Défense : et si Macron réservait une nouvelle surprise pour la nomination du prochain DGA

 |  | 355 mots
Lecture 2 min.
Au moins sept candidats, qui briguent le poste de délégué général pour l'armement  ont été auditionnés par l'ancien patron d'Airbus Louis Gallois, et l'ancien président du CNES, Yannick d'Escatha, ainsi que la ministre des Armées, Florence Parly. Lequel va être choisi par Emmanuel Macron?
Au moins sept candidats, qui briguent le poste de délégué général pour l'armement ont été auditionnés par l'ancien patron d'Airbus Louis Gallois, et l'ancien président du CNES, Yannick d'Escatha, ainsi que la ministre des Armées, Florence Parly. Lequel va être choisi par Emmanuel Macron? (Crédits : GONZALO FUENTES)
Au moins sept candidats pour le poste de délégué général pour l'armement ont été auditionnés. Pas sûr pour autant qu'un de ces candidats soit choisi au final par Emmanuel Macron.

Qui pour succéder à Laurent Collet-Billon à la tête de la direction générale de l'armement (DGA), pilotée par intérim depuis plus de quinze jours par le numéro deux de la DGA, Vincent Imbert ? Au moins sept candidats ont été récemment auditionnés par l'ancien patron d'Airbus Louis Gallois, et l'ancien président du CNES, Yannick d'Escatha, ainsi que la ministre des Armées, Florence Parly. Ils sont tous ingénieurs de l'armement, soit en fonction actuellement à la DGA, soit passés par la DGA.

Il s'agit de Monique Legrand-Larroche, directrice des opérations de la DGA, de Caroline Laurent, directrice de la stratégie de la DGA, de Stéphane Reb, directeur du développement international de la DGA, de Laurent Giovachini, directeur général adjoint de Sopra Steria, de Bruno Sainjon, PDG de l'ONERA, de Joël Barre, directeur général délégué du CNES, et, enfin, de Philippe Logak, associé au cabinet d'avocats Gide, selon des sources concordantes. Parmi ces candidats, certains ont même été pendant un certain temps favori.

Un candidat surprise en vue

Mais il n'est pas impossible que le Chef de l'Etat Emmanuel Macron, qui brouille les pistes, prenne un malin plaisir à déjouer tous les pronostics et fasse émerger un ou une candidat(e) surprise comme il l'a déjà fait par deux fois avec la nomination de Sylvie Goulard, puis de Florence Parly comme ministre des Armées. "Cela en prend la tournure", explique-t-on à La Tribune. Car c'est bien à l'Elysée que sera décidé le nom du prochain délégué général pour l'armement... sur proposition de Florence Parly.

Quand ? Peut-être dès ce mercredi, jour de conseil des ministres, mais plus surement le 26 juillet. Emmanuel Macron, qui n'a pas souhaité renouveler Laurent Collet-Billon à la tête de la DGA pendant neuf ans - un record -, reste le maître du tempo. Mais il doit aussi gérer dans le domaine de la défense son différend avec le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2017 à 9:33 :
Après le choix désastreux de Florence Parly, énarque socialiste sans expérience, et l'éviction du Chef d'Etat-Major des Armées, on peut s'inquiéter sur ce que nous réserve encore Macron ! Le Ministère des Armées est un Ministère important de l'action de la France.
a écrit le 19/07/2017 à 15:07 :
Je vois bien Cécile Duflot à ce poste pour acheter des lance-pierres qui devraient être moins onéreux et plus écologiques que les armes atomiques :-)
a écrit le 19/07/2017 à 11:57 :
Concrètement on fait quoi avec la Ministre de la défense (Parly) faut respecter les règles, mal barré le jupiter ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :