L'Airbus A330 MRTT décroche son sixième contrat export en Corée du Sud

 |   |  942  mots
Airbus Group a remporté un contrat de 1,19 milliard d'euros avec la Corée du Sud pour l'achat de quatre avions A330 MRTT
Airbus Group a remporté un contrat de 1,19 milliard d'euros avec la Corée du Sud pour l'achat de quatre avions A330 MRTT (Crédits : Airbus Group)
Airbus Group a remporté un contrat de plus de 1 milliard d'euros en Corée du Sud pour l'achat de quatre avions A330 MRTT.

Airbus Group a remporté un contrat de 1,33 milliard de dollars (1,19 milliard d'euros) en Corée du Sud pour l'achat de quatre avions A330 MRTT (Multi-Role Tanker Transport), a annoncé ce mardi le ministère sud-coréen de la Défense. Selon les termes de ce contrat, Airbus livrera ces appareils de transport et de ravitaillement d'ici à 2019, a précisé dans un communiqué l'agence d'acquisition des matériels militaires dépendant du ministère de la Défense.

Airbus confirme sa percée en Corée du Sud

L'A330 était en concurrence avec le KC-46A de l'avionneur américain Boeing, a-t-elle précisé. Les forces armées sud-coréennes, et en particulier l'armée de l'Air, se fournissent traditionnellement auprès des constructeurs américains, qui illustre l'alliance militaire entre Séoul et Washington depuis la guerre de Corée.

Les groupes européens, Airbus en tête, ont cependant décroché d'importants contrats ces dernières années. Dernier en date, celui signé en mars par Airbus Helicopters avec Korea Aerospace Industries (KAI) pour le développement et la fabrication de plus de 300 appareils civils et militaires, qui rapportera au constructeur européen 1,5 milliard d'euros sur 20 ans. Le contrat MRTT "va permettre à Airbus Defence and Space d'établir une relation durable et sur le long-terme avec l'industrie coréenne, comme c'est déjà le cas pour d'autres divisions du groupe Airbus", a expliqué un porte-parole d'Airbus DS.

L'A330 MRTT, un best-seller à l'export

Cette nouvelle sélection fait de la Corée du Sud le sixième pays à l'exportation à opter pour l'A330 MRTT,  après Singapour, l'Australie, l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et le Royaume-Uni, qui ont commandé 34 exemplaires au total. L'A330 MRTT a également été sélectionné par l'Inde (six appareils), le Qatar (deux) ainsi qu'une commande de l'Agence européenne de défense (AED) pour le compte des Pays-Bas, de la Pologne et de la Norvège (4 appareils). A chaque appareil vendu à l'export, la part française s'élève à un tiers du contrat sur ce type d'appareils. A ce jour, 24 A330 MRTT sont en service au sein de quatre pays.

L'A330 MRTT a rendu les armes seulement deux fois dans les compétitions auquel il a participé. Aux États-Unis en 2011 après un combat de titan face à Boeing pour le contrat du siècle qui représentait 179 avions ravitailleurs pour une valeur totale de 35 milliards de dollars. Plus récemment au Brésil, Airbus a dû affronter un concurrent israélien, qui proposait la modernisation de KC-767 de Boeing à des prix extrêmement bas. Mais la compétition a été finalement annulée par Brasília.

L'étrange commande de la France

La France a de son côté déjà commandé fin 2014 un exemplaire sur les 12 MRTT qu'elle doit commander en tout dans le cadre du Livre blanc sur la défense. Elle doit en commander huit autres exemplaires en 2015 et enfin trois autres en 2016. Ces appareils conçus sur la base des long-courriers A330-200 est un maillon clé dans le déploiement de bombardiers stratégiques (mission nucléaire) et plus généralement dans les missions aéroportées de longue distance.

Préparé par la Direction générale de l'armement (DGA), le contrat signé par Airbus Defence and Space couvre également l'acquisition des systèmes de soutien et de formation associés (rechanges, outillages, outils de simulation...) et des premières années de soutien et de formation. Le montant du contrat est d'environ 3 milliards d'euros. Conformément à la Loi de programmation militaire, la livraison du premier appareil est prévue en 2018, celle du second en 2019. Les livraisons se poursuivront ensuite au rythme de 1 à 2 appareils par an.

Un ravitailleur universel

L'A330 MRTT offre simultanément des capacités stratégiques de transport aérien militaire et de ravitaillement en vol. Il est dérivé de l'A330, le tout dernier membre gros-porteur moyen-/long-courrier de la famille Airbus à commandes de vol électriques. Plus d'un millier d'exemplaires de cet appareil ont déjà été vendus à près de 80 clients, et 650 sont actuellement en service à travers le monde, offrant ainsi la perspective d'un support facilité et de nombreuses années de vie commerciale.

La voilure de l'A330-200 est assez large pour contenir le carburant nécessaire aux missions de ravitaillement avec une capacité d'emport carburant maximale de 111 tonnes et sans adjonction de réservoirs supplémentaires. ce qui permet de ne pas empiéter sur le volume disponible à l'intérieur du fuselage pour transporter passagers et/ou fret. Cet appareil peut ravitailler, avec sa perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System), les avions équipés d'un réceptacle universel comme le F-16 Fighting Falcon, le F-35A Lightning II et même l'A330 MRTT lui-même. Il peut également alimenter les avions équipés de perches comme le Rafale, l'Eurofighter, le Tornado, le Mirage et le Sukhoï.

Jusqu'à 300 passagers

Grâce à son large fuselage, l'A330 MRTT est idéal pour accueillir un vaste éventail de charges utiles militaires ou humanitaires à l'occasion de missions stratégiques. Sa cabine peut ainsi être aménagée de multiples façons, telles qu'une configuration de 253 sièges en trois classes, 298 sièges en deux classes ou plus de 300 en classe unique "haute densité".

L'A330 MRTT est en outre conçu pour transporter une charge utile de 45 tonnes. De plus, l'avion est potentiellement convertible en version "combi", c'est-à-dire apte à transporter du fret à l'avant de la cabine et des passagers à l'arrière. Enfin, il peut par ailleurs être décliné en version d'évacuation sanitaire (MEDEVAC), puisque sa cabine peut facilement être transformée pour accueillir jusqu'à 130 civières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2015 à 14:31 :
Il est quand meme curieux de constater, depuis la soumission de nos politocards aux ordres des amis/requins (USA), l'envolee des contrats a l'export du lobby militaro-industriel francais... Etonnant n'est-ce pas ?
a écrit le 03/07/2015 à 14:37 :
La Corée qi n'achete pas ricain, alors là c'est une premiere. Il y a forcement des ententes la dessous ue nous ne connaitrons jamais
a écrit le 03/07/2015 à 13:28 :
Ah oui, j'ai oublié de dire que je ne sers à rien!
a écrit le 01/07/2015 à 15:47 :
Dans une compétition juste le 330-MRTT écrase le Boeing KC-46A, qui est un avion raté avant
d'avoir décollé. Ce KC-46A commandé par l'USAF pour des raisons politiques a déjà 3 ans de retard
sur son programme et n'atteindra pas les performances prévues. Un peu comme le F-35/JSF qui
tourne à la catastrophe. Les Coréens n'avaient plus le choix, malgré la pression du Pentagone.
Même les pilotes de l'USAF rêveraient d'avoir le 330, alors qu'ils ont encore les KC-135 pour plusieurs années ( et qui ne tiennent plus que par la peinture !).
a écrit le 30/06/2015 à 20:28 :
Oui, une très belle machine, qui a malheureusement perdu les marcher de USA.... Espérons qu'ils y aura d'autre commande.... Airbus dois se diversifier est augmenter sa part dans sa production de defence....
a écrit le 30/06/2015 à 18:32 :
Il se peut aussi que ce soit une concession de nos "alliés" américains en guise de geste à ses amis de l'Otan en Europe, toujours obéissants quoique empiffrés avec les embargos russes. Finalement quatre avions ce n'est pas "le contrat du siècle"…. mais je m'en réjouis, tout de même. Bravo!
Réponse de le 01/07/2015 à 8:05 :
Les américains passent leur temps à nous faire des cadeaux, ils sont vraiment sympas et nous espionnent intensément pour savoir quels sont nos besoins afin de ne pas nous décevoir.
Vraiment très cool ces américains
a écrit le 30/06/2015 à 18:10 :
Je suis surpris que les appareils vendus au Royaume Uni soient considérés comme une commande "export", le Royaume Uni étant partie prenante de ce programme.
Réponse de le 01/07/2015 à 8:44 :
vendus au Royaume Uni?
Les A330-MRTT sont assemblés à Toulouse et c'est à Getafe/Espagne que l'avionique militaire est installée.
Airbus c'est avant tout France + Allemagne + Espagne, et que l'A300-MRTT ait un moteur Rolls Royce ou GE, ni change rien..
Le type de moteur n'est pas précisé dans l'article.
Par contre l'article précise: "A chaque appareil vendu à l'export, la part française s'élève à un tiers du contrat sur ce type d'appareils." soit ~ 330 millions, et ceci quelque soit le moteur puisque Snecma ne participe pas.
Et, sauf info de dernière minute, Airbus Group n'a pas de siège au Royaume-Uni, ce dernier ne peux donc pas exporter d'Airbus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :