Sous-marins : l'Australie accorde sa confiance à Naval Group sur une période de 50 ans

 |   |  812  mots
La signature de l'accord stratégique (Strategic partnering agreement) entre Canberra et Naval Group va donner à l'Australie une souveraineté en matière de construction de sous-marins grâce à un vaste transfert de technologies (ToT) accepté par la France
La signature de l'accord stratégique (Strategic partnering agreement) entre Canberra et Naval Group va donner à l'Australie une souveraineté en matière de construction de sous-marins grâce à un vaste transfert de technologies (ToT) accepté par la France (Crédits : DCNS)
L'Australie et Naval Group ont signé un accord stratégique (Strategic partnering agreement), qui va lier les deux parties pour 50 ans. Une signature qui verrouille le contrat d'acquisition par Canberra de 12 sous-marins océaniques fabriqués par Naval Group.

C'est un accord stratégique d'une extrême importance qu'ont signé lundi l'Australie et Naval Group en présence des deux ministres de la Défense, Florence Parly et son homologue australien Christopher Pyne. Sauf accident improbable, la signature du Strategic partnering agreement (SPA) verrouille une bonne fois pour toute le contrat portant sur l'achat par Canberra de douze sous-marins à propulsion conventionnelle construit par le groupe naval français pour un montant total de 50 milliard de dollars australiens (31,2 milliards d'euros). Une somme qui recouvre aussi bien la construction du chantier naval à Adélaïde que les sous-marins (Naval Group) et leur système de combat (Lockheed Martin).

Cet accord va donner à l'Australie une souveraineté qu'elle n'avait pas jusqu'ici en matière de construction de sous-marins grâce à un vaste transfert de technologies (ToT) accepté par la France. Pour autant, cette dernière gardera un temps d'avance pour ses propres sous-marins. Il fixe également les règles du jeu qui vont régir les relations entre l'Australie et Naval Group sur les 50 ans à venir. Tout comme il détermine les obligations et les intentions des deux parties. Notamment l'Australie souhaite acquérir les sous-marins les plus performants de la région Asie/Pacifique. Interrogé pour savoir si le contrat serait in fine profitable, le directeur du programme Australie chez Naval Group, Jean-Michel Billig a affirmé que "oui".

Premier sous-marin livré au début des années 2030

Le début de la construction du premier sous-marin doit commencer en 2023 pour être livré à la marine australienne au début des années 2030. Puis, Naval Group et Lockheed Martin doivent livrer un sous-marin tous les deux ans. Tous les navires seront construits, assemblés puis testés à Adélaïde, qui verra à partir d'un terrain vague la construction d'un nouveau chantier naval. Naval Group, qui sera l'opérateur de ce chantier naval sans en être le propriétaire, conseillera le maître d'oeuvre de ce projet en tant qu'assistant à la maîtrise d'ouvrage. "Nous allons accompagner le maître d'oeuvre pour réaliser le meilleur chantier possible", a expliqué Jean-Michel Billig. Et les travaux d'acquisition de biens d'équipement liés au chantier ont déjà débuté. La première phase des travaux se concentrera sur la préparation du site, les travaux de terrassement et l'empilement des nouvelles installations. Ce volet créera au moins 600 emplois.

Sur la construction des navires, Naval Group a par ailleurs promis "de maximiser le contenu australien partout où cela est possible sans compromettre les performances et la sécurité des bateaux en plongée", a fait observer le directeur de programme. Ainsi, le chantier naval demande à ses fournisseurs de localiser la charge de travail en Australie. Et quand il ne choisit pas une entreprise australienne, il doit expliquer ses choix. À ce jour, Naval Group a rencontré plus de 1.100 fournisseurs australiens afin de mieux appréhender les capacités du secteur industriel australien. Près de 170 fournisseurs australiens ont déjà été pré-qualifiés pour le programme avec Naval Group Australia. Les fournisseurs des cinq principaux équipements, y compris le moteur principal, les générateurs diesel, les tableaux de contrôle, les batteries et les systèmes de mise en œuvre des armes, ont été évalués et seront présentés en 2019.

Un contrat signé prochainement

Dans quelques semaines, Naval Group devrait signer un deuxième contrat d'une durée de quatre ans portant sur le design des sous-marins. Il est évalué à 1,5 milliard d'euros. Puis, le groupe naval devrait signer en 2023 un troisième contrat portant sur la fabrication des douze sous-marins. Naval Group avait signé en septembre 2016 un premier contrat opérationnel d'environ 300 millions d'euros, dénommé "Design and Mobilisation Contract". Il avait permis de lancer les activités de structuration du programme et de coordination avec le groupe américain Lockheed Martin, l'intégrateur du système de combat et les partenaires australiens.

S'agissant du programme, Naval Group a avancé. Ainsi, les études préliminaires du futur sous-marin ont été terminées. La phase d'étude de faisabilité du contrat de conception du futur bâtiment, lancée en France avec le soutien d'ingénieurs australiens, est également achevée. "Cette étape a nécessité un travail en étroite collaboration avec le Commonwealth d'Australie pour veiller à ce que le futur sous-marin réponde aux exigences de fonctionnalités, de planification et de coûts", a expliqué Naval Group. En outre, le transfert de technologie a débuté avec l'accueil du premier groupe d'ingénieurs australiens en France pour la conception détaillée des futurs sous-marins. Le prochain groupe d'ingénieurs arrivera en France en mars 2019. Enfin, le bureau du programme Future Submarine à Cherbourg, qui accueille le personnel de Naval Group aux côtés des personnels du ministère de la Défense et de Lockheed Martin Australia, a été ouvert officiellement en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2019 à 11:22 :
12 sous marins sûrs, on en parle mais les 8 en option sont toujours occultés. Pourquoi ? Le
Réponse de le 13/02/2019 à 20:52 :
Tous est une histoire de situation stratégique de çe pays dàns les 10 á 20 àns ... S'ils se trouvent dans une zone de guerre , affrontement en mer de Chine par exemple , ils devrons penser à se réarmer rapidement ...
Donc l'on peux imaginer axeleration dès livraisons , commande de nouvelle unitées , passage sur sous-Marin nucléaire ... L'Australie est une grande île , et ils y a beaucoups á defendre ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :