Et si finalement la PME Photonis était vendue à une entreprise française

 |   |  495  mots
(Crédits : Photonis)
Le ministère des Armées a demandé à Thales et Safran de regarder le dossier Photonis mis en vente par le fonds Ardian.

Pour un rebondissement, c'est un rebondissement. Alors que la France ne s'opposait pas à un rachat de Photonis par un groupe étranger, et plus précisément américain, le ministère des Armées a finalement demandé très récemment à Safran et Thales, via leur filiale commune détenue à parts égales dans le domaine de l'optronique Optrolead, de regarder le dossier, selon des sources concordantes.

Les cabinets du ministère des Armées puis de Bercy, notamment la Direction générale des entreprises (DGE), qui s'est émue de la situation de Photonis, se sont également penchés sur le dossier ces derniers jours. Tout comme Bpifrance prêt semble-t-il à jouer les chevaliers blancs. Enfin, la toute nouvelle agence d'innovation de défense (AID) souhaite regarder ce dossier. Mais la direction générale de l'armement (DGA) n'a pas l'intention de lâcher ce dossier qu'elle veut garder sous son contrôle.

Les forces spéciales clientes de Photonis

Détenue depuis 2011 par le fonds Ardian, cette PME de la région bordelaise, qui réalise un chiffre d'affaires de l'ordre de 140 millions d'euros, est stratégique sur le plan opérationnel pour les armées, explique-t-on à La Tribune. Et notamment pour les forces spéciales françaises, un très bon client des produits de Photonis, qui est le leader mondial de la conception et de la fabrication de tubes d'intensification d'image de pointe pour les militaires. Car ce qui intéresse les forces spéciales c'est la vision de nuit qui est devenue une technologie opto-électronique essentielle dans la guerre moderne, de plus en plus de combats se déroulant la nuit pour augmenter la surprise chez l'adversaire.

A cet égard, la technologie de Photonis est en avance par rapport à celle des Américains, qui est en bout de course. D'où la volonté des Américains de racheter Photonis aux Français. D'autant que, selon nos informations, Photonis aurait dans son tuyau plusieurs innovations dans le cadre de programmes de recherche très prometteurs et très secrets. En juin 2015, la PME bordelaise recevait le prix "Ingénieur général Chanson" décerné chaque année par l'Association de l'Armement Terrestre pour avoir mis au point une caméra permettant de filmer en couleur pendant la nuit, CMOS Kameleon.

1.000 salariés

L'entreprise, dont le siège social est situé à Mérignac (France), est un des leaders mondiaux de la conception et de la fabrication de tubes intensificateurs de lumière dans les secteurs de l'aéronautique, de la recherche et de la défense ainsi que pour des applications à débouché commercial. Il a notamment vendu ses produits aux forces spéciales de tous les pays de l'OTAN.

En France, Photonis travaille principalement dans le domaine de défense avec Thales et Safran. Elle emploie plus de 1.000 salariés dans le groupe et possède cinq usines situées à Brive-la-Gaillarde en France, à Roden aux Pays-Bas, à Sturbridge et Lancaster aux Etats-Unis

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2019 à 12:17 :
Ce serait une bonne nouvelle si cette entreprise restait française.
Elle est haut perchée technologiquement, comme Cailabs, Soitec, Kalray, Silmach, Scintil Photonics, 2CRSI, Safran Reosc (Saint-Pierre-du-Perray, 91), Thales Seso (Aix-en-Provence), Airbus Cilas (Orleans), etc.
La photonique NF décoiffe, et il faut avoir une vision à très long terme, ce qui manque clairement à nos élus.
Céder des pépites maintenant engendrera quelles conséquences dans 10 années ou plus ?
On pourrait bien être totalement largué par les Etats-Unis et dépendant !
Et si on arrêtait de refiler les bases technologiques, pour ensuite devoir les racheter aux américains et tenter de récoler les morceaux pour concevoir des systèmes.
Et l’ITAR-free ?
Les technologies photoniques, capteurs, lasers, imagerie, fibre optiques, nano-optique, vont prendre de plus en plus d’importance, dans la détection pour la défense et la sécurité, l’aéronautique et le spatial, les télécoms, circuits intégrés et systèmes embarqués, le médical évidement, et les énergies, dans les véhicules autonomes, les transferts de données, jusqu'à l’agriculture et la surveillance de la planète. C'est-à-dire que dans tous les secteurs industriels et commerciaux la photonique sera plus ou moins présente, mais de plus en plus.
En plein dans les pépites deep-tech !
Bah oui, il nous faut des fonds technologiques plus puissants, français et européens, augmenter les salaires des ingénieurs et chercheurs afin qu’ils ne se tirent pas ailleurs, et viser toujours plus dans les hautes technologies.
Mais tout cela ne servira à rien si on abaisse le cout de l’industrialisation. Sujet sur la table depuis 3 ou 4 ans, suite logique du CICE, mais sur lequel il n’y a aucune avancée, parce qu'encore repoussé, parce que pas discuté sérieusement !
Rien ne sert d’avoir d’excellents bureaux de R&D et excellentes écoles et universités, des incubateurs, plateformes et écosystèmes performants, si au final la matière grise et les brevets se tirent ailleurs.
Y'a pas plus simple à comprendre !
Réponse de le 08/10/2019 à 15:01 :
correction :
ne servira à rien si on n'abaisse pas le cout de l’industrialisation.
Comme l'indique un autre sujet, ce jour, délivré par Xerfi, le CAC40 et le SBF120 sont vampirisés par des fonds américains.
Alors, avec le peu qu'on a dans les tiroirs caisses, commençons donc par protéger nos pépites, avec des investissement à long terme, pour l'avenir de nos industries et notre souveraineté.
Oui, je sais, ça ne matche par avec le courtermisme pour se faire réélire par une politique politicienne ciblant ce seul objectif ! Ca vaut pour la nation jusqu'aux communes, tous partis confondus.
a écrit le 08/10/2019 à 11:40 :
Un domaine stratégique qui doit rester français.
a écrit le 08/10/2019 à 11:38 :
Ça fait un peu désordre en haut lieux, car il semble que l'on vient de se rappeler que cette E est particulièrement sensible ds le domaine militaire puisqu'elle fournit les forces spéciales et qu'elle est en concurrence directe avec ses homologues US moins performants.
Heureusement qu'il y a des services ministériels de veille sur les E sensibles... Mais il y en a peut-être trop et ce dossier n' est certainement pas tombé au bon endroit.
a écrit le 08/10/2019 à 9:39 :
Photonis doit rester française, il y a suffisamment de débouchés en Europe et dans le monde pour pouvoir anticiper et financer son développement. Marre de toutes les boites innovantes, fruits de notre filière d’excellence scientifique qui sont rachetées par des étrangers !.
a écrit le 08/10/2019 à 9:36 :
"est en avance par rapport à celle des Américains" le rachat est donc indispensable pour que les USA disent "on est les plus forts dans le domaine", puis refusent la vente aux non américains, trop stratégique comme matériel.....
a écrit le 08/10/2019 à 9:35 :
Enfin on se pose la bonne question. Quand une entreprise du territoire national cherche un repreneur , il y a en France assez de capitaux qui dorment lamentablement dans des produits qui veulent éviter les impôts ou dans la spéculation immobilière toujours plus vorace et ne servant en rien la communauté, ou si peu, qu'il serait bien temps d'encourager la création de fonds d'investissements .
Réponse de le 08/10/2019 à 18:55 :
Photonis appartient deja à une fonds d'investissement, un bon en plus, et l'offre de cession est publique question : pourquoi veulent ils vendre? (reponse :parce e que le rendement des seuls dividendes ne suffira pas
à produit rendement suffisant )
rendement. question :Optrolead, (safran +thales) n'ont pas regardés le dossier jusqu’à présent. pourquoi . ? ce sont de industriels, des leaders du domaine pourtant.quel est réellement le potentiel de Photonis ? le marche des forces spéciales française , c'est quoi par rapport à celui des US ? J’espère que ce restera français. Mais dire juste "ce doit rester français ne suffira pas. Même "souverain", un fonds d’investissement besoin d'un rendement minimal...
a écrit le 08/10/2019 à 9:15 :
Ne refaisons pas le coup d'Alstom : cette boîte doit rester française, ABSOLUMENT. Les américains (avec ou sans Trump) ne sont plus fiables.
a écrit le 08/10/2019 à 8:52 :
Si ladite entreprise était si sensible, il y a longtemps que les USA aurait mis la min dessus; que les ministères des armées (désarmé?) et des finances s'intéressent, seulement maintenant et par l'intermédiaire de prête noms, fait un peu ridicule.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :