Les brasseurs pourraient à nouveau faire monter la mousse

 |   |  308  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les rumeurs de rachats se multiplient à l'international. L'australien Foster et le brésilien Schincariol sont les deux cibles chaudes du moment.

Molson Coors Brewing et le mexicain Grupo Modelo réfléchissent à une offre commune sur l'australien Foster, selon une source citée par l'agence Reuters. L'hypothèse d'un rachat de Foster revient régulièrement sur le devant de la scène depuis que le groupe a décidé de se séparer de ses activités vins, en difficulté.

Aux yeux de bon nombre d'analystes, ce choix avait été dicté par la nécessité de se rendre plus présentable aux yeux d'acquéreurs potentiels. Le titre Foster a terminé en hausse de 35,% à 4,43 dollars australiens à la Bourse de Sydney, ce qui valorise le groupe à 8,9 milliards de dollars australiens (6,5 milliards d'euros).

Le nom de SABMiller, numéro deux mondial de la bière, est souvent cité comme un candidat sérieux au rachat de Foster. Le chinois Tsingtao Brewery et le japonais Asahi Breweries ont déjà dit ne pas être intéressés. Molson Coors, qui détient MillerCoors, une coentreprise avec SABMiller aux Etats-Unis, domine le marché de la bière au Canada, avec 40% des ventes totales dans le pays.

Heineken également sur les rangs

Certains estiment qu'une association avec Modelo serait compliquée pour le groupe dans le sens où le groupe mexicain est détenu à 50% par Anheuser-Busch InBev, premier brasseur mondial. "Molson serait partagé entre deux gros et influents acteurs du marché", note Philip Gorham, analyste chez Morningstar.

Début mai, l'agence Bloomberg expliquait que Heineken pourrait de son côté avoir des vues sur le second brasseur brésilien, Schincariol. Après avoir mis un pied sur ce marché très porteur au moment du rachat du voisin mexicain, FEMSA, l'an dernier, cette montée en puissance au Brésil pourrait faire sens afin de devenir le réel challenger de Anheuser-Busch, qui détient toujours à lui seul 70 % des volumes de ce marché.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :