Nouvelles étapes attendues dans la bataille pour Cadbury

Kraft Foods devrait relever son offre d'achat de 17,1 milliards de dollars (11,9 milliards d'euros) sur Cadbury au plus tard mardi mais sa nouvelle proposition risque de ne pas suffire. D'autant que selon le Wall Street Journal, le chocolatier américain Hershey va probablement présenter une offre d'un montant d'au moins 17,9 milliards de dollars,
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Kraft Foods devrait relever son offre d'achat de 17,1 milliards de dollars (11,9 milliards d'euros) sur Cadbury au plus tard mardi mais sa nouvelle proposition risque de ne pas suffire à satisfaire les actionnaires de sa cible. Ces derniers ne doivent pas s'attendre à ce que la nouvelle offre atteigne 820 pence par action, contre environ 771p actuellement, a déclaré vendredi à Reuters une source proche du dossier. Un tel prix serait bien loin du niveau de 850p que certains investisseurs considèrent comme souhaitable. Mais la directrice générale de Kraft, Irene Rosenfeld, n'a pas les coudées franches pour relever son offre, surtout après l'avertissement clair que lui a adressé Warren Buffett, l'un des principaux actionnaires de son groupe, sur le risque d'un rachat surpayé.
 

D'un autre côté, elle va sans doute s'employer à éviter de s'exposer à un refus catégorique des actionnaires de Cadbury ou à une contre-offre que pourrait présenter son compatriote Hershey .
La nouvelle offre attendue sera, quoi qu'il en soit, son dernier coup dans la partie d'échecs qu'elle a engagée il y a maintenant quatre mois, et qui est désormais considérée comme un quasi-référendum sur sa gestion .
"Au bout du compte, son siège sera beaucoup plus instable qu'il ne l'était, qu'elle rachète Cadbury ou pas", estime Matt Arnold, analyste d'Edward Jones.
 

Analystes et investisseurs jugent que Kraft devra débourser entre 800 et 850 pence par action Cadbury pour l'emporter. Le Wall Street Journal a rapporté vendredi soir qu'Hershey allait probablement présenter une offre d'un montant d'au moins 17,9 milliards de dollars, représentant 800 à 820 pence par action. "Si l'offre définitive (de Kraft) représente 800 pence, je pense qu'il y a 50% de chances qu'elle aboutisse", explique le gérant d'un "hedge fund" new-yorkais actionnaire de Cadbury. "A ce niveau-là, on est sur le fil du rasoir. Et 10 pence supplémentaires équivalent à 5% de probabilité en plus d'une réussite de l'opération." Cet investisseur a ajouté que Kraft devrait inclure dans son offre définitive une garantie contre le risque d'une baisse de son cours de Bourse.
 

SOUTIEN DE DERNIERE MINUTE DE PERSHING SQUARE
 

"Si l'offre représente 830 pence, je veux être certain qu'elle les vaudra encore le jour où j'apporterai mes titres", a-t-il dit. Les actionnaires de Cadbury auront jusqu'au 2 février pour se prononcer. Critiquée par Warren Buffett, Irene Rosenfeld a en revanche reçu vendredi le soutien d'un autre investisseur influent, William Ackman, le fondateur du gestionnaire de fonds Pershing Square Capital Management, dont la société a acquis 2% de Kraft. William Ackman a déclaré vendredi que le projet de rachat de Cadbury était "bon pour tout le monde", tout en soulignant que Kraft devait veiller à limiter la part du paiement en titres.
 

Irene Rosenfeld s'est rendue à Londres cette semaine pour s'entretenir avec des actionnaires de Cadbury et évaluer leur attitude vis-à-vis de son projet. "Elle a été encouragée à offrir environ 850 pence par action", a dit un investisseur qui a assisté à l'une des réunions. "Et elle nous a dit qu'elle avait confiance dans l'issue de l'opération, même si elle n'a pas dévoilé son jeu."
Une offre dans le haut de la fourchette de 800 à 850 pence pourrait suffire à emporter la recommandation du conseil d'administration de Cadbury. Mais il y a peu de chances de voir Kraft monter aussi haut en l'absence d'une contre-offre.
"Je serais déçu si Kraft n'offrait que 800 pence mais si c'est 800 pence contre rien d'autre, nous nous accommoderons de 800 pence", a résumé un gérant d'un fonds new-yorkais actionnaire de Cadbury.
 

En décembre, Kraft avait offert 300 pence en numéraire et 0,2589 de ses actions par titre Cadbury. La semaine dernière, après avoir conclu la vente de ses activités de pizzas à Nestlé pour 3,7 milliards de dollars, il a accru de 60 pence la part payable en numéraire, sans modifier son prix global. Le même jour, Warren Buffett s'est prononcé contre l'augmentation de capital destinée à permettre le paiement de l'offre en titres, sans exclure cependant de changer d'avis.
Une fois que Kraft aura présenté son offre définitive, Hershey aura jusqu'au 23 janvier pour présenter éventuellement sa propre proposition.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.