L'Oréal face à l'affaire Bettencourt : Nestlé officiellement pour le statu quo

Interrogé sur les intentions du groupe suisse concernant L'Oréal et la participation de 31% de l'héritière du groupe, Liliane Bettencourt, le patron du géant suisse Paul Bulcke a affirmé qu'il n'y avait pas de plans pour changer le statu-quo existant.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Nestlé se veut optimiste pour sa croissance, grâce notamment aux marchés émergents, et prône le statu-quo avec L'Oréal, le géant mondial des cosmétiques dont le groupe suisse détient 30% du capital.

En dépit des problèmes dans le sud de l'Europe et des restrictions budgétaires sur le continent, Nestlé reste optimiste et maintient sa prévision d'une croissance comprise entre 5% et 6%.

"Les marchés développés sont confrontés à certains problèmes mais, grâce aux pays émergents, la croissance mondiale est là", a déclaré le directeur général de Nestlé, Paul Bulcke, lors d'une interview accordée à Reuters au siège du groupe à Vevey (Suisse).

Il juge "encourageantes" les prévisions d'une croissance mondiale de 3% à 4% et estime que si la croissance est plus faible en Europe de l'Ouest, certains segments du marché comme les compléments alimentaires pour les personnes âgées ou les capsules de café (Nespresso) ont de solides perspectives de progression. "Je suis un optimiste de nature (...) Il y a toujours des opportunités, même s'il y a des turbulences ici ou là", a-t-il ajouté.

Interrogé sur les intentions du groupe suisse concernant L'Oréal et la participation de 31% de l'héritière du groupe, Liliane Bettencourt, Paul Bulcke a affirmé qu'il n'y avait pas de plans pour changer le statu-quo existant.

Nestlé et la famille Bettencourt sont liés par un pacte d'actionnaires qui court jusqu'en 2014. Si la famille décidait de vendre ses parts, elle devrait le faire en priorité à Nestlé, qui s'est engagé au statu quo du vivant de Liliane Bettencourt (87 ans) et pendant une durée de six mois après sa disparition.

Nestlé dispose d'un véritable trésor de guerre depuis la vente, pour 28 milliards de dollars, de sa participation dans Alcon. Mais le groupe semble privilégier, jusqu'ici, les programme de rachat d'actions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.