Marks et Spencer : hausse plus modérée des ventes au deuxième trimestre

 |   |  348  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le groupe de la distribution britannique affiche une hausse plus modérée de ses ventes récurrentes par rapport au premier trimestre 2010, mais reste prudent quant aux perspectives futures de consommation.

Marks & Spencer, numéro un de l'habillement au Royaume-Uni et également présent dans l'alimentation et l'équipement de la maison, a indiqué que ses ventes dans les magasins ouverts depuis un an au moins ont progressé de 3,6% sur les treize semaines se terminant au 3 juillet, qui correspondent au premier trimestre de son exercice fiscal. Cette progression se situe dans le haut de la fourchette des prévisions des analystes grâce à la bonne performance de l'habillement. Elle est toutefois en retrait par rapport à la hausse de 5,1% enregistrée au trimestre précédent.

Les ventes récurrentes hors alimentation s'inscrivent en progression de 6% tandis que les ventes dans l'alimentation progressent de 1,5%. 

Une certaine réserve sur les perspectives de la consommation

Les distributeurs britanniques s'inquiètent des conséquences sur la consommation, des hausses d'impôt et des coupes budgétaires annoncées par le gouvernement le 22 juin . "Nous avons enregistré un bon début de notre exercice financier, mais après le récent budget et les mesures prises pour réduire le déficit public, dont la hausse de la TVA, nous sommes prudents sur les perspectives", a déclaré le directeur général du groupe. Il a toutefois exclu une rechute de l'économie britannique en récession et confirmé l'objectif d'une marge brute stable pour l'ensemble de l'exercice en cours.

Marc Bolland, qui a repris les rênes de Marks & Spencer le mois dernier, a confirmé qu'il présenterait un plan stratégique actualisé en novembre. Il pourrait toutefois être confronté à une fronde de certains de ses actionnaires lors de l'assemblée générale de la semaine, certains investisseurs ne cachant pas leurs critiques sur sa rémunération de 15 millions de livres (plus de 18 millions d'euros) annuels.

Les ventes à l'international ont progressé de 0,9% tandis que celles réalisées sur internet via M&S Direct ont bondi de 49%.

La progression du titre Marks & Spencer reste, depuis le début de l'année, inférieure de 11% à celle de l'indice Stoxx 600 du secteur européen de la distribution.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :