Budget défense : Marine Le Pen promet la lune aux militaires

La présidente du Front National promet un "effort de défense à 2 % du PIB en début de quinquennat avec une progression continue tout au long pour atteindre les 3 % en 2022".
Michel Cabirol
Marine Le Pen entend sanctuariser les dépenses militaires en inscrivant le seuil minimum de 2 % du PIB consacrés à la défense nationale dans la Constitution
Marine Le Pen entend "sanctuariser les dépenses militaires en inscrivant le seuil minimum de 2 % du PIB consacrés à la défense nationale dans la Constitution" (Crédits : CHARLES PLATIAU)

Plus haut et plus loin que tous les autres candidats à l'élection présidentielle en matière d'effort de défense. Surtout, Marine Le Pen va beaucoup plus vite que le chef de l'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, pour atteindre un effort de défense à 2% du PIB. Dans une interview accordée à la lettre AeroDefenseNews, la présidente du Front National (FN) Marine Le Pen promet si elle est élue chef de l'État, un "effort de défense à 2 % du PIB en début de quinquennat avec une progression continue tout au long pour atteindre les 3 % en 2022". Ce qui parait irréalisable. Car le ministère de la Défense n'est pas en capacité de dépenser autant d'argent aussi vite. La filière défense est plutôt dans le temps long pour développer et fabriquer de nouveaux systèmes d'armes, bâtir de nouvelles infrastructures...

Selon la présidente du FN, "ce chiffre minimal de 2 % est le seul qui permet d'éviter l'effondrement de notre système de défense".

Pour préserver le budget de la défense lors de son exécution, Marine Le Pen entend "sanctuariser les dépenses militaires en inscrivant le seuil minimum de 2 % du PIB consacrés à la défense nationale dans la Constitution". Selon la présidente du Front National, "il n'y a que de cette manière que les armées cesseront d'être la variable d'ajustement budgétaire des gouvernements successifs".

Politique industrielle : recréer des champions nationaux

Marine Le Pen regrette dans cette interview que "l'industrie française, autrefois nationale, a été abandonnée aux mirages européens ou étrangers". C'est le cas chez "Airbus où le recul de l'État et de la partie française a affaibli la gouvernance de cette entreprise stratégique, notamment pour l'espace et le nucléaire". C'est également vrai chez "RTD dont l'actionnaire suédois, Volvo, souhaite sa mise en vente sans que des solutions nationales - autour de Thales ou de Nexter, par exemple- soient imaginées". C'est le cas avec "Thales qui est confronté à des choix multidomestiques qui ne sont pas toujours ceux de la France, notamment dans le naval". Enfin, Marine Le Pen déplore que STX ait été "abandonné aux Norvégiens, puis aux Sud-Coréens et demain peut-être aux Italiens". Tout comme avec "la fusion projetée de Nexter avec Krauss-Maffei Wegmann, fusion qui risque de reproduire les mêmes erreurs que celles constatées avec EADS/Airbus".

"Ces exemples montrent clairement que l'État ne joue plus son rôle de stratège pour éviter que toutes ces entreprises ne partent à l'étranger malgré des milliards dépensés par l'État dans la R&D ou les commandes nationales", explique-t-elle.

Selon elle, "la première urgence est donc, à l'instar des Britanniques, Italiens, Suédois ou des Allemands, de recréer des champions nationaux autour des maîtres d'œuvres nationaux comme Dassault Aviation, DCNS, Nexter pour recréer un tissu cohérent, avec un actionnariat national public et privé pérenne". Marine Le Pen envisage également des rectifications de frontières dans l'industrie de l'armement française pour "remettre de la cohérence là où elle a disparu". Notamment entre Thales et le missilier MBDA, pour que "cessent les rivalités nuisibles aux programmes nationaux ou aux campagnes export". Elle souhaite également une recomposition de l'actionnariat de DCNS pour "mettre fin à la situation actuelle où Thales est à la fois actionnaire, équipementier et concurrent du chantier... "

Par ailleurs, elle veut "redonner à la DGA des moyens humains et financiers pour qu'elle poursuive sa mission qui est la conduite des programmes d'armement nationaux". "La France a la chance de disposer de la DGA : il faut la renforcer", précise-t-elle. Enfin sa troisième priorité sera "de replacer l'État comme investisseur fiable".

"L'industrie a besoin de visibilité pour ses bureaux d'étude et son appareil de production. L'effort de défense que je propose est le seul à redonner à l'industrie cette perspective de long terme avec un doublement des crédits d'études et un budget d'acquisitions neuves en forte hausse", souligne-t-elle dans AeroDefenseNews.

Coopérations ?

En matière de coopérations industrielles internationales, Marine Le Pen se veut plutôt pragmatique. "Le problème n'est pas tant la coopération européenne que la manière de coopérer en Europe", explique-t-elle. Ainsi, estime-t-elle, "le programme de démonstrateur Neuron est un exemple intéressant de coopération autour de Dassault Aviation, alors que l'A400M est une catastrophe dont l'armée de l'Air française est victime". Pour autant, l'armée de l'air se félicite de disposer d'un tel appareils en dépit de ces déboires.

"Pour qu'un programme fonctionne, il faut un besoin commun entre nations européennes, puis des spécifications communes entre utilisateurs et enfin un maître d'oeuvre compétent qui choisit ses équipementiers non en raison d'un juste retour industriel - gabegie dont on voit les effets - mais en fonction de leur savoir-faire", assure-t-elle.

Dans ce cadre, elle "récuse l'Airbus de la Terre avec la fusion Nexter-KMW, l'Airbus de la Mer avec la fusion complète de DCNS et de Fincantieri qui se cache à terme derrière la reprise de STX par Fincantieri". Marine Le Pen juge que "le modèle Airbus ne fonctionne pas et s'il fonctionne cahin-caha, il n'est pas dans les intérêts français : l'actualité le démontre. Il faut donc en revenir aux sociétés communes de projet qui ont bien fonctionné dans le passé et ont produit le Transall, le Milan, l'AlphaJet, etc..."

"La coopération industrielle avec l'Europe ne peut donc se résumer à des sacrifices français sur l'autel de l'Union européenne alors même que l'industrie nationale offre très souvent plus que ses partenaires, en raison de son avance technologique, affirme-t-elle. La coopération européenne ou internationale doit être au service des intérêts nationaux : sinon, elle n'a aucune raison d'exister".

Confrontations avec l'Allemagne?

Marine Le Pen appelle à "une clarification nette et ferme" avec l'Allemagne. Elle estime que "ce pays a systématiquement engagé soit une politique nationale (dans l'espace, l'aéronautique, les missiles, le naval), soit une politique de coopération excluant systématiquement la France au profit des Pays-Bas, de la Norvège, etc". En outre, sa politique d'exportation "n'est pas la nôtre et pénalise les industriels français", assure la présidente du FN. Il est temps pour elle de "remettre sur le métier les accords Debré-Schmidt afin de déterminer ce qui est possible ou non de faire avec l'Allemagne au nom des intérêts français".

En revanche, la Grande-Bretagne trouve grâce auprès de la candidate du FN, qui ne voit "aucune raison de changer les accords bilatéraux de Lancaster House dans les domaines clés que sont l'aviation de combat du futur, le système de lutte contre les mines ou les missiles". Toutefois, elle reste sceptique sur un corps expéditionnaire commun. "Un tel instrument militaire ne peut être efficace que si les deux pays partagent la même vision stratégique du monde", fait-elle valoir.

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 13/04/2017 à 21:20
Signaler
Je suis un ancien officier de Marine et ensuite comme Docteur-ingénieur j'ai travaillé sur de nombreux projets militaires en Europe et en Asie. Je trouve son analyse assez bonne. Avec 3%, on pourrait construire une paire de porte-avions, un nouvel a...

à écrit le 25/03/2017 à 8:35
Signaler
En intégrant l'armée française à l'armée ŕusse !

à écrit le 25/03/2017 à 7:16
Signaler
Les officiers comme les officier généraux ons l'habitude des promesses, ils en font énormément à leur subordonnés.... Et les promesses cela n'engage que seux qui les dise et seux qui les croient.... Pour parler vrais, la France n'a pas les moyens d...

à écrit le 24/03/2017 à 16:55
Signaler
C'est au Fn qu'il y a pourtant la personne la plus compétente en matière d'économie avec F Philippot puisqu'avant d'être énarque, il a fait HEC et cela c'est plus difficile que les facultés dont sont issus ses homologues politiques de haut niveau. J'...

à écrit le 24/03/2017 à 10:13
Signaler
D'un autre coté, sans promettre la lune B.Hamon promettait 3% qu'il a ramené à 2%. Alors le titre "accrocheur" de la Tribune, c'est un peu du grand n'importe quoi journalistique (michel cabirol). Mais, il est vrai que cette campagne électorale relève...

à écrit le 24/03/2017 à 9:39
Signaler
Michèle Alliot-Marie a déjà fait beaucoup pour les militaires lorsqu'elle était Ministre de la Défense.

le 24/03/2017 à 14:33
Signaler
Cela n'a pas marqué les esprits apparemment: Selon les données du Conseil constitutionnel, au 14 mars, Michèle Alliot-Marie a reçu 74 signatures.

à écrit le 24/03/2017 à 8:01
Signaler
Elle promet la lune a tout le monde et si vous avez un problème n'hésitez pas la madone!!! petite sœur des français fera un don pour vous, verbal bien sûr, le voir est une autre affaire mais je lui fait confiance pour vous racontez que soit l'Europe ...

à écrit le 23/03/2017 à 21:08
Signaler
Déjà si on sort de l'euro, il y a peu de chance pour que le franc ne baisse pas mais en plus les taux des emprunts avec lesquels la France se financera vont grimper à cause de la spéculation. Alors on fait tourner la planche à billet pour construire ...

le 24/03/2017 à 8:47
Signaler
Il y a deux moyens pour un état d avoir de l argent autre que l impôt . 1° En fabriquer 2° Emprunter. Dans le premièrement il peut aussi émettre des obligations pour ses nationaux ca lui permet de ne pas faire d inflation ou du moins de la réguler...

à écrit le 23/03/2017 à 21:03
Signaler
Allez disons qu en dehors de macron tous les autres sont nuls et qu on en parle plus pour cinq ans d immobilisme et de raleries stériles de plus...si aucune politique vraiment autre que la continuité de ce qu on subit depuis des années n est possibl...

à écrit le 23/03/2017 à 16:37
Signaler
25 milliards pour passer de 2 à 3%+ retraite à 60 ans 30 milliards+ embauche de fonctionnaire en veux tu en voilà (inchiffrable)+ hausse des petites retraites+ revalorisation des fonctionnaire+ prime de 1000 pour les salariés etc etc Non ce n'est ...

à écrit le 23/03/2017 à 16:31
Signaler
Tout ça financé par la banque de France comme dans la période d'après guerre, mais il y avait des périodes d'inflation élevées auxquelles nous ne sommes plus habitués aujourd'hui. Cela dit si la planche à billets est utilisée pour financer un projet ...

à écrit le 23/03/2017 à 15:50
Signaler
Bravo Marine minimum 3% surtout pour notre marine because la France est un très grand pays maritime avec les DOM TOM

le 24/03/2017 à 11:14
Signaler
Pourquoi pas 5% ? Tant qu'à raconter n'importe quoi, autant mettre un gros chiffre

à écrit le 23/03/2017 à 15:32
Signaler
Beaucoup de surenchères et de promesses déraisonnables pour avouer (après sa très improbable élection et une non-majorité aux législatives) d’ici fin 2017 que ce n'est pas possible du fait de son programme très peu crédible dans son ensemble… De grâ...

à écrit le 23/03/2017 à 15:13
Signaler
Elle va trouver l'argent ou a Moscou ?

à écrit le 23/03/2017 à 13:43
Signaler
Vous connaissez le PIB de la France ? A 3%, c'est 1% de plus que les camarades et ça fait + 22 Mds € par an ! Le chef d'état major réclame 2% du PIB pour la défense et ça lui suffit. MLP fait de la communication clientéliste, c'est tout ! La cohéren...

à écrit le 23/03/2017 à 13:33
Signaler
"la première urgence est donc, à l'instar des Britanniques, Italiens, Suédois ou des Allemands, de recréer des champions nationaux autour des maîtres d'œuvres nationaux " Quelqu'un pourrait-il m'éclairer? Parce que là, je ne comprends pas ce que d...

à écrit le 23/03/2017 à 12:54
Signaler
C'est l'économie casino !

à écrit le 23/03/2017 à 12:33
Signaler
Oui d'accord avec 3% d'augmentation du budget. Mais il faut qu'il serve aux achats de fournitures, à l'entretiens des matériels, au recrutement de militaires de bases qui fait notre armée, mais surtout pas à continuer à entretenir des grilles indicia...

le 23/03/2017 à 12:42
Signaler
"qui se solderons par d'importantes retraites à payer" Les gars ils risquent leurs vies et vous les traitez avec mépris, voilà ce qu'est l'oligarchie on veut bien des gens qui aillent se faire tuer pour protéger ses intérêt mais on veut pas qu'il...

le 23/03/2017 à 13:31
Signaler
Lorsque l'on s'engage et que l'on signe en bas du contrat, on sait que l'on ne s'engage pas ans l'armée du salut, mais comme soldat!

à écrit le 23/03/2017 à 12:21
Signaler
Elle ne nous sortira pas de l'europe, d'un côté il vaut peut-être mieux parce que sortir de l'UE avec le FN au secours, mais par contre là dessus on peut la croire plus d'argent pour l'armée, plus d'argent pour la police, plus d'argent pour les priso...

le 23/03/2017 à 12:56
Signaler
C'est sûr qu'avec MLP et le FN au pouvoir, la répression serait décomplexée et débridée. Mais à qui la faute, au politique mais pas que, les médias par une sorte de fascination sado-maso invitent depuis des mois, voire plus, matin, midi et soir, qui ...

le 24/03/2017 à 9:13
Signaler
En effet il existe bien une fascination des médias pour le front national et ce depuis des années mais c'est parce que société oligarchique oblige, ce sont à peu près les mêmes familles que l'on retrouve à tous les postes de décisions importants ce q...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.