LVMH - Hermès : les trois banques françaises qui ont aidé à l'offensive

Découvrez quelles sont les banques françaises qui ont aidé LVMH à entrer dans le capital d'Hermès et pourquoi BNP Paribas n'en fait pas partie.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Les masques tombent. Les banques qui ont aidé LVMH à racheter 17 % du capital d'Hermès sont françaises et au nombre de trois. Il s'agit de Société Généralecute; Générale, Crédit Agricolegricole et Natixis, selon plusieurs sources bancaires confirmant les informations du « Canard enchaîné » du 10 novembre. Contactées, les trois banques n'ont pas souhaité faire de commentaires.

Les premiers contacts auraient été pris avec la Société Généralecute; Générale à la fin de l'année 2007 quelques semaines avant l'éclatement de l'affaire Kerviel en 2008. Selon une source proche, des représentants du patron du groupe de luxe, Bernard Arnault, auraient rendu visite à des responsables de la banque française pour discuter du montage permettant de racheter discrètement un bloc d'actions Hermès à un actionnaire prêt à les vendre. LVMH souhaitait racheter ces titres sans que les familles actionnaires du sellier s'en rendent compte. Le Crédit Agricolegricole et Natixis auraient été ensuite choisis, ces deux banques étant proches de la Société Généralecute; Générale.

Ceci expliquerait en partie pourquoi BNP Paribas, la grande rivale de la Générale, n'a pas été invitée à prendre part à ces opérations d'options sur actions, très basiques pour une banque. L'autre explication serait que LVMH n'entretenait pas de bonnes relations avec BNP Paribas. Bernard Arnault gardait rancune envers la banque d'une ancienne affaire concernant le rachat d'actifs immobiliers de Carrefour (dont Bernard Arnault était actionnaire) à des prix trop bas, par Klépierre;pierre, filiale de BNP Paribas. Cette dernière épaule désormais les familles Hermès dans leur stratégie de défense contre LVMH. BNP conseillait déjà Hermès lors de son introduction en Bourse en 1993.

Enfin, cette opération s'opère entre Français puisque le leader mondial du luxe aurait demandé à Lazard de le conseiller. La banque d'affaires a une relation depuis de nombreuses années avec le groupe de Bernard Arnault. Le directeur financier de LVMH, Jean-Jacques Guiony, est un ancien associé gérant de Lazard.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.