Et si Jean-Yves Le Drian gagnait son pari de lancer un drone Male européen

 |   |  689  mots
A l'image du F-35, le drone Male américain Reaper est le drone des Européens
A l'image du F-35, le drone Male américain Reaper est le drone des Européens (Crédits : General Atomics)
Le ministre de la Défense souhaite lancer un drone MALE européen. Il voudrait signer un accord de principe sur le lancement des études de ce type de drone. En Europe, le Reaper américain a fait une OPA sur ce marché.

La route est encore longue et surtout très incertaine en matière de drone MALE (Moyenne altitude longue endurance) européen. Mais le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian fait preuve d'une bonne volonté pour gagner ce pari. En tout cas, les études de ce futur drone MALE de nouvelle génération seront lancées cette année, avec un accord de principe dès le salon aéronautique du Bourget, a annoncé mercredi Jean-Yves Le Drian.

"Notre effort en matière de drones de surveillance et d'ISR (Intelligence, Surveillance & Reconnaissance, ndlr) devrait être accentué, avec notamment, dès cette année, le lancement des études relatives au futur drone européen, que la France envisage à l'horizon 2025 avec l'Allemagne et l'Italie", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Quand une telle décision sera-t-elle prise? "Le Salon du Bourget, au mois de juin, constituera un autre rendez-vous majeur pour nos industries de défense. Ce sera d'ailleurs un jalon important sur le chemin de la réalisation du drone européen, puisque nous signerons à cette occasion un accord de principe sur le lancement des études", a précisé le ministre. En juin 2013, Jean-Yves Le Drian, au moment où il avait annoncé son choix d'acheter des drones américains Reaper, avait expliqué qu'à plus longue échéance, il fallait "préparer avec les Européens le drone MALE de troisième génération". On y est mais existe-t-il un marché?

A l'époque, Jean-Yves Le Drian avait évalué le marché à 30 ou 40 drones en Europe. Selon lui, la Pologne pourrait à terme avoir besoin de ce type de drones, qu'utilisent déjà l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et l'Italie. Pour autant, certains observateurs restent sceptiques sur la constitution d'une filière industrielle : le marché européen, déjà difficile à unifier, reste trop étroit et un drone MALE est un programme relativement modeste pour accepter de nombreux partenaires.

Un projet européen

Ce projet de drone MALE européen est porté par Airbus Group, Dassault Aviation et Alenia Aermacchi (groupe Finmeccanica) qui ont soumis en mai dernier aux gouvernements français, allemand et italien une proposition concrète pour construire ensemble un drone militaire d'ici à 2020, un marché dominé par les États-Unis et Israël. Les trois groupes européens d'aéronautique avaient en juin 2013 fait part de leur volonté de coopérer pour fabriquer un drone MALE  de nouvelle génération.

"Non seulement un tel programme conjoint satisferait les besoins des forces armées européennes, mais en outre il surmonterait les difficultés budgétaires actuelles par la mise en commun des ressources allouées à la recherche et au développement", avaient souligné les trois partenaires.

Lors de la présentation de ses résultats annuels mercredi, Dassault Aviation a évoqué dans ses faits marquants "le début des discussions avec les ministères de la Défense français, allemand et italien en vue de la phase de définition d'un programme de drone MALE européen, sur la base de la proposition" élaborée avec ses deux partenaires, sans plus de précision.

Le Reaper, le drone MALE européen

Pour autant, les industriels et les nations européennes ont échoué pendant plus de dix ans à s'entendre sur un projet commun de drone MALE, avec pour conséquence la domination du Reaper en Europe, où il équipe déjà la Grande Bretagne, l'Italie et la France. Acet égard, Jean-Yves Le Drian a indiqué mercredi que la France allait recevoir au mois d'avril un troisième drone Reaper et en commander trois supplémentaires à l'été.

Lors d'un sommet consacré à la Défense en décembre 2013, les Européens avaient souligné l'urgence du besoin de drones pour les pays européens, mais les baisses des budgets militaires n'ont pas jusqu'ici permis de débloquer les crédits pour développer un tel projet de drone. Et l'avenir est très sombre notamment en Grande-Bretagne et en Italie où des coupes dans les budgets de défense sont à prévoir... Pour le drone MALE européen, le chemin est encore très incertain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2015 à 19:52 :
Piaggio hammerhead à l'armée de l'air italienne. Premier MALE européen. Aucun article ? Ah oui c'est vrai ce n'est pas un produit français
a écrit le 13/03/2015 à 22:45 :
Comme l'a dit un commentateur: Bientôt ces drones vont nous tomber dessus. Mais SVP Terroristes visez l'Elysée, 10 Downing Street or Matignon où toutes les crapules se trouvent mais oubliez les simples citoyens qui eux subissent et ne font de mal à personne...
a écrit le 13/03/2015 à 13:22 :
Dommage le gas a 6 ans de retard, sous Mr sarkozi ons souhaiter déjà construire un projet Europeen.... Mais bon cela n'est pas si simple dans notre Europe , où une grande partis des nation sont totalement soumise au dictacte américain.... Si notre pays s'était réveiller plus taux , nous pourrions avoir un prototype qui vole..... Mais bon cela ne sont que des mots , rien n'est en route, et cela peux beaucoups changer d'ici 5 ans ( temps de développement d'une machine) ...
Réponse de le 23/03/2015 à 13:04 :
Epuisant à lire!
a écrit le 12/03/2015 à 18:07 :
Enfoncé Koulibali. Il ne sert plus a rien de se kamikazer, le drone terroriste va devenir la norme. Nous d'abord, mais "eux" ensuite. Nous allons bientôt connaître le frisson de nos ancêtres les gaulois qui avaient peur que quelque chose leur tombe sur la tête.
a écrit le 12/03/2015 à 16:28 :
La non défense européenne (un machin comme dirait un certain CDG) a encore de beaux jours devant elle.
a écrit le 12/03/2015 à 14:34 :
Lancer un drone femelle serait plus intéressant.
Tous les pays veulent leur drone male, mais l'espèce peut disparaître. Pour assurer sa reproduction, la présence de drones femelles est indispensable. D'autant plus qu'on pourra conserver les petits.
Mais il y aurait un inconvénient, celui de susciter la curiosité des drones males. Alors qu'un drone doit passer inaperçu. Il faudrait donc s'assurer de la participation d'un pays du moyen orient pour voiler et burkaniser le drone femelle, de façon que les drones males ne le voient pas.
Réponse de le 12/03/2015 à 19:51 :
@ Humour Humeur : EX-CEL-LENT !!! you made my day, merci !!! mdr
a écrit le 12/03/2015 à 12:45 :
Ils y a déjà 6 ans que notre armee demande un équipement europeen, mais bon il est mieux acheter sur étagère au dire des politiques.... Bien sur cela ne règle pas le probleme de la perte de savoir faire industrie et encore moins de notre dépendance militaire.... Mais bon tous arrivé, même une Bonne Nouvelle...
a écrit le 12/03/2015 à 11:35 :
Peut être qu'un système de location collective serait un moyen de sécuriser une commande européenne suffisante ... ?? Une société ad-hoc serait créée, dont seraient actionnaires les états intéressés, au prorata de leurs besoins estimés. Chacun des états louerait le ou les drones au prorata de leur investissement. En cas de situation de crise, cela permettrait de projeter l'ensemble des appareils sur le site "chaud". Un même système pourrait être envisagé pour des avions ravitailleurs, des avions sanitaires...ou des avions de lutte anti-incendie ! Pour ces derniers, la saisonnalité étant inversée, la participation de l'Australie ou de la Nouvelle-Zélande aurait du sens !
a écrit le 12/03/2015 à 11:19 :
Pour rendre la fabrication de ce drone éventuellement rentable, il faudrait s'assurer dès le début de la possibilité de pouvoir l'exporter sans le veto de l'un des pays participants. L'expérience continue des veto de l'Allemagne sur différents produits en fonction de l'intérêt du moment devrait servir de leçon. Et ce n'est pas une attitude qui se cantonnera à l'Allemagne.
Réponse de le 12/03/2015 à 12:58 :
Bien ils faut compter sur les grands allier de l'oncle Sam dans notre Europe, ils sont nombreux, partisan farouche de l'OTAN , nombrilisme, et autre pays parlent la même langue..... Cela devra changer car la tournure de ce monde vas bien mal, est jamais les américain ferons tuer leur soldat pour nous défendre, sauf si cela est leur intérêt propre.... Mais la priorités des USA reste est resté encore longtemps l'Asie....
Réponse de le 12/03/2015 à 19:53 :
@ Hébété : Autant être aveugle que lire une stupidité pareille. :-)
Réponse de le 12/03/2015 à 22:06 :
Zerty

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :