L'Egypte va s'offrir un satellite de télécoms militaires français

 |   |  357  mots
Sept mois environ de négociations entre les industriels français (Thales et Airbus) et l'Egypte ont été nécessaires pour signer un contrat portant sur la vente d'un satellite de télécoms militaires
Sept mois environ de négociations entre les industriels français (Thales et Airbus) et l'Egypte ont été nécessaires pour signer un contrat portant sur la vente d'un satellite de télécoms militaires (Crédits : Thales Alenia Space)
Thales Alenia Space et Airbus Space Systems vont signer mardi 10 mai un contrat avec l'Egypte portant sur la vente d'un satellite de télécoms militaires. Un contrat évalué à 600 millions d'euros environ.

C'est un nouveau succès pour la France et l'industrie d'armement tricolore à l'export. Thales Alenia Space (TAS) en tant que maître d'oeuvre, et Airbus Space Systems vont signer mardi prochain à Paris un contrat avec l'Egypte portant sur la vente d'un satellite de télécoms militaires estimé à environ 600 millions d'euros, selon des sources concordantes. C'est la concrétisation de sept mois environ de discussions puis de négociations entre les deux industriels tricolores et Le Caire. Paris et Le Caire avaient signé le 18 avril dernier lors de la visite de François Hollande en Egypte en avril un accord inter-gouvernemental (AIG) ouvrant la voie à la signature d'un contrat commercial. Il sera signé mardi lors de la venue d'une délégation égyptienne de haut rang à Paris.

"Après discussions entre les présidents français et égyptien et entre les ministres de la Défense, le contrat sur le satellite de communication avec l'Egypte est bouclé", avait alors déclaré l'Elysée à l'agence Reuters. Deux semaines plus tard, les derniers obstacles à la signature du contrat, notamment un problème d'assurance du satellite, ont été levés par les deux parties. Le satellite retenu serait du même type que celui fourni aux Emirats arabes unis, Yahsat. Airbus fournirait la plate-forme, et TAS, la charge utile, avait expliqué Le Monde en mars dernier.

Un seul satellite pour l'Egypte

Avant la visite de François Hollande en Egypte, TAS et Airbus Space Systems avaient déjà quasi finalisé les négociations. Initialement, Paris proposait au Caire deux satellites (un de télécoms et un autre d'observation) mais les Égyptiens avaient trouvé la facture trop salée. Le satellite d'observation est remis à plus tard. Mais les Russes et les sud-Coréens auraient proposé moins cher.

Par ailleurs, les négociations se poursuivaient encore entre DCNS et le ministère de la Défense égyptien sur la vente de quatre navires de guerre, dont deux nouvelles corvettes Gowind de 2.400 tonnes fabriquées à Lorient, le patrouilleur hauturier Adroit (un OPV de la classe Gowind), et, enfin, un patrouilleur de 54 mètres de type P400 fourni par le chantier naval Piriou.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2016 à 23:13 :
@ BONSOIR : Une simple question avec quel argent l'EGYPTE va t elle payer l'achat de ce satellite ? REPONSE : avec l'argent des contribuables français ... Le plus grave vendre des armes sophistiquées à ce pays met la FRANCE et les français en grand danger, ce pays étant très instable politiquement et religieusement ... J'espère que l'avenir me donnera tord !!!!!! Mais malheureusement je n'en suis si pas sûr !
a écrit le 06/05/2016 à 23:20 :
Bravo à l'industrie française et européenne. Thales Alenia space, entreprise franco-italienne, fait un chiffre d'affaire de 2 milliards d'euros avec 7500 employés répartis dans 8 pays.
a écrit le 06/05/2016 à 16:43 :
Encore un beau succès pour Monsieur Le Drian, mon Ministre préféré !

N'en déplaise aux grincheux, l'Egypte est un grand Pays, soutenu par l'AS dont les moyens financiers restent considérables.

Les coûts d'extraction du pétrole sont tellement bas en AS que ce Pays n'aura aucune difficulté à reprendre sa place de 1er exportateur de pétrole.

Sur un plan militaire, l'AS veut pouvoir s'appuyer sur l'Egypte.
a écrit le 06/05/2016 à 16:42 :
Qui va payer???????????
a écrit le 06/05/2016 à 16:10 :
Le payeur s'est l'Arabie saoudite comme on le sait tous. Arrêtons le french bashing et soyons heureux de la réussite de nos entreprises
Réponse de le 06/05/2016 à 17:05 :
Mais, les contradicteurs le savent bien mais ces suces les énervent car cela ne rentre pas dans leur case idéologique.
En effet, comment la FN va t-il vendre aux électeurs que la France est nulle avec tous ces contrats ?
a écrit le 06/05/2016 à 14:17 :
L'Egypte achète à tour de bras, mais avec quel argent ? Serait-ce par hasard une bomber à retardement que Hollande laisse à son successeur ?
Réponse de le 07/05/2016 à 0:48 :
Avec l'argent de l'Arabie saoudite qui a besoin de l'Égypte dans sa rivalité avec l'Iran
Réponse de le 07/05/2016 à 19:11 :
@ Patrickb
Tu te souviens l' affaire des PBC ( Russe ) La France n' est plus crédible....
bah depuis il a coulé de l' eau sous les ponts, même les océans...
a écrit le 06/05/2016 à 11:24 :
Thales Alenia Space et Airbus Space System ne sont pas entièrement français que je sache ?!
a écrit le 06/05/2016 à 11:15 :
C'est plutôt une entreprise Franco-Italienne , non ?
Donc un succès Franco Italien .
Réponse de le 06/05/2016 à 17:03 :
Mais oui, allez , si cela peu vous faire plaisir de diminuer les succes commerciaux de la France.
Chacun son petit plaisir, n'est-ce pas ?
a écrit le 06/05/2016 à 10:17 :
La France va offrir à l'Egypte un satellite de télécoms militaires.
a écrit le 06/05/2016 à 7:17 :
Attention, l'Egypte n'ayant plus de moyens financiers, il va falloir que son sponsor accepte de payer alors que la baisse du baril ne facilite plus les marchés.Mais tant mieux pour notre technologie si le marché se conclue. Je pense qu'on a tort d'annoncer ces ventes avant qu'elles soient signées, un intéressant reportage sur France Inter traite de ce sujet aujourd'hui.
Réponse de le 06/05/2016 à 11:30 :
Le sponsor c'est Hollande donc c'est le contribuable francais qui paye tout ca.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :