Quand la France déçue s'éloigne de l'Arabie Saoudite (1/3)

 |   |  977  mots
Au Moyen Orient, la France ne choisit pas un camp, a récemment confirmé de façon très claire le Quai d'Orsay.
Au Moyen Orient, "la France ne choisit pas un camp", a récemment confirmé de façon très claire le Quai d'Orsay. (Crédits : Reuters Charles Platiau)
Paris et Ryad ne sont plus tout à fait alignés sur une vision géostratégique commune de la région du Golfe. Car à être trop proche des positions saoudiennes, la France n'a pas été respectée par l'Arabie Saoudite.

Entre Paris et Ryad, c'est désormais très clair après une période d'incompréhension. Si dans un premier temps sous le quinquennat de François Hollande, la France était trop proche des attentes de l'Arabie Saoudite, qui n'a jamais renvoyé l'ascenseur, aujourd'hui, les deux pays ne sont plus tout à fait alignés sur une vision géostratégique commune de la région. Notamment sur des dossiers géopolitiques aussi explosifs tels que l'Iran, le Liban et le Qatar... Deux crises majeures ont d'ailleurs été évitées in extremis par les États-Unis notamment, car Ryad était, semble-t-il, tout prêt à en découdre avec le Qatar, puis à aller bombarder le Liban, selon plusieurs experts de la politique moyen-orientale interrogés par La Tribune, qui étaient très inquiets de la situation au Moyen-Orient.

Lors de sa visite les 15 et 16 novembre, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a rappelé à ses interlocuteurs - le roi Salman, le prince-héritier Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz  et avec son homologue, Adel al-Joubeir - qu'il était important d'éviter "toute ingérence et de respecter le principe de souveraineté dans la région". Le patron du Quai a confirmé "l'attachement de la France à la stabilité du Liban dans ce contexte" et a appelé à trouver une "solution politique" en Syrie et au Yémen.

Une discussion musclée

Dans ces crises successives, la France d'Emmanuel Macron s'est posée en médiateur. C'est tout le sens de la visite surprise d'Emmanuel Macron à Ryad le 9 novembre, organisée sur les très bons conseils du prince héritier d'Abu Dhabi et commandant en chef adjoint des forces armées des Émirats Arabes Unis, Mohammed ben Zayed al-Nahyane, l'ami de la France dans la région. Car l'Arabie Saoudite ne comprenait plus les positions diplomatiques de la France, notamment celles sur l'Iran. Cette rencontre a donc permis de clarifier les relations bilatérales entre les deux pays, sans toutefois les aligner. Car les échanges entre le nouvel homme fort du royaume, le prince héritier et ministre de la Défense Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz et Emmanuel Macron, qui sont pourtant de la même génération ou presque, ont semble-t-il été parfois musclés, selon nos informations.

Le prince-héritier saoudien a expliqué à Emmanuel Macron que les entreprises françaises, à l'image des groupes américains, pourraient bénéficier de contrats de la part du royaume à condition de ne pas commercer avec... l'Iran. Ce qui a visiblement fait tiquer Emmanuel Macron, qui lui aurait répondu qu'on ne parlait pas comme cela de la France. Ce qui dénote une prise de conscience de la France et une réorientation de la diplomatie française vis-à-vis de Ryad. Car pendant cinq ans, Paris a accordé un véritable blanc-seing à la politique internationale saoudienne. Trop et en pure perte malgré les promesses de contrats mirifiques promis à la France. Mais l'Arabie Saoudite n'a finalement jamais renvoyé l'ascenseur à Paris ou très peu. Il semble donc que la France se détache quelque peu de cette politique d'alignement sans faille entre Ryad et Paris.

En outre, les groupes français qui vendent en Iran ne sont pas si nombreux que cela (Total, les avionneurs Airbus, ATR, les constructeurs automobiles PSA et Renault, Orange...). En revanche, Vinci aurait jeté l'éponge sur un projet de construction d'un aéroport de province iranien en raison de pressions américaines, selon nos informations. Pour autant, les groupes américains ne sont pas en reste en Iran, à commencer par Boeing... Alors deux poids, deux mesures entre la France et les États-Unis pour l'Arabie Saoudite? La visite à Paris du prince héritier Mohammed ben Salmane prévue début 2018 pourrait être l'occasion de poursuivre la clarification des relations bilatérales entre Paris et Ryad, en général, et de la diplomatie économique française, en particulier.

Entre l'Iran et l'Arabie Saoudite, la France ne choisit pas

"La France ne choisit pas un camp, a récemment confirmé de façon très claire le Quai d'Orsay. Elle parle à tous, même si elle a bien sûr avec les pays de la région des relations différentes qui ont chacune leur histoire". La France souhaite donc s'éloigner de la ligne diplomatique de François Hollande et de Laurent Fabius, qui avaient aligné la France sur les décisions géopolitiques de l'Arabie Saoudite. Paris se dit attachée à la paix et à la stabilité aux Proche et Moyen-Orient, qui est une région-clé pour sa sécurité. Ainsi, explique le Quai d'Orsay; "notre objectif premier est de trouver une solution négociée aux crises régionales et de réduire les tensions par le dialogue, dans le respect de la souveraineté de chacun". Et de marteler que le partenariat historique avec l'Arabie saoudite "ne nous interdit pas de discuter avec l'Iran qui est un acteur important".

Pour autant, la France reste partenaire et allié de l'Arabie Saoudite. La lutte contre le terrorisme et son financement sont au cœur des relations bilatérales entre les deux pays. Jean-Yves Le Drian a d'ailleurs évoqué lors de sa visite à Ryad en novembre dernier les moyens de renforcer la mobilisation commune, avec en perspective la conférence sur la lutte contre le financement du terrorisme que la France organisera au printemps 2018. La France a également condamné le tir sur le sud de l'Arabie saoudite, le 30 novembre par les rebelles houthis, d'un missile en provenance du Yémen. "Nous nous tenons aux côtés de l'Arabie saoudite face aux menaces auxquelles elle est confrontée et réaffirmons notre soutien à sa sécurité", a expliqué le Quai d'Orsay. Pour Paris, les parties yéménites doivent reprendre, sans préconditions, les négociations pour parvenir à un règlement de la crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2017 à 8:44 :
Le fait de vendre des Rafales au Qatar, en semblant ignorer ce qu'en pense l'Arabie Saoudite sur ce pays, ne ressemble-t-il pas un peu à la vente de sous-marins au Pakistan, puis ensuite à son voisin l'Inde ? Le Quai d'Orsay a-t-il encore une boussole?
a écrit le 11/12/2017 à 11:38 :
LES CARTES CHANGERONS QUAND LES OXCCIDENTAUX SE METTRONS AUX ENERGIES NOUVELLES? ALORS LES PETRODOLLARS FERONS MOINS LES FIERS? CELA JE L AI DEJA DIT PLUSIEURS FOIS IL EN VAS DE NOTRE INDEPENDANCES ENERGETIQUE? MISONS TOUS ET RAPIDEMENT SUR LES NOUVELLES ENERGIES POUR NOTRE LIBERTE DE PENSE ET D AGIR SUIVENT NOS IDEES DE COMMENT ON VOIES LE MONDE DE DEMAIN APAISE ET MOINS POLLUE???
Réponse de le 11/12/2017 à 13:55 :
oui merci
maintenant la France doit choisir son indépendance énergétique grâce aux découvertes de nos scientifiques
a écrit le 09/12/2017 à 21:08 :
L'Arabie saoudite est la marionnette des américains ...
Il serait temps que la France et l'Europe en général se positionne comme la Suisse du monde ...
Il y a un coup à jouer , les USA nous laissent des miettes , nous traitent comme des pays vassaux alors que face à eux , un axe sino-russe se dessine qui menace à moyen terme leur hégémonie ...
Développons l'Afrique , faisons jouer la concurrence entre les américains et les chinois , revoyons nos alliances... et SOYONS PRAGMATIQUE DANS NOS RELATIONS ...., restons fidèle au contrat seulement au CONTRAT ....
On doit bcp aux USA mais eux aussi ... sans la fuite des cerveaux européens et les 2 guerres mondiales, il ne serait pas la puissance qu'ils sont aujourd'hui... les allemands auraient eu la bombe et ils auraient été eux aussi balayés.
a écrit le 06/12/2017 à 9:57 :
.... La monarchie a toujours eu les mêmes problèmes que l'hégémonie. La deuxième a besoin d'une guerre pour survivre à son histoire avec ses "grands hommes", le première a besoin d'une guerre pour survivre à son courant religieux et sa famille. 2 problèmes, une solution, il suffit que l'un comprenne et applique les méthodes de l'autre pour lancer la machine. Ainsi va l'Histoire et ses cycles absurdes .... de grandes pensées on dit un jour il y a très très longtemps : Tu ne tueras point... Malheureusement, les problèmes de compréhension et l'écriture étaient déjà au programme en ce temps là.
a écrit le 06/12/2017 à 7:10 :
L'Arabie saoudite chercher surtous des industries qui vendre des armes et qui ne font pas d'obstruction à leur politique, la France n'est pas vraiment dans les critères ... Et nous ne somme plus un exportateur fiable depuis l'histoire de porte avion russe ( merci Mr Haullande , honte à vous)
Ensuites je ne crois pas que se pays puisse se reformer ( immédiatement) , l'on ne change pas les habitudes de 4 génération dû jours au lendemain....
Maintenant si nous devons vendre des armes à se pays, nous devons agir judicieusement....
Personnellement,je crois que les liens entre se pays et les USA devrais se délier à cours therme, par compte la question est de savoir qui prendra la place...
a écrit le 05/12/2017 à 19:40 :
Cela veut-il dire que le gouvernement français ne va plus aider le gouvernement saoudien à faire une guerre d'agression contre la population du Yemen ?
a écrit le 05/12/2017 à 14:44 :
Les parents des ports du drakkar, au liban, tuerie du Hezbollah, bras armé de l'iran, ne serait pas d'accord.
Ce mettre avec le pays qui a crée et fiancé des réseaux de terrorisme depuis des années ne mérite pas cette soumission..
a écrit le 05/12/2017 à 8:02 :
Pour connaître les deux l'Arabie n'est pas fiable et complétement sous domination US par l'accord de protection de la monarchie. Notons également l'ambiguïté de l'Arabie avec l'EI et sa volte face Les Iraniens sont plus fidèles mais aussi plus indépendant de leur destin. Les US ont choisi le camp saoudien les européens dans leur ensemble devrait choisir l'Iran comme partenaire à condition que son va t en guerre contre Israël cesse.
Réponse de le 06/12/2017 à 15:43 :
Une conclusion bien équilibrée et en effet l'Iran doit cesser sa gesticulation contre Israël
a écrit le 04/12/2017 à 23:26 :
Un marché de dupes nommé DONAS...
a écrit le 04/12/2017 à 23:13 :
Selon M.Cabirol, la visite impromptue du Président Macron à Ryad n'a pas porté sur le séjour forcé de Saad Hariri...
a écrit le 04/12/2017 à 20:06 :
L'industrie française vends de l'armement en milliards € par an, à l'Arabie saoudite.
C'est juste un petit rhume passager.
Par ailleurs, si un conflit armé éclate entre l'Iran et l'Arabie saoudite, la France à "déjà choisie".
Réponse de le 05/12/2017 à 10:36 :
Un rhum de plusieurs années ?
Vous n'essayerez pas de nous enrhumer?
a écrit le 04/12/2017 à 19:21 :
Que fait-on avec ces gens?
a écrit le 04/12/2017 à 18:17 :
Déjà du temps de Vasco de Gama, ces terres arides de la Mer Rouge et afins étaient écartées pour le mouillage par les Capitaines de ses vaisseaux, car ils ne mouillaient que là «où les arbres ont des fruits» (Sic)... Depuis, certes, la donne a changé avec le pétrole, mais, basiquement, tout est resté comme auparavant!...
a écrit le 04/12/2017 à 17:30 :
Macron a eu une bonne réaction en tout cas meilleure que celle de Hollande qui s'est laissé manipuler mais pas que par les Saoudiens (voir aussi les Mistral russes).
Comme dit par d'autres, l'Arabie Saoudite n'a qu'un interlocuteur les USA; les autres comptent pour du beurre
Réponse de le 11/12/2017 à 22:12 :
L Arabie Saoudite est bien la chienne des USA . L Iran est bien plus autonome . L Iran n aime pas Israël et on peut comprendre car l Amérique est la chienne d Israël. ! Ç est tout simple à comprendre !!!
a écrit le 04/12/2017 à 11:33 :
La politique extérieure d'un pays ne commence pas et ne s'arrête pas au business.
Imagine t'on le Général de Gaulle se faire dicter sa conduite par un même pas roi saoudien?

L'autorisation de conduite accordée aux femmes a totalement abêti les occidentaux et les a aveuglé sur la véritable nature du nouveau despote. MBS est un fou furieux incontrôlable qui va déstabiliser son propre pays et toute une région, qui n'ont pas besoin de cela.

Les présidents de la République qui se prennent pour des VRP de luxe des industriels français, faillissent à leur devoir. On ne les a pas élu pour prendre soin des actions de M Dassault, mais pour préserver la paix et promouvoir les valeurs de la république Française : liberté, égalité, fraternité.
Réponse de le 04/12/2017 à 13:56 :
@Confusion des genres - les "actions de M Dassault", ce sont aussi les actions de Safran, de Thales, etc, etc, etc..et des dizaines de milliers de familles...et au passage l’indépendance de la France !
Réponse de le 04/12/2017 à 18:10 :
Donc au nom du business, on ne dit rien et on commerce gentiment avec eux?
Quand l’argent prend le pas sur l’Humain (égalité, liberté, dignité etc.) ...
Réponse de le 08/12/2017 à 1:18 :
Et les dizaines de milliers de familles dont je parle, ne sont-ce pas des humains ? Vous pensez que Emirates et Ethiad s’apitoient sur le devenir du personnel d'AF ?
a écrit le 04/12/2017 à 11:01 :
Les valets sont rarement respectés .
Souvenez vous de la policière qu on a remplacée car elle déplaisait à un puissant monarque .
Réponse de le 13/12/2017 à 11:58 :
Ah ah oui, ça c'était énorme tout de même! 150% de honte.
a écrit le 04/12/2017 à 10:39 :
Bonjour,
Cela suffit d'être les dindons de la farce avec ce royaume sur le déclin...
Établir avec l'Arabie Saoudite des relations commerciales gagnantes gagnantes en parallèle aux relations politiques n'est, depuis bien trop longtemps, qu'un pitoyable miroir aux alouettes pour notre pays.
Les saoudiens sont maîtres à promettre des contrats mirifiques contre un préalable alignement de nos gouvernements successifs sur leur ligne politique. Dans les faits, les seuls à bénéficier grassement du retour de leur ascenseur sont les Etats Unis d'Amérique. A la France, ils ne jettent que quelques miettes, avec dédain.
J'espère qu'avec Macron, la France cessera d'être achetée par ces dirigeants sans scrupules.
Cordialement à tous.
a écrit le 04/12/2017 à 10:35 :
La diplomatie francaise, qui croit et pense encore pouvoir jouer sur tous les tableaux. Le seul interlocuteur des bedoins du petrole, c'est l'Amerique.
a écrit le 04/12/2017 à 8:53 :
L'allié de l'arabie saoudite c'est les états unis, les autres ne comptent pas maintenant c'est une puissance financière sur le déclin et du coup il n'est pas bien grave de voir nos relations commerciales baisser.

"Singulière amitié entre Riyad et Washington" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/12/WARDE/58172

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :