Les industriels encore accusés d'inciter les enfants à ne pas manger sainement

 |   |  389  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'UFC Que Choisir accuse à nouveau les industriels de l'agro-alimentaire de faire du matraquage publicitaire pour des produits trop gras ou sucrés.

L'UFC Que choisir pointe une nouvelle fois du doigt Kellogg's, Nutella, Oasis et autres marques de l'industrie agro-alimentaire prisées des jeunes enfants. Selon l'association de consommateurs, qui publiait ce mardi une étude portant sur 340 familles, ces marques continuent de cibler les enfants de 6-12 ans dans leurs publicités, qui portent à 80 % sur des produits trop gras ou trop sucrés.

"Certes la plupart des industriels, à l'exception de Nestlé, Kellogg's et Quick, sont sortis des écrans destinés aux enfants mais c'est pour mieux envahir ceux de prime time, regardés avec leurs parents par un nombre d'enfants encore plus important", dénonce Olivier Andrault, chargé de la nutrition à l'UFC Que Choisir.

Or, selon lui, ce matraquage est directement lié à une consommation de plus en plus déséquilibrée. Comparé à une étude identique effectuée en 2006, le petit déjeuner des enfants contient 55 % de produits déséquilibrés, 17 % de plus qu'il y a quatre ans. Pire, au goûter, cette proportion passe dans le même temps de 51 à 64 %, à cause notamment des biscuits et des confiseries type Kinder.

Au total, 76 % des aliments apportés par les enfants à l'école seraient trop riches en matières grasses ou sucrée. Seules les boissons seraient plus "nutritionnellement correctes" qu'avant, à 71 %, contre 66 %.

Ces observations font bondir les représentants de l'industrie incriminée. D'abord sur la méthode de l'étude. "J'aimerais savoir quelle est leur définition d'un produit trop gras ou trop sucré", pointe Cécile Rauzy, en charge de la nutrition à l'ANIA. Une observation identique à celle de Sandrine Raffin, conseillère des marques sur les comportements sociaux face à l'alimentaire. "Il est totalement faux de dire que les céréales sont mauvaises et le pain beurré bon, tout dépend de l'équilibre d'ensemble du petit déjeuner", explique-t-elle.

Face au lien direct effectué par l'UFC entre publicité et alimentation déséquilibrée, l'ANIA rappelle la charte signé en février 2009 par l'industrie avec la ministre Roselyne Bachelot qui a renforcé la déontologie des fabricants en matière de publicité (pas d'enfants statiques, pas de situation de grignotage, etc). Une autorégulation en forme de trompe l'oeil selon l'UFC, qui en appelle une nouvelle fois aux pouvoirs publics. L'association demande notamment l'interdiction de la publicité pour les produits déséquilibrés aux heures de grande écoute.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2010 à 11:06 :
pourquoi ne pas interdire tout simplement toutes ces publicites nocives et peut-etre mensongeres?
a écrit le 08/12/2010 à 14:51 :
les industriels en plus modifient régulièrement leurs produits pour faire toujours plus de bénéfices, le goût des produits reste identique mais la composition change !!!!! par exemple l'huile de palme se trouve dans beaucoup de produits fabriqués , la composition des produits n'est plus << bonne>> ,les ménagères n'ont plus qu'à fabriquer des gâteaux << maison >> ; du far .... comme je le fais maintenant ou je m'en passe !!! à méditer !!!!
a écrit le 08/12/2010 à 10:17 :
la mondialisation accentue encore la mal bouffe ! notre nourriture française était saine avant qu'on "rajoute d'autres produits gras et sucrés" et qu'on "propage les mérites du restaurant mac do ? C'est aussi un problème d'éducation et d'information dans les familles et restaurants scolaires...
a écrit le 08/12/2010 à 3:16 :
Qui achète les produits incriminés pour ses enfants?
a écrit le 07/12/2010 à 22:18 :
Vrai ou légende urbaine ??? Le bruit court qu'en Amérique du Nortd, les industriels mettent des produits dans la bouffe pour inciter les gens à manger encore plus. Dans notre société actuelle où tout n'est que fric potentiel, rien n'est impossible, mais cela demande confirmation :-)
Réponse de le 09/12/2010 à 21:02 :
Un seul exemple. Le groupe Pepsi à dans son portefeuille de marque Les chips Lays: Tres salés.....Faites pour boire plus de Pepsi. La boucle est bouclée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :