Le robot taxi aérien "Volocopter" testé dès 2019

 |   |  333  mots
[SPECIAL SALON AUTONOMY] Attachez vos ceintures, car le « Volocopter », cette machine mi-drone mi-hélicoptère pourrait bien devenir votre mode de transport préféré. Et pour cause, le piloter serait un jeu d'enfant !

La société allemande Volocopter a présenté jeudi au Salon Autonomy, salon des nouvelles mobilités à Paris, un robot taxi volant qui, après Dubai, sera testé en milieu urbain à Singapour au second semestre 2019.

C'est un hélicoptère sans queue avec une myriade de 18 hélices disposées sur un cercle de plus de neuf mètres de diamètre. Electrique et autonome, l'appareil se veut plus sûr qu'un hélicoptère classique car il n'a pas besoin de rotor de queue pour se stabiliser. Et ses nombreuses hélices lui permettent de continuer à voler, même en cas de panne de l'une d'entre elles.

"Volocopter permet un gain de temps supérieur à 80%, cela ouvre des perspectives nouvelles totalement inédites", a déclaré Fabien Nestmann, responsable de la politique publique de la PME allemande créée en 2011 près de Karlsruhe, dans le Sud du pays, et qui emploie aujourd'hui une centaine de personnes.

Il estime qu'en volant à 100 kilomètres/heures au-dessus des bouchons, l'appareil de deux places permet de rallier la place de l'Etoile, depuis l'aéroport de Roissy, en un temps record de 25 minutes, ou de placer l'aéroport d'Orly à seulement 22 minutes de la Défense.

En mode commercial, Volocopter débuterait avec un pilote, a-t-il précisé, avant de devenir totalement autonome au fil de l'évolution de la réglementation sur le trafic aérien.

Sur les terres de Uber et d'Airbus

Les projets de voitures volantes, avec ou sans chauffeur, se multiplient aujourd'hui pour répondre aux problèmes de congestion et de pollution urbaine, avec par exemple les recherches de la plateforme Elevate d'Uber ou encore le CityAirbus de l'avionneur européen.

L'horizon souvent évoqué pour l'arrivé de tels services est 2022 et dans la région parisienne, des expériences grandeur nature pourraient voir le jour dans l'optique des Jeux olympiques de 2024.

"Paris nous intéresse beaucoup, il y a quelques discussions en cours, mais encore rien de concret", a ajouté Fabien Nestmann.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2018 à 13:05 :
Le ciel parisien sature de ces engins volants. Avec comme corollaire les collisions. Un regal, je n'habite plus Paris depuis mes vingt ans, sans regrets.
a écrit le 19/10/2018 à 12:27 :
Et les nuisances sonores de ces tondeuses à gazon volantes qui vont passer au dessus nos têtes, personne n'en parle.
a écrit le 19/10/2018 à 8:45 :
Ok !

Mais je propose de tester d'abord pendant un an sur nos politiciens et nos hommes d'affaires svp.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :