Exportations d'armes : une année en trompe l’œil pour la France en 2018

 |   |  440  mots
Airbus Helicopters a finalisé en 2018 trois grandes commandes, dont une seule a été mise en vigueur
Airbus Helicopters a finalisé en 2018 trois grandes commandes, dont une seule a été mise en vigueur
Le cru 2018 des exportations d'armes françaises aurait pu être très bon et atteindre la barre des 10 milliards d'euros. Ce ne sera finalement pas le cas : plusieurs grands contrats signés l'an dernier n'ont pas été mis en vigueur. Ils seront inscrits en 2019 dans le carnet de commandes des groupes concernés.

Le ministère des Armées n'est pas passé loin d'une superbe année 2018 en termes d'exportations d'armes. Le montant aurait pu approcher voire atteindre la barre des 10 milliards d'euros. Mais plusieurs grands contrats signés en 2018 n'ont finalement pas pu être mis en vigueur (acompte versé) : c'est le cas des blindés en Belgique, des hélicoptères NH90 en Espagne et Caracal en Hongrie, ou encore, mais à un degré moindre, des quatre patrouilleurs en Argentine.

"Sur l'export 2017, nous avons fait un peu moins de 7 milliards (d'euros de prises de commandes, ndlr), et sur 2018 nous prévoyons à peu près la même chose", avait estimé le Délégué général pour l'armement (DGA), Joël Barre lors d'une conférence de presse tenue début novembre. Il aura in fine raison.

Seulement deux grands contrats en 2018

En 2018, Airbus Helicopters a finalisé trois grandes commandes (Qatar, Hongrie et Espagne). Mais seul le contrat signé au Qatar portant sur la vente de 28 NH90 et 16 Ecureuil (H125) a été mis en vigueur. Le montant total de cette commande s'élève à plus de 3 milliards d'euros, dont un peu plus de 1,5 milliard revient à Airbus Helicopters. Le Qatar a également mis en vigueur l'achat de 12 Rafale à Dassault Aviation (1,1 milliard d'euros). Soit environ 2,5 milliards dans les filets de l'industrie de défense française. En revanche, MBDA, qui habituellement contribuait aux exportations d'armes de la France, a disparu ou presque des écrans radars en 2018. Enfin, Arquus (ex-Renault Trucks Defense) a gagné un contrat au Koweït portant sur la fourniture de 300 véhicules blindés Sherpa pour 270 millions d'euros.

En outre, le montant des exportations françaises est consolidé autour d'un socle de contrats inférieurs à 200 millions d'euros, qui constitue la partie stable et récurrente de la performance des entreprises françaises à l'exportation. Un socle qui peut être estimé entre 3,5 et 4 milliards bon an, mal an.

Des grands contrats en attente de versement d'acompte

En revanche, Nexter a obtenu une importante commande en Belgique (véhicules blindés Jaquar et Griffon pour 1,5 milliard d'euros), qui n'a pas encore été mise en vigueur, selon nos informations. Le Parlement français doit encore voter une loi pour que ce contrat soit effectif. La commande de 23 NH90 version TTH (1,5 milliard d'euros) de la part de l'Espagne attend elle aussi une mise en vigueur. Ce serait une question de jours. C'est le cas également des 16 hélicoptères multirôles H225M (environ 500 millions d'euros) vendus en fin d'année par Airbus Helicopters à la Hongrie et des quatre patrouilleurs placés par Naval Group en Argentine (319 millions d'euros). L'année 2019 débute très bien....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :