Le premier F-35 "Made in Italy" a réussi son premier vol

 |   |  648  mots
(Crédits : © Ho New / Reuters)
Le premier avion de combat F-35 assemblé par Finmeccanica en Italie a réussi son premier vol sur la base aérienne de Carmeri, près de Novare.

Le premier avion de combat F-35 assemblé en Italie par le groupe italien Finmeccanica, et plus précisément par sa filiale Alenia Aermacchi, a réussi son premier vol sur la base aérienne de Carmeri, près de Novare, a annoncé le groupe italien dans un communiqué publié ce lundi. Le F-35 est un avion de combat furtif multi-rôle de nouvelle génération développé et produit par l'avionneur Lockheed Martin dans le cadre du programme international Joint Strike Fighter. Le F-35 est aussi le programme d'armement le plus cher de l'histoire américaine, avec un coût explosant à 390 milliards de dollars, sans compter quelque sept ans de retard.

"Le succès du premier vol témoigne de la capacité de Finmeccanica à respecter ses engagements de production dans un programme très ambitieux dans le domaine industriel et technologique", a expliqué le groupe aérospatial italien dans son communiqué.

L'Italie à bord du F-35

Après sa participation dans la phase de conception avec des équipes intégrées au sein de  Lockheed Martin, Finmeccanica, à travers Alenia Aermacchi, est l'industriel italien leader parmi plus de 25 entreprises transalpines travaillant sur le F-35. Le groupe italien est notamment responsable de l'assemblage des avions de combat pour le compte de l'armée de l'air italienne et pour une partie des appareils destinés à l'armée de l'air néerlandaise.

En outre, le site Cameri fabrique également les composants des ailes du F-35 en plus de la ligne principale gérée directement par Lockheed Martin. Enfin, Cameri a été choisi comme le centre de soutien logistique de l'avion de combat en Europe. Par ailleurs, Finmeccanica est aussi impliqué dans la production de certains des composants électroniques de l'avion par Selex ES.

Le F-35 surclasse-t-il vraiment le F-16?

En juillet, l'armée de l'air américaine a souligné que le tout nouveau et très coûteux avion de combat F-35 surclassait bien au combat le robuste et éprouvé F-16, malgré un témoignage de pilote très critique sur les capacités comparées des deux avions. "Il y a eu de nombreuses occasions ou des groupes de F-35 ont engagé des groupes de F-16 en simulation de combat, et les F-35 ont gagné chacune de ces rencontres, grâce à leurs capteurs, leurs armements et leur technologie furtive", a précisé dans un communiqué l'armée de l'air (US Air Force).

Pourtant le site américain "War is Boring" a publié cette semaine le compte-rendu sévère d'un pilote de F-35 après un exercice de combat rapproché contre un F-16 en janvier en Californie. Les deux avions se sont livrés à une série de manœuvres brutales pour tenter d'abattre au canon leur adversaire, mais le F-35 a constamment manqué "d'énergie" pour réaliser ces manœuvres, perdant ainsi face au F-16, selon le compte-rendu. L'armée de l'air n'a pas démenti le compte-rendu du pilote, mais a souligné que le combat rapproché ne figurait pas au programme théorique de cet avion furtif multitâches.

Quelles missions pour le F-35?

La technologie du F-35 "est destinée à engager, viser et abattre l'ennemi depuis de longues distances, pas nécessairement en situation de combat visuel", a souligné l'US Air Force. "Les tests opérationnels et de développement continuent. Il est trop tôt pour tirer des conclusions finales sur la capacité à manœuvrer l'appareil", a également souligné le général Jeffrey Harrigian, chargé de l'intégration du F-35 au sein de l'US Air Force.

Le F-35 n'est pas encore en service dans les forces américaines. Les Marines devraient être la première force américaine à le déclarer opérationnel, peut-être dès cet été. Le F-16 avait été développé dans les années 70 par General Dynamics, racheté depuis par Lockheed Martin, qui a développé le F-35.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2015 à 14:08 :
Conclusion l'Europe de la défense n'est pas prête d'exister, donc l'Europe tout court n'existe pas. C'est un vague marché ouvert à tous vents où viennent se servir quelques prédateurs.
Réponse de le 09/09/2015 à 13:29 :
C'est très basique comme raisonnement.
Réponse de le 09/09/2015 à 21:01 :
C'est très très basique comme réplique.
a écrit le 08/09/2015 à 13:06 :
Le prix d'un F35 est de 300M$

Cela donne quoi s'il doit combattre 10 SU27 à 30M$ l'unité?
Réponse de le 09/09/2015 à 11:01 :
un seul SU27 ( voire un vieux Mig ) devrait suffire pour exploser 300M$
a écrit le 08/09/2015 à 13:06 :
Le prix d'un F35 est de 300M$

Cela donne quoi s'il doit combattre 10 SU27 à 30M$ l'unité?
a écrit le 08/09/2015 à 11:03 :
Les italiens ont eu leur part du gâteau du développement de cet avion, mais restent des sous traitants, avec un accès limité aux technologies les plus intéressantes de l'avion. L'augmentation des couts les a conduits à réduire leurs commandes de F35 significativement (de 131 à 90 avions, et une autre réduction pourrait intervenir). Le seul véritable partenaire industriel choisi par les américains pour ce programme est le Royaume Uni, qui devait co-développer le moteur F136 (Rolls Royce et GE). Ce développement a bien été mené, jusqu'à ce que les americains décident de couper les fiancements pour ce programme. Les britanniques ont apprécié. Non contents de phagocyter les budgets de R&D en Europe, les US ont réussi à semer la zizanie parmi les pays européens avec ce programme. Reste que les insuffisances en combat aérien rapproché de cet avion resteront une opportunité pour les autres constructeurs comme Eurofighter ou Dassault, qui pourront eux continuer à proposer des chasseurs multirole et biréacteurs.
Réponse de le 09/09/2015 à 21:05 :
@ Patex : Vous êtes le mieux placé pour poursuivre une carrière qui n'exige pas le moindre talent à propos de sujets d'aéronautique. Bravo et bon vent !
a écrit le 08/09/2015 à 10:37 :
L arme idéale pour aller canarder les braves islamistes de l IS dans les déserts de l Orient !
a écrit le 08/09/2015 à 9:39 :
Un joujou a 390 Milliard, pas fait pour le ‘Dogfight’, une furtivité ‘Has been’, quid des capacités d’emport… C’est peut-être le moment de faire des promos sur le Rafale Marine disponible lui… En tout cas chapeau les pays européens qui gaspillent leur budget dans ce snack volant au lieu de bâtir "l’Europe de la défense", y a plus qu’à espérer une absence de conflit majeur dans la décennie à venir… A moins que le bon Samaritain Français vole encore au secours…
Réponse de le 09/09/2015 à 11:19 :
en face, il va y avoir ça :
http://francais.rt.com/international/6129-maks-pak-fa-t-50
Réponse de le 13/10/2016 à 14:49 :
Bonjour à tous,
Le problème du F35 face à ses concurrents peut à mon sens, être divisé en plusieurs points principaux :
1. Le budget du programme, à ce jour 400 Md$. On parle d'un budget global de 2.000 Md$.
- ce qui déséquilibre les finances du pentagone (un comble),
- mais aussi les finances des différents partenaires (est-ce prémédité ?).
Corrélativement,
2. Son budget d'exploitation dû à l'empilement des technologies nouvelles, ce qui rend le coût de l'heure de vol prohibitif
3. La prédominance de la technologie US pour les 20 ou 30 prochaines années en Europe et en Asie. Celle-ci met à mal la survivance de l'équivalent Européen, même si apparemment Le Typhon et le Rafale arrivent plus ou moins bien à se vendre.
4. Sa disponibilité :
- chaque vol implique des opérations de maintenance complexes, notamment pour maintenir opérationnelle la "furtivité" (peinture, joints des panneaux, etc.)
5. Ses qualités de vol.
Même si on n'est pas encore vraiment fixé sur celle-ci, certains commentaires, notamment de pilotes, les mettraient en cause.
Certes, on peut aisément imaginer que ce point sera éclairci assez rapidement, et ce dès que l'avion sera utilisé en unités opérationnelles.
6. Sa "furtivité" :
Elle reste à démontrer, en particulier dans le futur. Les technologies de détection font et feront d'immenses progrès. Que ce soit dans les domaines Infra-rouge, optique, radar, ou autres, la configuration du F35 est figée à jamais, et la réponse aux avancées technologiques sera difficile, voire impossible, à mettre en œuvre sur un avion "fini".

Ceci dit :
- Sauf du côté "technologique", la comparaison ne doit pas être faite entre le F35 et le couple Typhon/Rafale. Les pays natifs de ces avions sont alliés et amis. Ils n'ont donc pas de raison valables d'être confrontés, sauf cas particuliers et locaux.
- La vraie concurrence technologique et de dominance est à évaluer face à la Russie et à la Chine. On sait que ces 2 pays font d'immenses efforts d'investissement dans le domaine aéronautique. A n'en point douter, ils arriverons à maîtriser les technologies requises pour y arriver.
Le problème se pose en matière de dominance technologique et politique.
- Y-aura-t-il une place pour l'industrie aéronautique Européenne ?
- Comment les Européens peuvent-ils dans le futur conserver une place sur un marché saturé par un avion (exemple du F16).

Voilà à mon humble avis de simple amateur, les questions qui se posent à nous.
a écrit le 08/09/2015 à 0:10 :
C'est un avion multitaches... sauf le combat rapproché...hahahaha !!! trop drole !!
Que plusieurs pays européens se soient devoyés dans ce programme est une honte..je leur souhaite de nombreuses pertes...
Réponse de le 09/09/2015 à 10:58 :
sauf le combat rapproché ... et à priori sauf toutes ses autres missions, en glanant des infos un peu partout on se rend compte que ce machine est encore plus buggé que le F22, et qu'il n'est pas près d'être opérationnel.

une chance pour la France , nous pourrons dominer le ciel européen :-)
Réponse de le 10/09/2015 à 21:46 :
@Le troll
L'avion Russe fait des choses étonnantes, mais il semble lent et manquer de puissance. Un Rafale, est beaucoup plus compact, semble plus rapide et plus maniable. Mais je ne suis pas un spécialiste, j'ai juste comparé des vidéos. Faudra attendre les vraies confrontations pour savoir, et ça pourrait être pour bientôt?
a écrit le 07/09/2015 à 20:49 :
C'est la première fois que je vois une brique volée... Ils sont fort ces Américains!
Réponse de le 09/09/2015 à 13:40 :
Mais ce n'est pas la première fois que ça a été dit.

Citation :
"le Phantom est une preuve vivante qu'avec suffisamment de puissance, même une brique peut voler ! "
Réponse de le 09/09/2015 à 21:10 :
Vous êtes vraiment "forts" en aéronautique. La première "brique" qui a pu voler c'était le Republic P-47 Thunderbolt dont le premier vol remonte au 6 mai 1941. Le reste ce n'est que de l'histoire...
a écrit le 07/09/2015 à 20:14 :
Bonjour : vulgaire propagande anti RAFALE pas vrai PATER NOSTER

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :