Boeing gèle les livraisons des B 737 MAX : près de 2 avions par jour sont concernés !

 |   |  783  mots
(Crédits : © POOL New / Reuters)
Boeing annoncé la suspension des livraisons de ses avions moyen-courriers 737 MAX, qui ont été interdits provisoirement de vol dans le monde après deux accidents récents d'appareils de ce type, l'un d'Ethiopian Airlines, l'autre de Lion Air. Mais l'avionneur continue la production en espérant implémenter la solution à ses problèmes une fois qu'elle sera validée.

Ce jeudi, en début de soirée en France, au lendemain de l'immobilisation totale de la flotte de B 737 MAX qui a suivi l'accident d'Ethiopian Airlines le 10 mars dernier dans des circonstances similaires à celles observées lors du crash de Lion Air en octobre, Boeing a annoncé la suspension des livraisons de ses appareils moyen-courriers.

"Nous suspendons la livraison des 737 MAX jusqu'à ce que nous trouvions une solution", a déclaré à l'AFP un porte-parole, ajoutant que l'avionneur américain poursuivait en revanche leur production en écartant l'éventualité de réduire les cadences.

Il va falloir trouver de la place. Boeing construit 52 B737 MAX par mois, quasiment deux par jour.

"Nous sommes en train d'évaluer nos capacités", c'est-à-dire de savoir où les avions sortis des chaînes d'assemblage vont être stockés, a-t-il admis.

Boeing entend donc continuer à assembler les avions et introduire la solution à ses problèmes une fois que ces derniers auront été clairement identifiés et que la façon de les résoudre validée. Un peu comme l'avait fait Airbus pour l'A320Neo quand les motoristes ne parvenaient pas à livrer les moteurs. Airbus avait continué la production et avait ajouté les moteurs bien après. Du coup, en maintenant la production, Boeing maintient ses achats auprès des fournisseurs. Une bonne nouvelle pour ces derniers. Plusieurs industriels français, notamment Safran, sont présents sur le programme du B737 MAX.

Les soupçons se portent sur le système anti-décrochage

Les boîtes noires ont été envoyées en France pour être examinées. L'accident de Lion Air et d'Ethiopian Airlines présentent des similitudes. Dans les deux cas, l'avion était neuf et s'est écrasé peu de temps après le décollage et les appareils ont connu des montées et des descentes irrégulières juste après le décollage. Les soupçons se portent sur le système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, le "MCAS" (Maneuvering Characteristics Augmentation System), qui n'existe pas sur les B737 classiques, mais qui ont été ajoutés sur la version remotorisée MAX équipée de moteurs plus lourds. Ce système, qui fait piquer du nez l'avion pour éviter un décrochage, est censé se déclencher en cas de sortie du domaine de vol, mais semble néanmoins se déclencher également quand l'avion est dans les limites du domaine de vol en raison de mauvaises données reçues. Selon un pilote, ceci peut venir d'un dysfonctionnement des sondes d'incidence (AOA, Angle of Attack sensor) qui envoient de mauvaises informations de vitesse et d'incidence au logiciel, ou par une défaillance du système de remontées des données.

"Après l'accident de Lion Air, Boeing avait publié une consigne demandant aux pilotes confrontés à des problèmes d'incidence ou de vitesse de couper les "trim" pour reprendre l'avion en manuel et se poser le plus rapidement possible. Les "trims" font bouger le plan fixe horizontal de la gouverne", explique à La Tribune un pilote.

La facture peut être salée

La durée de la suspension des vols est donc cruciale pour Boeing. Car elle dictera la  durée de l'interruption des livraisons. A raison de 52 avions livrés par mois et 57 à partir de juin (un B737 MAX 8 ou MAX 9 valant au prix catalogue entre 125 et 130 millions de dollars), la perte de chiffre d'affaires peut-être considérable en cas de suspension longue. L'essentiel en effet de la facture est payée au moment de la livraison. Par ailleurs, les compagnies impactées (celles qui ont reçu les 371 appareils aujourd'hui cloués au sol et celles qui devaient les recevoir prochainement) exigeront des compensations financières. Les négociations porteront notamment sur les frais de location d'avions pour remplacer les B737 MAX et sur le surcoût opérationnel de ces appareils de substitution. Une galère pour trouver les avions dans la mesure où l'on va rentrer dans la saison estivale dans le transport aérien (fin mars - fin octobre), synonyme de forte activité.

Par ailleurs, une interruption longue des livraisons entraînera un chamboulement du calendrier de livraisons. Avec à la clé de fortes pénalités à payer aux compagnies aériennes. Elles seraient d'autant plus élevées que le nombre d'avions et de clients de cet avion est important. Plus de 4.000 appareils sont en commande.

À cela s'ajoute évidemment le risque d'annulation de commandes. Une telle interruption des livraisons pourrait également faire le jeu de l'A320Neo d'Airbus, au moins à court terme. Airbus peut en effet en profiter pour "aller chercher des parts de marché" sur des clients traditionnels de Boeing.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2019 à 9:46 :
L'histoire des 737 max, ressemble étrangement à une mauvaise conception aerodynamique qu'on a essayé de camoufler avec des algorithmes de contrôle...En effet, en croisant les différentes informations notamment celles des pilotes déposant anonymement sur le site de la NASA, je ne serai pas étonné si on découvrait que l'avion est trés centré arrière au décollage (cad, que le centre de poussée de l'aile est trés en avant par rapport au centre de gravité). De ce fait l'avion est instable et hyper manoeuvrant et on a tenté de le stabiliser en modifiant le calage (trim de l'empennage). La plupart des pilotes qui ont pu debrancher cette loi affirme une oscillation d'altitude importante, qui caractérise que le loi de contrôle est instable....Je ne rentrerai pas dans les détails du pourquoi de l'instabilité...
a écrit le 17/03/2019 à 23:04 :
Pendant que Boeing prouve que l'on ne peux pas faire confiance aux entreprises US l'allemand Tom Enders continue la démolitiion d'AIRBUS.
Vive les réseau euro atlantiques.
a écrit le 16/03/2019 à 10:24 :
Si je ne peux pas répondre aux trolls ou faire supprimer leurs trollages et-c...
a écrit le 16/03/2019 à 10:23 :
Il y a une inconscience naissante du fait de l'intérêt financier grandissant.

Fukushima (on est à peu près dans le même ordre de mesure de risques) est arrivé à cause de cela, à cause de la seule vénalité des actionnaires milliardaires qui ont fait retirer les principales sécurités de la centrale nucléaire, oui dit comme ça on croirait rêver et pourtant ils l'ont bien fait, parce que ça coutait trop cher.

Ici nous avons deux avions tout neufs qui tombent tuant des centaines de personnes et les dirigeants de Boeing qui continuent tranquillement leur business, on peut penser qu'encore une fois il la fallu l'intervention de Trump pour réveiller des investisseurs devenus zombis car aliénés par leur avidité qui semble avoir de moins en moins de limites.
a écrit le 15/03/2019 à 16:50 :
En installant des nouveux moteurs plus lourds et plus puissants Boeing aurait du adapter la cellule et la voilure de l'avion et pas seulement ajouter des winglets sexy. Mais cela coute et prends du temps. Boeing va prendre une baffe en plus de celle avec le ravitailleur KC-46 "Pegasus" !
a écrit le 15/03/2019 à 14:36 :
Pas difficile de trouver de la place pour stocker les appareils:
Il suffit de prendre les emplacements utilisés en 2013 pour stocker les 787 pendants les 3 mois d"'assignation à résidence" pour cause de batterie incendiaire
a écrit le 15/03/2019 à 13:08 :
Et qui va "certifier" le patch du logiciel ou des capteurs? la FAA encore? Mais elle n'est plus fiable ni crédible donc je ne volerai jamais sur un de ces Boeing Max sauf si c'est une agence "vraiment" indépendante qui certifie la fiabilité de ces appareils après la "mise à jour" du logiciel ou des capteurs présumément en cause dans ces 2 crashes où plus de 340 personnes ont perdu la vie.
a écrit le 15/03/2019 à 13:05 :
Je suis d'accord sur le fait que la FAA doit prendre des decisions sur des faits donc ca peut videment prendre qq jours avant de poser un geste
en ce qui concerne Trump ce n'est qu'un coup de COM (un de plus) je vis aux USA une partie de l'annèe et je peut vous dire que ca base aime ca se genre d'action de leur president le bon president qui veille a la securite de ses citoyens depuis quand un president dit quoi faire a la FAA
a écrit le 15/03/2019 à 11:55 :
Ainsi, après le premier crash, Boeing a fourni un mode d'emploi aux pilotes ...
On croit rêver . Pour gagner quelques sous , on obtient in fine un deuxième crash .
Et les victimes ? ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :