années 90. Dans l'hypothèse minimaliste d'une cadence de 6 A330 par mois (soit 72 par an), la production d'Airbus atteindrait donc à l'horizon 2018 948 appareils. Voire plus si le rythme de 30 A380 par an est conservé. Cela dépendra des prises de commandes du très gros porteur d'ici là et (ou) du lancement d'une version améliorée.

Boeing aussi au plus haut

Des niveaux hallucinants qui se retrouveront également chez Boeing qui livre aujourd'hui plus d'avions qu'Airbus. Le géant américain profite évidemment lui aussi de la croissance du trafic aérien mondial, lequel double tous les 15 ans. Selon l'association internationale du transport aérien (Iata), le trafic pourrait atteindre 7 milliards de passagers d'ici à 20 ans, contre 3,4 milliards en 2014, et 16 milliards en 2050.

Le défi de la supply chain

Si une hausse des cadences permet aux avionneurs de proposer de nouveaux créneaux de livraison aux compagnies aériennes, elle constitue un défi de taille pour les fournisseurs, dont un grand nombre travaille à la fois pour Airbus et Boeing.

Tom Williams a notamment pointé du doigt le défi pour les motoristes d'assurer la montée en cadence des moteurs des A320neo, la version remotorisée de l'A320 en cours de certification. Pour ces derniers, Airbus a choisi deux moteurs : le Leap de CFM International (General Electric/Safran) qui remplacera le CFM56 qui continue de très bien se vendre, et le geared turbofan (GTF) de Pratt & Whitney. Pour sa version remotorisée, le B737MAX, prévue en 2017, Boeing n'a retenu qu'un motoriste (CFM International).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2015 à 0:05 :
Avec leur carnet de commande,et les perspectives du marché il y a urgence à augmenter la production et a investir en France ,se serait très bon pour le PIB et le commerce extérieur ,et attention aux pays comme la chine ,les delais actuels peuvent leur ouvrir une fenetre , qui voudrait construire des avions,on leur a tout appris ,et il ne nous feront aucun cadeau quand ils seront prêts
a écrit le 31/05/2015 à 0:50 :
Même sur cette excellente nouvelle, des décliniste affamés se jettent sur l'os pour tenter de le déchiqueter a pleine dent.
a écrit le 29/05/2015 à 13:46 :
Donc, la création en 2014 , de la nouvelle usine Airbus ,à Mobile, LA, USA pour les nouvelles séries 330 Neo est pleinement justifiée...
Réponse de le 29/05/2015 à 16:42 :
Faux, c'est le A320 NEO qui sera assemblé à Mobil Al.

Oui, c'est justifié, 4 A320 NEO (Ou pas NEO, au début) par mois, prod qui peut passer à 8 mois, assez facilement (Un bout de bâtiment à ajouter, et à équiper)
Et ce sera proche des 12 mois de prod par An, là bas aux USA !
a écrit le 29/05/2015 à 9:49 :
Produire, juste produire...
Ces chiffres cachent la grande déchéance du Bureau d'Etudes en arrière plan, la fin de tous les programmes de développement qui pèsent sur le tissu de sous-traitance Toulousain
a écrit le 29/05/2015 à 9:15 :
airbus devrait améliore l'assemblage de leurs avions au lieu de vouloir faire une course de vitesse.
Réponse de le 29/05/2015 à 10:31 :
Ne vous en faites pas pour la partie avion civil de AIRBUS , ils ont des milliers d'ingénieurs aguerris qui bossent dur pour que tout se passera bien lors de cette montée en cadence. Ils ont bien retenue les leçons sur les déboires de l'A380 et du B 787.
Par contre, AIRBUS avec sa branche militaire a des gros problèmes avec l'A4000M .
Réponse de le 29/05/2015 à 11:40 :
Ah... parce que vous trouvez que les "ingénieurs" d'airbus sont aguerris?? hahahahah bonne blague
Réponse de le 29/05/2015 à 16:31 :
@ Bourne : des ingénieurs aguerris ? alors ils ont un superbe avenir en Ukraine ils ont besoin de gens aguerris pour combattre les séparatistes, les US en paient très bien d'ailleurs ! LOL
Réponse de le 30/05/2015 à 13:42 :
@autres
Airbus a fabriqué plus de 10000 avions depuis 30 ans, je pense que les ingénieurs ayant plus de 15 ans de boite sont majoritaires et donc pourraient gérer facilement cette montée en cadence. Donc oui , ils sont aguerries ! "Aguerries" est une image, une expression. Il n'est pas question de faire la guerre monsieur Dupipeau ;)
a écrit le 29/05/2015 à 8:09 :
C'est super pour l'économie... sans vouloir faire les rabat-joies, est réellement tenable du point de vu écologique ? Ne va t-on pas tous en mourir à la fin de ces centaines de milliers d'avions qui circulent en permanence ?
Réponse de le 29/05/2015 à 9:00 :
l'aviation responsable de 2,5% des émissions de CO2 d'origine humaine. plus ou moins autant que l'informatique
Réponse de le 29/05/2015 à 9:10 :
On peut aussi se poser la question des conséquences écologiques de l'asphalte de nos magnifiques routes et autoroutes qui, elles, coutent des dizaines de milliards à la collectivité !!? ET que dire de l'impact écologique des tranchées représentées par les voies ferrées, empêchant le passage de la faune !
Quelle est la consommation de carburant par passager au kilomètre parcouru en avion, face à celle d'une automobile...à fortiori dans les bouchons et/ou avec une seule personne à bord !!?
Je ne parle même pas des conséquences écologiques des centrales nucléaires nécessaires au train comme aux voitures électriques.... Chaque médaille à son revers !!
Réponse de le 29/05/2015 à 13:29 :
Effectivement on peut se poser la question de toutes ces autres sources de pollution, notamment les voitures... Quand à l'impact des avions, il y a le CO2 mais la pollution aussi !
Réponse de le 29/05/2015 à 16:27 :
Calculs à revoir ... (Un peu)
D'abord compter sur une prod de 12 mois à Toulouse beuh, il faut aller à l'étranger pour voir ça !
Prenez X 11 mois, à l'année pour Airbus, ce sera plus juste !
Bon, merci les US (Mobile, bientôt) et la Chine (Tianjen ), pour remonter un peu les stats !

Et le A350 fera mieux que 10 /Mois dans 3 ans, la capa max est pour l'instant limitée par celle des ailes, chez les GB, à Broughton, 13-14 jeux par mois !
Il leur faudra de très grosses machines en X2 pour passer cette limite !
Ce qui correspondra certainement à un niveau de production vers 2019, vers les 150 A350XWB par An !
Réponse de le 29/05/2015 à 16:35 :
Bonjour les verts !
Pourquoi ne pas prendre votre bâton de pèlerin et expliquer au reste de la planète que 2 enfants par famille est plus que suffisant pour ramener la population terrestre à des niveaux raisonnables et admissible !

Bon, c'est bien plus dangereux (Voir mortel) d'aller l'expliquer là ou il le faudrait ...
Que de pontifier confortablement sur les consos de C02 et faire les Kéké à côté de trois pêches "Bio" sur la place du marché !
Réponse de le 29/05/2015 à 17:35 :
@rensim,
si vous voyiez les critiques des internautes quand je dis que la France n'est pas faite pour plus de 45 millions d'habitants , que l'immigration actuelle c'est de la folie, et que la France de 100 millions d'habitants chère à De Gaulle et Giscard, c'est totalement irresponsable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :