Défense : sans industrie forte, pas de souveraineté ?

 |   |  759  mots
La souveraineté de notre système de défense se construit sur une industrie forte, estime le Délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon
"La souveraineté de notre système de défense se construit sur une industrie forte", estime le Délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon (Crédits : Reuters)
La France a jusqu’ici su préserver ses capacités industrielles à un niveau tout juste suffisant pour conserver une autonomie de décision. Jusqu’à quand ? Ce sera l'un des débats du Paris Air Forum qui se tiendra le 16 juin à la Maison de la Chimie avec le délégué général pour l'armement Laurent Collet-Billon, le PDG de DCNS Hervé Guillou et le PDG de MBDA, Antoine Bouvier.

Pour la France, le choix de disposer d'une autonomie stratégique de décision dans le domaine de la défense a été décidé et validé par le général de Gaulle, puis mis en musique par ses successeurs. "La souveraineté de notre système de défense se construit sur une industrie forte", résume d'ailleurs le Délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon. Après plus de deux décennies de coupes claires dans les budgets militaires, la France s'est enfin décidée depuis deux ans à augmenter ses dépenses de défense afin de tenir compte du contexte géopolitique de plus en instable (terrorisme islamique, montée des États puissance comme la Russie ou l'Iran, populisme...)

Dans son discours de campagne en mars dernier, Emmanuel Macron recommande d'ailleurs "une politique de réindustrialisation de défense et de mieux sécuriser nos approvisionnements, pour garantir l'autonomie stratégique de la France". Il avait précisé que les choix d'investissements futurs seront guidés par le souci de préserver la souveraineté de la France. Cette réindustrialisation doit également permettre de limiter les dépendances de la France envers des pays tiers notamment ceux qui, comme les États-Unis, n'hésitent pas à faire de leurs équipements un moyen de pression. Les entreprises de défense devront, avec l'appui de l'État, construire un avenir sans contrainte, qui existe sur certains composants.

Autonomie de décision

Pour soutenir une armée plus resserrée mais qui doit être plus performante, comme en témoignent ses interventions sur les théâtres afghan, libyen, malien et syrien, la France a su maintenir - certes a minima - ses investissements en vue de maintenir une filière industrielle la plus autonome possible en matière d'armement. A ce prix, les forces armées françaises sont encore capables d'intervenir militairement de façon autonome sur certains conflits (Mali). En outre, cette filière technologique, qui emploie des ingénieurs de très haut niveau, a exporté sur les cinq dernières années 8,6 milliards d'euros par an en moyenne d'équipements militaires (prises de commandes), souvent vers des pays liés par des partenariats stratégiques de long terme.

D'ailleurs, l'affirmation des souverainetés sur la scène internationale à l'image de pays puissances comme la Chine et la Russie, et de certains pays émergents comme le Brésil et l'Inde doit conforter plus que jamais la stratégie de la France. Et plus encore si on observe la volonté de l'Inde et du Brésil tout comme l'Arabie Saoudite de développer une industrie nationale pour acquérir cette autonomie de décision. En outre, "les États qui s'arment dans le monde, notamment en Asie, conçoivent leurs capacités militaires comme un attribut indispensable de la puissance et comme le prolongement de leur développement économique, au service de l'affermissement de leur souveraineté sur leurs espaces", explique un rapport de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).

Des investissements prioritaires

La préservation de l'ensemble des secteurs industriels critiques qui concourent à l'autonomie stratégique et à la souveraineté de la France comme la dissuasion, le renseignement et la projection, reste indispensable à la cohérence de la politique de défense tricolore. A ce titre, le ministère de la Défense a investi 10,8 milliards d'euros en 2016 pour équiper les forces. Au-delà, il doit également préparer l'avenir avec comme priorité d'investir dans la R&T via des organismes comme l'ONERA, l'Institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis (ISL), le CEA Tech, et dans la R&D (DGA et industrie). En 2016, le ministère a investi 804 millions d'euros dans la préparation de l'avenir. C'est peu, trop peu. Il faut tendre vers 1 milliard d'euros de dépenses par an, comme l'a expliqué dans son programme de campagne Emmanuel Macron, voire 1,5 milliard, pour rester parmi les nations les plus performantes.

Enfin, le champ du flux numérique permet d'apporter l'information nécessaire à la décision. "Il faut aussi immédiatement s'engager à relever le défi stratégique du numérique", estime Laurent Collet-Billon. Pourquoi ? La bataille de l'information est une réalité y compris pour ce qui concerne la sécurité de ses flux. La maîtrise des réseaux d'échanges de données est donc devenue un réel enjeu de souveraineté. Car leur extrême complexité et leur croissance vertigineuse rendent les réseaux d'information plus susceptibles d'être confrontés à des agressions. C'est aussi cela la guerre de demain...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2017 à 23:26 :
la seul industrie forte en France et l industrie de l armement pas de quoi faire cocoricos, quand on sait que plus les hommes fabriquent des armes plus ils y auras de conflie et des guerres qui demultipliras les morts sur cette terre, mais depuis que la bonbe nuclaiere a ete invente certains blocs n ossent plus s engager dans certain conflie ,mais ils y a encore malgres ces bonbes encore trop de conflies,QUAND ESQUE LES HOMMES CONPRENDRONS QU IL VAUT MIEUX FAIRE DES NEGOSIATIONS AFIN DE PARTAGE LES RICHESSES DES SOLS AFIN QUE CHACUN ET DE QUOI FAIRE EVOLUEZ SONT PAYS ? ILS Y A UN PAYS QUI NOUS MONTRE LE CHEMIN C EST LA CHINE ET C EST POURTENT LE PAYS LE PLUS ARME DU MONDE???///LA TROPGRANDE SECURITE DES PEUPLES EST TOUJOUR L AVANT COUREUR DE LEURS SERVITUDE/// MARAT///
Réponse de le 30/05/2017 à 0:40 :
Marat est mort une deuxième fois en lisant votre aurtografe...
Réponse de le 30/05/2017 à 8:38 :
Tenteriez vous le guiness des records de fautes d'orthographe ?
Vous êtes impressionnant. ...
Essayez le correcteur automatique
a écrit le 29/05/2017 à 20:07 :
Une industrie de défense forte et nécessaire mais sur nos moyens de souveraineté j'en doute quelques exemples :
Quand la fusion entre Airbus et Boeing était envisagée personne ne s'inquiéter du sort des M 51,
RTD défense les camions (moteurs, BV,... ) resteront Volvo on ne récupère pas tous les composants
La filière des petites munitions du stratégique et indépendance les fusils ou Nexter sa ne l'est pas
Les missiles ont fait dans la coopération et très poussés le nouveau plan de NBDA
Une industrie de la défense souveraine c'est aussi faire des choix dans la coopération (ça ne veut pas dire de pas en faire) et pour l'état commander un volume suffisant pour la production sans devenir une vitrine des industriels. Les industries de la défense sont peut-être les seuls ou l'on peut penser ( peut être même devoir) en national.
a écrit le 29/05/2017 à 13:18 :
Sauf que depuis De Gaulle le contexte mondial a changé et il faudrait être un peu plus diplomate et modeste. A l’époque, il me semble que par exemple vis à vis de l'Afrique, les rapports étaient un peu plus unilatéraux ? théoriquement on n'a plus besoin d'aller assurer notre souveraineté Nationale sur le continent Africain, ou uniquement sous mandat et donc avec des forces de coalition.

Déjà il faudrait prioriser ce qui relevé de la sécurité du pays et distinguer ce qui est du domaine commercial. On ne fait de l'industrie pour faire de l'industrie, il faut une stratégie cohérente et savoir dans quel domaine on est objectivement performants. Si on pouvait éviter le genre "on a le meilleur avion au monde...". Il y a des domaines où une mutualisation européenne est préférable à une surenchère individuelle.

Ce n'est pas qu'un problème technique ou technologique, mais essentiellement financier. On n'a pas 30 ans de croissance devant nous, mais 30 ans de stagnation ou pire, de récession.
Et comme les finances sont à sec, cela revient à définir des priorités et en caricaturant à choisir entre : protection sociale, infrastructures collectives, développement économique ou développement militaire. Et dans le secteur militaire, entre dissuasion nucléaire, force d'intervention, course à l'armement technologique, etc...

Si l’objectif est de faire seuls le travail de l'OTAN, d'aller concurrencer la Chine, l'Inde ou la Russie, autant se placer tout de suite sous la protection du "chapitre 11" de la loi américaine sur la faillite.

Relever le "défi stratégique du numérique", c'est d'une telle évidence, que le retard pris en est honteux. Surtout si, à en croire les médias, on s’appuie uniquement sur des systèmes développés dans d'autres pays. Aussi alliés soient-ils, un risque énorme a été pris.

Pour le numérique, encore faut il arriver à en intégrer la philosophie autant que l'usage. Les datas ce n'est pas un ordinateur, comme comme une arme que l'on mettrait à disposition des troupes, ou de la hiérarchie. Cela relève du même état d'esprit que l’économie numérique, une forme foisonnement perpétuel, faisant autant appel à l'intelligence individuelle que collective, qui nécessite esprit d'analyse, adaptation et innovation perpétuelles. J'imagine que toutes les données ou informations étant sujettes à interprétation, on le constate tous les jours, il faut aussi des capacités d’abstraction, de discernement et des algorithmes. Sinon il y a un risque de parasiter les données autant que leur signification et de s'inventer de faux ennemis.

Heureusement, on a la chance d'avoir un jeune président aux commandes du pays et qui est déjà imprégné de cette culture.
Heureusement, on a des alliés européens capables de nous aider à développer la défense et aussi à mutualiser les dépenses.
Réponse de le 29/05/2017 à 20:24 :
Commentaire long creux et vaniteux...
Réponse de le 30/05/2017 à 17:20 :
"Heureusement, on a la chance d'avoir un jeune président aux commandes du pays et qui est déjà imprégné de cette culture." il n'est imprégné que du mondialisme, d'européiste et d'immigrationnisme, c'est un fat psychopathe.
Heureusement, on a des alliés européens capables de nous aider à développer la défense et aussi à mutualiser les dépenses. " Depuis des lustres, "les alliés" européens n'ont rien fait pour leur défense. Ils se sont toujours placé sous le parapluie US via l'OTAN. maintenant, ils se font souffler dans les bronches par Trump. Alors, pour la défense, ne comptons que sur nous. Pas question de mutualiser quoi que ce soit. C'est trop tard. les européens pouvaient faire ces efforts il y a 60 ans. Ils ne l'ont pas cru nécessaire. Et puis, il suffit d'un doigt et d'un individu pour appuyer sur le déclenchement l'arme nucléaire, pas besoin d'être plusieurs.
a écrit le 29/05/2017 à 11:46 :
Il est plus raisonnable de dire: "Sans souveraineté, point d’industrie forte"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :