Renault Trucks Defense : et maintenant, une restructuration ?

Selon la CFDT, une restructuration de Renault Trucks Defense est aujourd'hui possible. Le nouveau patron de la DGA, Joël Barre, a reçu des assurances pour que Volvo donne à RTD les moyens de se développer.
Michel Cabirol

2 mn

(Crédits : Renault Trucks Defense)

Après avoir voulu vendre sa branche "governmental sales", dont fait partie Renault Trucks Defense (RTD), le groupe Volvo, qui ne veut plus céder cette activité faute d'avoir disposé d'un prix reflétant la valeur de ses actifs, pourrait lancer une restructuration, selon la CFDT.  Ainsi, le syndicat s'inquiète dans un communiqué "d'une possible restructuration" alors qu'il a rencontré il y a un an le ministère de la Défense, qui lui avait assuré "une activité pérenne pour RTD pendant quelques années".

"Aujourd'hui, cette vente est annulée, mais la séparation de RTD avec Volvo continue. Les salariés ont du mal à faire l'impasse sur cette phase d'instabilité : après s'être posé la question : à qui allons-nous être vendus ?. Ils se posent la question de leur devenir d'autant plus que les négociations avec les anciens candidats à l'acquisition de RTD ont pointé des sureffectifs internes", écrit la CFDT.

Le prochain comité central d'entreprise (CCE) de RTD (sept sites, 1.300 CDI et 700 prestataires et intérimaires), qui est prévu le 14 décembre, montrera certainement la tendance. Pourquoi ces craintes? Selon la CFDT, l'activité de RTD est plutôt à la baisse. En outre, les 300 commandes de véhicules annoncés par le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian, n'ont pas été signées et d'autres marchés n'ont pas reçu la totalité des financements, précise le syndicat. "Les objectifs de 2017 ne sont pas à la hauteur des prévisions", a expliqué la CFDT.

Volvo s'est engagé à donner à RTD les moyens de son développement

Interrogé à l'Assemblée nationale, le nouveau délégué général pour l'armement (DGA), Joël Barre, a expliqué que le numéro deux et directeur financier de Volvo Group, Jan Gurander, lui avait assuré qu'il "donnerait à RTD les moyens de se développer". "Nous assurerons le suivi de ces assurances verbales, sur lesquelles nous serons particulièrement vigilants", a par ailleurs souligné Joël Barre. Jan Gurander était accompagné par le PDG de RTD, Emmanuel Levacher, qui "m'a rassuré sur ce point".

"Les choses sont donc claires : Volvo ne vend pas RTD, RTD reste ce qu'il est et va continuer sur la voie de développement qui est la sienne", .

Joël Barre, qui avait reçu Jean Gurander le 17 octobre, lui a demandé "s'il s'agissait d'un arrêt franc et définitif ou d'un report de quelques mois. À partir du moment où ils ont décidé de ne pas vendre, il faut en effet que cela soit clair et que la maison RTD retrouve la stabilité dont elle a besoin. Il m'a garanti qu'il s'agit d'un arrêt définitif de la revente".

Michel Cabirol

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 31/10/2017 à 17:30
Signaler
Berliet, Saviem, Renault truck, RVI, des milliers de salariés en moins, des activités vendues, la branche militaire à Limoges, se réduira encore un peu plus comme le reste de ce qui fût jadis une branche importante du groupe Renault....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.