Vega, le lanceur le plus fiable au monde de sa catégorie

 |   |  392  mots
Le sans-faute de Vega en fait le lanceur le plus fiable et le plus polyvalent de sa catégorie, a assuré Arianespace dans son communiqué
Le "sans-faute" de Vega "en fait le lanceur le plus fiable et le plus polyvalent de sa catégorie", a assuré Arianespace dans son communiqué (Crédits : Avio)
Douze lancements réussis sur douze. La success-story du petit lanceur italien Vega se poursuit.

Arianespace a lancé depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG) avec succès le satellite fabriqué par Airbus, Aeolus, première mission spatiale destinée à la mesure des vents, pour le compte de l'Agence Spatiale Européenne (ESA). Ce cinquième lancement de l'année pour Arianespace, le premier avec Vega, marque le 12e succès d'affilée pour le lanceur léger italien depuis son arrivée au CSG en 2012. "Ce sans-faute en fait le lanceur le plus fiable et le plus polyvalent de sa catégorie", a assuré Arianespace dans son communiqué. Selon Avio, maître d'oeuvre de Vega, "pour la première fois, un nouveau lanceur a eu ses douze premiers lancements sans aucun problème ni anomalie".

Le vol "VV12 marque le 12e succès du lanceur léger européen Vega, qui s'impose ainsi comme le meilleur de sa catégorie", le président exécutif d'Arianespace, Stéphane Israël.

Neuf missions dans le carnet de commandes d'Arianespace

La société de services de lancement européenne compte neuf missions dans son carnet de commandes pour Vega et son successeur Vega C, dont la maîtrise d'oeuvre est assurée par le motoriste Avio. Un tiers des prochains lancements est destiné au service des institutions européennes et deux tiers pour des clients à l'export. Ces neuf misions se décomposent ainsi : huit pour l'observation de la Terre et une mission groupée grâce au système SSMS (Small Spacecraft Mission Service), permettant d'emporter jusqu'à 81 petits satellites. Pour ce contrat conclu avec le fournisseur de données météorologiques, maritimes et aéronautiques Spire, le lancement multiple sera effectué à l'occasion du vol de démonstration du SSMS en 2019.

Selon Arianespace, "Vega démontre ainsi sa polyvalence et sa capacité à répondre au marché dynamique des petits satellites".

Le développement de la nouvelle génération du lanceur léger, Vega C, se poursuit avec un premier lancement prévu en 2019, a confirmé Arianespace. Vega C bénéficiera, par rapport au lanceur actuel, d'une augmentation de performance en termes de capacité d'emport de satellites (masse et volume utiles), d'une flexibilité permettant une variété de missions plus importante (des nanosatellites aux gros satellites optiques et radars) et devrait renforcer encore la compétitivité du service de lancement d'Arianespace, a estimé la société européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2018 à 9:35 :
Pour information et pour comprendre le développement de VEGA:
la première fusée en Europe (4° dans le monde après les USA Russie Canada)
a été une fusée italienne 'SAN MARCO' (sur base scout transformée , améliorée). De même le premier missile balistique européen 'ALFA' a été construit en Italie dans les années 60/70.
Réponse de le 25/08/2018 à 12:57 :
En soulignant également Raca que les premières expérimentations dans le cadre du programme San Marco se faisaient dans les années 60 et 70 à partir d'une plate-forme de tir offshore installée au large du Kenya.
a écrit le 24/08/2018 à 9:42 :
Ils sont donc meilleurs en lanceurs de satellites qu'en ponts....
Réponse de le 25/08/2018 à 12:54 :
On compare ce qui n'est pas comparable : Commentaire sans intérêt.
a écrit le 24/08/2018 à 9:08 :
voici l'historique du développement de la fusée VEGA ( Vettore Europeo di Generazione Avanzata )
https://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/VEGA/vega.htm
a écrit le 23/08/2018 à 16:43 :
Et pendant ce temps là, ArianeGroup et l'ESA creusent la tombe d'Ariane.
Réponse de le 23/08/2018 à 22:47 :
En voilà un commentaire choc. Tout cela mériterait du coup un peu d'argumentation .
Réponse de le 24/08/2018 à 7:40 :
Et en version argumentée, ça donne quoi ?
Réponse de le 24/08/2018 à 8:54 :
Je partage votre appréciation du risque de voir Vega C concurrencer Ariane avec des emplois français partir en italie
a écrit le 23/08/2018 à 13:57 :
N'en déplaise aux européistes la fiabilité du Vega peut être attribuée à la France : Premier étage P80 conçu en France par le Cnes, lanceur exploité et lancé par Arianespace à ses débuts (exploité par Avio depuis). Bises
Réponse de le 23/08/2018 à 14:15 :
C'est la société AVIO qui a développé la technologie utilisé suite à la mise au point d'un missile balistique de portée intermédiaire développé par l'Italie dans les années 1970. Le missile devait équiper des navires et des sous-marins et permettre ainsi à l'Italie de disposer de sa propre force nucléaire. À la suite de la ratification du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires par l'Italie en 1975 le missile, qui était en cours de développement, fut abandonné sous la pression des États-Unis l'Italie décide de signer le 2 mai 1975 le traité de non prolifération. Le programme italien est arrêté; le programme a permis toutefois à l'industrie italienne d'acquérir la maitrise de la propulsion à propergol solide qui sera utilisée pour participer à la réalisation des propulseurs d'appoint des fusées Ariane et permettra à l'Italie de jouer un rôle majeur comme motoriste et développeur du lanceur Vega....Informez vous avant de raconter des inexactitudes.
Réponse de le 24/08/2018 à 7:38 :
@raca, oui mais Kevin P a partiellement raison. A l'époque du developpement d'A5, Avio ne maîtrisait pas si bien que ça la propu solide. Il a fallut l'intervention des français qui ont bien malgré eux laisser transférer du savoir faire issu des MSBS aux italiens, via Europropulsion et Regulus...
@KevinP vous confondez le constructeur (Avio) et l'opérateur de lancement (Arianespace).
Réponse de le 24/08/2018 à 18:25 :
@ Mk_pro:il n'y a pas eu d'intervention des Français,puisque l'étude sur la propulsion solide, qui a servi à faire le P80, a été faite par l'alliance de deux sociétés:SNECMA-SNIA BPD(italien).Ceux qui ne maitrisaient pas ce sont les Américains (Challenger).En France on a tendance à s'arrêter aux clichés,quand on parle des Italiens.(et autres que Allemands, Anglais ou nordiques en général).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :