Le sous-marin Barracuda sera livré avec plus d'un an de retard

 |   |  505  mots
Au lieu de monter à bord du premier des six sous-marins Barracuda dès 2017, les sous-mariniers patienteront jusqu'en 2019 pour plonger dans les eaux profondes à bord du Suffren
Au lieu de monter à bord du premier des six sous-marins Barracuda dès 2017, les sous-mariniers patienteront jusqu'en 2019 pour plonger dans les eaux profondes à bord du Suffren (Crédits : DGA)
Le premier sous-marin nucléaire d'attaque de nouvelle génération Barracuda sera livré à la Marine en 2019 au lieu de 2017.

La Marine attendra. Au lieu de monter à bord du premier des six sous-marins Barracuda dès 2017, les sous-mariniers patienteront jusqu'en 2019 pour plonger dans les eaux profondes à bord du Suffren. "Le décalage de livraison est dû à un retard industriel", selon un document officiel du ministère de la l'Economie. Sans plus de précisions. DCNS et Areva TA sont regroupés au sein d'un groupement momentané d'entreprises, dans lequel la maîtrise d'œuvre du programme est confiée au groupe naval. Dans le domaine de la chaufferie nucléaire, sous responsabilité de la société Areva TA, le commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) assure une maîtrise d'ouvrage déléguée.

Un retard qui n'est pas très surprenant,estime-t-on au sein de DCNS. Les audits lancés par DCNS avaient mis en évidence en 2014 une augmentation des coûts à terminaison, particulièrement sur le programme Barracuda, en raison de retard dans les livraisons du groupe naval. Le calendrier du premier sous-marin Barracuda est resté très tendu. D'où le décalage de plus d'un an du Suffren. Ce qui va dégrader très sensiblement la situation de la disponibilité des sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) en raison de la diminution du parc d'une unité dès janvier 2017 avec le retrait du service actif du Rubis.

Frappe dans la profondeur

Lancé en 1998, le programme Barracuda engage les forces sous-marines française pour les cinquante années à venir. L'ensemble du programme Barracuda représente 7,9 milliards d'euros de la conception à la livraison de six sous-marins entre 2019 et 2028, date de livraison du sixième et dernier sous-marin Barracuda, doté d'un équipage de 60 personnes, dont 12 officiers.

Le Barracuda, qui bénéficie de crédits de paiement de 570 millions en 2017, est un sous-marin nucléaire d'attaque destiné à la maîtrise des espaces maritimes (5;100 tonnes en plongée). Il assure le soutien de la force océanique stratégique (FOST) ou d'une force aéronavale. Il participe en outre aux opérations de projection de forces et de frappe dans la profondeur (missile de croisière naval) et aux opérations spéciales (commandos et nageurs de combat). Il peut également agir isolément. Ce sous-marin est doté de moyens de communication permettant son intégration au sein d'une force navale.

Le missile de croisière, l'arme fatale du Barracuda

Le Barracuda est capable de mettre en œuvre la torpille F21, le missile anti-navire Exocet SM39 modernisé et le missile de croisière naval (MdCN). Le MdCN permet de disposer d'une capacité de frappe dans la profondeur depuis les frégates multi-missions (FREMM) et les Barracuda. La portée est de la classe 1.000 km.

La précision à l'impact est équivalente à celle du Scalp EG, visant à éviter tout effet collatéral. La charge militaire devra favoriser les effets de souffle et d'éclats et assurer la perforation de cibles moyennement durcies. La réception du premier lot de missiles de série pour les FREMM est prévu en janvier 2017 (au lieu initialement de 2012).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2017 à 9:58 :
ce qui et dommage c'est quand France on n'arrive jamais a respecter les délais, dans presque tous les matières que ce soit l'armement (sous -marin ,avions ,bateaux de croisière
a écrit le 11/04/2017 à 8:59 :
on eu les memes problemes que le canon antiaérien de 90 mm commandé en 1936 au nombre de 1700 et seulement neuf ont été livre a l arme en 1940 cherchez l erreur car les boches auraient eu a faire avec 1700 canon de 90 en DCA et terrestre peut etre le cours de la guerre aurait changé c a ete pareil avec le char SOMUA
a écrit le 16/10/2016 à 0:46 :
Le premier Barracuda devait être livré en 2016 en réalité. Cela fera donc trois ans de retard.... si le délai est tenu.
a écrit le 16/10/2016 à 0:40 :
Comme toujours, les livraisons pour nos armées sont en retard... Pourtant, si l'on veut garantir à la fois la paix et la démocratie, il faut une France forte et indépendante. Comme le disait le Général : "dans le monde tel qu'il est, notre principal devoir est d'être forts". Rien n'a changé de ce côté-là, bien au contraire.
a écrit le 13/10/2016 à 9:17 :
Ben, c'est qu'on a eu des dépenses imprévues , la réélection, et qu'il faut faire des économies
a écrit le 12/10/2016 à 15:42 :
Dommage pour la guerre à venir en 2017, si tout va mal.
a écrit le 12/10/2016 à 15:03 :
Ils ne pouvaient pas l'appeller le Barak Obama, on aurait trop vu la vassalisation de la France; ils ont donc choisi quelque chose de proche :-)
Réponse de le 13/10/2016 à 13:02 :
Commentaire volant très bas... Ce bateau noir aura le nom de Suffren.
a écrit le 12/10/2016 à 14:16 :
Un beau programme et un bel exemple du savoir-faire français. Inévitablement ceux qui ne connaissent rien à l'industrie et aux projets vont dénigrer.

"Il y a ceux qui critiquent ce que vous faites parce qu'ils veulent exactement le contraire, ceux qui critiquent parce qu'ils veulent faire la même chose et surtout la grande cohorte qui critiquent parce qu'ils ne font rien du tout"
a écrit le 12/10/2016 à 9:07 :
La France n'a en effet pas les moyens financiers pour ça, un peu comme un smicard avec un projet d'achat d'une Rolls flambant neuve.
Mais bon, la facture sera une nouvelle fois présenté à l'Europe et principalement à l'Allemagne (par du déficit), à eux d'avaler nos somptueuses dépenses.
Réponse de le 12/10/2016 à 13:27 :
Possible, mais ce n'est que justice... Rappelez-vous qui assure le boulot militaire de l'Europe ! Je trouve normal que les autres contribuent.
Réponse de le 12/10/2016 à 15:40 :
Oui, problème hérité depuis la seconde guerre mondiale, l'un commerce et fabrique, l'autre combat. Les traités interdisent l'inverse.
Réponse de le 12/10/2016 à 17:25 :
Vous vous trompez ...
L'Allemagne ne participera jamais a l'achat de matériels militaires français ( espagnols ou italiens d'ailleurs ).

La communauté européenne acceptera un déficit supérieur a 3% du PIB ...
Comme on doit déjà 100% du PIB dans la dette française , on arrivera très vite a 125% voir 150% du PIB en dette ...
Après il faudra demander a nos enfants et petit enfants de rembourser .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :