Affaire Findus : la filière craint de payer très cher une nouvelle crise de confiance

 |   |  542  mots
(Crédits : c Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'affaire Findus inquiète de plus en plus les professionnels du secteur agroalimentaire. Ils craignent une nouvelle crise de confiance de l'ampleur de celle de la crise de la vache folle. A l'époque, les consommateurs avaient fortement réduits leurs consommation de boeuf, et des pays avaient imposé de lourds embargos à la filière. Le gouvernement organise aujourd'hui une réunion de crise.

Le scandale Findus est pris très au sérieux, parfois jusqu'au sommet de l'Etat. En France, comme en Roumanie ou au Royaume-Uni, les responsables politiques se sont emparés de l'affaire conscients des conséquences d'une nouvelle crise de confiance alimentaire pour leur filière agro-alimentaire.

En Roumanie, le président de la République, Traian Basescu, est intervenu publiquement pour exprimer ses inquiétudes pour les éleveurs roumains s'il était avéré que certains d'entre eux ont livré de la viande de cheval en l'étiquetant viande bovine, comme les accuse l'importateur français Spanghero. En France, le gouvernement organise lundi une réunion de crise avec les représentants de la filière pour évoquer le scandale, mais surtout les conséquences économiques qu'il pourrait avoir pour la filière.

Une nouvelle "vache folle" ?

La crainte est de voir un nouveau scandale sanitaire de type "vache folle". Entre 1995 et 1996, la baisse de consommation de viande bovine avait atteint 25% en France. Elle a été plus forte dans d'autres pays comme l'Allemagne ou l'Italie. Aujourd'hui, la crise toucherait les plats cuisinés, ces produits transformés issus d'une filière qui va de l'éleveur aux usines en touchant transporteurs et distributeurs. Le secteur de l'agroalimentaire est un des plus importants pourvoyeurs d'emplois en France avec plus de 517 000 salariés d'après l'INSEE. Or, un scandale de sécurité alimentaire jetterait le doute sur la filière et ses exportations. Le Japon vient à peine d'autoriser les importations de viande bovine française après 12 ans d'embargo en raison de la crise de la "vache folle" qui avait jeté le doute sur les viandes européennes.

Une nouvelle crise à un mauvais moment

"C'est une crise grave, qui arrive à un moment où les Français sont déjà très critiques sur ce qu'ils ont dans leur assiette, et où nous faisons beaucoup d'efforts pour améliorer la transparence", a confié au Figaro Jean-René Buisson, président de l'Association nationale des industriels de l'agroalimentaire (Ania).

De son côté, Pierre Chevalier, président de la Fédération nationale bovine, a appelé l'Europe à se saisir du dossier et à engager la mise en place de procédures de traçabilité des viandes pour faire face à un "terrorisme industriel".

Les industriels ont réagi dès ce week end

Samedi et dimanche, une vingtaine de produits ont déjà été retirés des rayons en France. Lasagnes, moussaka, mais également canelloni, pâtes bolognaises, ont fait l'objet de mesures de précaution de la part des distributeurs. Certains de ces produits ont été fabriqués à partir d'ingrédients fournis par Comigel qui, lui-même, se fournit chez Spanghero, l'importateur français des viandes roumaines, aujourd'hui mises en cause.

Le groupe LDC qui détient la marque de produits surgelés Marie est également inquiète même s'il affirme ne pas être concerné par ce scandale. "Nous cherchons à travailler avec les circuits les plus courts possibles, en privilégiant l'origine française de la viande" explique au Figaro, le directeur du pôle traiteur, Philippe Gélin. Mais, la crise pourrait être avant-tout une crise de confiance. Pour parer à cela, le groupe a décidé de lancer un audit de tous ses fournisseurs et abattoirs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2013 à 11:01 :
Tout est dit ici, la filière industrielle agroalimentaire est constituée d'escrocs en col blanc et si on creuse un peu on trouverait les filières de blanchie ment d'argent.
La réglementation Européenne est complice elle donne les moyens réguliers de le faire et de contrôle pour faire passer la pilule. Tout cela coute une fortune, et la viande par exemple fait le tour de l'Europe, pour finalement être labellisée a terme France....
On se moque vraiment de nous tout en nous faisant payer tous les intermédiaires.
Le pb est que la filière artisanale de proximité ne joue pas la carte, c'est là qu'il nous faudrait progresser et investir dans la qualité et traçabilité de proximité cela créerait de vrais emplois utiles en évitant que les industriels s?approprient tous les maillons de la filière. ( Leclerc qui par exemple propriétaires d?abattoirs...)
a écrit le 12/02/2013 à 9:49 :
La crise alimentaire, les problèmes de médicaments douteux voir dangereux, des appareils obligatoires soit disant pour vous protéger, et qui ne signale rien de ce qui est prévu (certains détecteurs de fumée, monoxyde de carbone, ...), habits fabriqués dans certains pays qui provoquent de graves allergies, contrats d'assurances, de banque ou autres, non respectés, etc . On se moque complètement du consommateur, on ne cherche pas la qualité, tout ce qui compte s'est de faire rentrer du fric. Quand les gouvernements vont prendre des mesures, et surtout ne pas se contenter d'amendes, mais aussi des sanctions par de la prison qui seront plus efficaces
a écrit le 12/02/2013 à 9:05 :
La filière s'inquiète alors que tous les lobbys (la même filière donc) empêchent toute mesure qui pourrait mettre fin à ce système opaque.
Pour le moment on n'a retrouvé que du cheval !!
a écrit le 12/02/2013 à 0:41 :
Il est étrange que personne ne relève une autre anomalie : Findus se fait livrer en produits surgelés pour composer des plats surgelés !!!

Je croyais qu'il était interdit de décongeler de la viande puis de la recongeler ! Est-ce que je me trompe ?

Dans le communiqué sur son site, la société Spanghero (Lur Berri Coop) indique que la viande livrée au sous-traitant de Findus était étiquetée "minerai de boeuf désossé *surgelé* UE".

communiqué de Spanghero
http://a-la-table-de-spanghero.fr
a écrit le 11/02/2013 à 20:54 :
Ce que révèle cette histoire, c'est qu'on nous fait manger n'importe quoi grâce à la pub.
Pendant ce temps là nos agriculteurs n'arrivent plus à vendre leur viande alors qu'on importe d'infâmes mixtures pour faire ces beaux plats que nous vend la télé
a écrit le 11/02/2013 à 18:36 :
Quand la cupidité l'emporte sur la conscience des acteurs de la filière, dans un monde de corrompus ou le toujours plus est vénéré et dicté par la finance et les lobbies de l'industrie agroalimentaire, avec des mafieux en tout genre comment peut-il en être autrement...! Il est grand temps que les choses changent La santé des consommateurs mérite un peu mieux que cette cascade de sous-traitance ou la traçabilité (quand elle existe ...) se perd dans les méandres des circuits incontrôlés, c'est complétement inadmissible. Pauvre monde...!
Réponse de le 12/02/2013 à 9:05 :
le problème est que la cupidité est devenue la règle !!
a écrit le 11/02/2013 à 18:36 :
Quand la cupidité l'emporte sur la conscience des acteurs de la filière, dans un monde de corrompus ou le toujours plus est vénéré et dicté par la finance et les lobbies de l'industrie agroalimentaire, avec des mafieux en tout genre comment peut-il en être autrement...! Il est grand temps que les choses changent La santé des consommateurs mérite un peu mieux que cette cascade de sous-traitance ou la traçabilité (quand elle existe ...) se perd dans les méandres des circuits incontrôlés, c'est complétement inadmissible. Pauvre monde...!
Réponse de le 19/03/2014 à 9:34 :
aujourd'hui, de notre temps les gent n'ont aucune conscience sur la cupidité de leurs actes moraux et interactifs sont des mafieux en tous genres. Pauvre monde, mais ou va t'il ? Il part en tsunami mais que fait la DGCCRF ? Les méandre du cheval, soyons végétariens...
a écrit le 11/02/2013 à 18:23 :
findus ne peut se rabattre sur ses sous traitants pour diluer sa responsabilité.
Les produits sont vendus sous sa marque, les controles doivent etre effectués par findus ceci pour s'assurer que son cahier des charges est respecté uajourd hui il sembel que Findus n'est effectué aucun de ces controles, ceci certainement dans un souci d'économie et non de confiance envers ses sous traitant
a écrit le 11/02/2013 à 18:14 :
la filière ferme les yeux, comme toute la filière agro alimentaire..... sur ce qui est vraiment proposé dans les assiettes des européens....

et la technocratie européenne est aussi en cause, ainsi que nos dirigeant politiques....... stop.........

mais je crois que c'est à nous consommateurs de monter au créneau...... en boycottant les marques et sous marques......

le porte monnaie est notre réel pouvoir......
Réponse de le 12/02/2013 à 9:07 :
il reste le boucher du coin. si on a confiance... ils n'ont pas encore tous disparu :!
a écrit le 11/02/2013 à 16:59 :
Que fait la DGCCRF ? On nous avait promis un président 100%, on a un flanby 100% !
Réponse de le 11/02/2013 à 17:17 :
Maintenant, c'est la faute du Président de la République !!! Soyons un peu sérieux, Pouah ou alors, qu'à fait celui qui l'a précédé ??
Réponse de le 27/02/2013 à 13:11 :
Que fait la DGCCRF ? Bonne question !!! A ma connaissance, ce n'est pas elle qui a mis le doigt sur cette affaire... Heureusement qu'il y a des services compétents à l'étranger !
a écrit le 11/02/2013 à 16:57 :
ce n est que le problème de la "mal bouf" findus est détenu par des fonds anglais

les produits congelés qui viennent de chine lavés avec une eau?????etc
a écrit le 11/02/2013 à 16:14 :
Je suis néanmoins assez surpris de constater que la confiance se mérite... Une nouvelle loi "économique"..?? Ha... c'était déjà dans leurs bouquins. Pardon.
a écrit le 11/02/2013 à 15:05 :
Les lasagnes, on peut les faire soi-même, sans rentrer dans une recette élitiste, et en utilisant des produits "Bio" ou de son jardin "selon l'époque" et des viandes issues de producteurs locaux de confiance. On doit pouvoir dans ce cas manger des lasagnes en toute sérénité et surtout "goûteuses", outre le plaisir de les avoir cuisinées soi-même.
Réponse de le 11/02/2013 à 15:23 :
pour les personnes retraitees elles ont le temps de cuisiner mais les femmes qui travaillent preferent acheter tout pret ca va plus vite !!! un bon conseil : mettez les femmes a la maison elles libereront des emplois en plus (rire)
Réponse de le 11/02/2013 à 15:38 :
Mettez les hommes aux fourneaux, ils risquent d'y prendre goût et libérerons ainsi leur femmes, déjà surchargées de travail.
Réponse de le 11/02/2013 à 16:11 :
JB38. Avec 28 produits chimiques qui entrent dans la "fabrication" de vos tomates, bonne chance à vous. Par contre, je ne suis pas surpris de votre élitisme concernant les produits plus chers...
Réponse de le 11/02/2013 à 17:02 :
C'est vrai, vaut mieux utiliser les tomates poussées hors sol de la grande distri qui ne possèdent aucun produit chimique...On rêve ! Je partage l'avis de JB38 : il est possible de manger à peu près correctement,mais cela suppose de réapprendre beaucoup de choses. Attendons le choc provoqué par une intoxication majeure pour que les gens atterissent.
a écrit le 11/02/2013 à 14:04 :
ils veulent nous faire bouffer ce qu'ils veulent, comment faire pour controler sérieusement avec cette mondialisation anarchique? on nous trompe, on ne sait même pas ce que l'on a dans l'assiette, ce peut être dégueulasse aussi, pourquoi pas...viandes ou mets trempés dans une potion , comme celle pour "rafraichir" les viandes, ça vous dit quelque chose ? temps de n'importe quoi, et de belles mal bouffes !beuurrrkk
a écrit le 11/02/2013 à 14:04 :
Ci-dessous, c'est bien meilleur !!!!


Difficulté:

Dose: pour 4 personnes

Durée: 110 minutes

Notes supplémentaires: Si vous choisissez d'utiliser lasagne maison devez ajouter au moment de la préparation de la pâte

>> Voir la recette similaire


Ingrédients:
400 gr. Lasagne à la - sauce béchamel - mozzarella - fromage Grana Padano - 150 gr. de la viande hachée - 150 gr. de viande de porc hachée - 150 gr. Saucisse - 500 gr. de sauce tomate- 80 ml ??de vin blanc sec - 1 oignon - 1 carotte - 1 branche de céleri - sel - poivre - huile d'olive extra vierge














Dire

Commentaires (6):

































































































La lasagne est un plat traditionnel italien, au point d'être presque devenue un symbole de notre cuisine.

Préparation:
Préparer la lasagne avec des pâtes faites maison ou les acheter toutes faites dans un bon magasin de pâtes fraîches.
Préparer la sauce en faisant frire l'oignon, la carotte et le céleri dans l'huile d'olive, finement haché. Ajouter la viande et brun sfiocchettandola quelques minutes à feu moyen.
Saupoudrer avec le vin, mélanger et ajouter la tomate. Baisser le feu, assaisonner avec le sel et le poivre et cuire très lentement pendant au moins 1 heure.
procéder à composer la lasagne: oindre une poêle avec de l'huile, disposez une couche de lasagnes cuites à l'eau bouillante salée. Saupoudrer la sauce et versez une couche de béchamel. Saupoudrer de parmesan et de mozzarella tranches lieu. Répéter l'opération en formant les différentes couches jusqu'à épuisement des ingrédients. Formé d'une couche de parmesan et de mozzarella.
Cuire dans un four préchauffé à 200 degrés pendant environ 30 minutes. Mesures: Ajouter un peu d'huile à l'eau de cuisson pour éviter que les pâtes ne collent ensemble. Une fois égouttées, sécher avec une serviette avant de les mettre dans la casserole. idées et des variations: Vous pouvez enrichir votre lasagne avec des couches d'aubergines frites. lasagnes pour plus d'or que vous pouvez lancer le gril pendant quelques minutes après la cuisson.


















Dire

Commentaires (6):












































































La lasagne est un plat traditionnel italien, au point d'être presque devenue un symbole de notre cuisine.

Préparation:
Préparer la lasagne avec des pâtes faites maison ou les acheter toutes faites dans un bon magasin de pâtes fraîches.
Préparer la sauce en faisant frire l'oignon, la carotte et le céleri dans l'huile d'olive, finement haché. Ajouter la viande et brun sfiocchettandola quelques minutes à feu moyen.
Saupoudrer avec le vin, mélanger et ajouter la tomate. Baisser le feu, assaisonner avec le sel et le poivre et cuire très lentement pendant au moins 1 heure.
procéder à composer la lasagne: oindre une poêle avec de l'huile, disposez une couche de lasagnes cuites à l'eau bouillante salée. Saupoudrer la sauce et versez une couche de béchamel. Saupoudrer de parmesan et de mozzarella tranches lieu. Répéter l'opération en formant les différentes couches jusqu'à épuisement des ingrédients. Formé d'une couche de parmesan et de mozzarella.
Cuire dans un four préchauffé à 200 degrés pendant environ 30 minutes. Mesures: Ajouter un peu d'huile à l'eau de cuisson pour éviter que les pâtes ne collent ensemble. Une fois égouttées, sécher avec une serviette avant de les mettre dans la casserole. idées et des variations: Vous pouvez enrichir votre lasagne avec des couches d'aubergines frites. lasagnes pour plus d'or que vous pouvez lancer le gril pendant quelques minutes après la cuisson.























































































.


Réponse de le 11/02/2013 à 14:50 :
Oui, bon, on a compris. Maintenant, juste la question qui tue : êtes-vous sûr de la provenance de vos ingrédients et connaissez-vous la liste EXACTE des produits utilisés pour les faire pousser/nourrir..?? Et demandez-vous AUSSI pourquoi le nombre de cas de cancer augmente, ça ne fera qu'un voyage.
Réponse de le 11/02/2013 à 15:24 :
Une chose est sûre, je n'achète jamais ces plats !! J'achète au maximum chez des producteurs respectueux de la nature, aussi bien en légumes, viande et la volaille, et beaucoup d'autres produits. Je n'ai pas la prétention, pas plus que vous, de connaitre la liste EXACTE des produits utilisés par mes producteurs que je connais bien. Je cherche à prendre le minimum de risques et ce n'est pas facile !! Un point, c'est tout.
Réponse de le 11/02/2013 à 16:15 :
Confirmation : VOUS avez les moyens. Pour l'instant encore.
Réponse de le 11/02/2013 à 16:25 :
Complément à Bob. Il se trouve, pour votre info, que je commence à avoir un certain âge. Et JUSTE pour avoir une mémoire indéfectible des fruits, légumes, viandes, sauces, épices que j'ai eu la chance de gouter dans ma jeunesse. Hypersensibilité sensorielle, je n'y peux rien. Là, vous noterez AUSSI que je cuisine AUSSI 90% de mes plats, ce qui ravit non seulement ma femme, mais aussi mes invités qui me demande mes recettes. Ne croyez donc PAS que j'ignore la baisse qualitative GRAVE de nos aliments en général et en particulier. Et là où le summum est atteint, est que la corrélation avec l'augmentation générale de maladie diverses et variées est EVIDENT. Nous sommes devenus du bétail à nourrir à peu de frais et avec rentabilité maximale.
Réponse de le 11/02/2013 à 17:10 :
Moi aussi, j'arrive à près de 80 ans et il n'est pas nécessaire d'avoir de très gros moyens pour découvrir, à la campagne, des producteurs qui pratiquent des prix convenables. Bien entendu, il est parfois nécessaire d'acheter des quantités importantes et de congeler les produits, qui le peuvent, au meilleur de leur "forme".
a écrit le 11/02/2013 à 13:43 :
Je ne vois pas le rapport avec la « vache folle ».
La vache folle est un scandale sanitaire, avec mise en danger de la santé publique, comme en 2011 avec le soja « bio » allemand (50 morts).
La viande de cheval n?est pas toxique, c?est le moins que l?on puisse dire. On a là une affaire de tromperie sur la marchandise, comme de mettre du porc pour des Musulmans.
Aurais-je raté quelque chose ?
Réponse de le 11/02/2013 à 14:01 :
Il est vrai que la viande de ses plats à toujours été de mauvaise qualité. La seule viande qui ressemble à quelque chose est sur la photo de l'emballage, pas dedans.
Réponse de le 11/02/2013 à 14:42 :
Cette tromperie sur la marchandise en révèle simplement une autre beaucoup plus embêtante pour la filière et qui peut devenir une véritable crise de confiance, c'est que la marque Findus ne produit rien, que c'est une entreprise de marketing qui vend du vent, de la marge facile pour ses actionnaires. On découvre que tous ces plats cuisinés sont fabriqués au même endroit et que seul l'emballage change. Findus aura maintenant du mal à justifier les 2 ou 3 ? de plus sur chaque produit par rapport à la concurrence MDD..
a écrit le 11/02/2013 à 13:35 :
Groupe LDC, produits surgelés Marie lance un audit de ses fournisseurs !!!! M. Philippe Gélin, il y a longtemps que vous auriez du le faire cet audit !! De ce fait et bien que vous ne semblez pas être impliqué dans ce scandale, vous n'avez pas plus contrôlé vos produits que ne l'ont fait vos concurrents.
a écrit le 11/02/2013 à 13:28 :
Les industriels de l'agroalimentaire sont les premier à refuser un étiquetage " sérieux" permettant de connaitre la provenance "exacte" des composants de leurs plats cuisinés. Spanguero n'a pas fait son travail ou il était au courant.
N'achetez plus de plats préparés avec des produits et additifs nocifs pour la santé. Les salariés de ces industriels doivent aussi réagir auprès de leur direction lorsqu'ils constatent des manquements à la stricte déontologie.
a écrit le 11/02/2013 à 13:04 :
il est là le problème de cette filière qui taraude les prix . beaucoup d'intermédiares ( différents comptes ) pour brouiller la traçabilité ( différents pays ) au final . c'est le principe du blanchiment de l'argent qui est utilisé . ça pue vraiment ! et penser que le boucher du coin est plus déontologue que findus ou un autre ! ne pas perdre de vue que le boucher ( le métier ) est aussi et avant un maquignon ! alors prudence ...à tous les étages . bon ! je vais acheter mon boeuf français , à moi , un marteau et un fusil polonais pour l'étourdir un couteau suisse pour le découper un congélateur turque un fourneau Godin français pour la cuisson c'est ça aussi la tracabilité ... et les intermédiaires .
a écrit le 11/02/2013 à 12:56 :
On s'en fout, le cheval c'est meilleur que le boeuf, avec moins de graisses et plus de protéines, super bon pour les sportifs (LA VRAI QUESTION est-ce que la viande est avariée, non ! affaire est réglée). En revanche on ferait mieux d'alerter l'opinion public sur la nourriture et les plats préparés à réchauffés au micro-onde qui détruit la nourriture, détruit les vitamines (La vitamine A c'est la vitamine des cellules épithéliales de l'oeil, pourquoi 50 pourcent des enfants aujourd'hui sont myopes et portes des lunettes ?), provoque des lourdeurs d'estomac, avec une digestion ralentit, des crampes d'estomac, une fatigue chronique, voir constipation, diarrhée, en réduisant notre énergie vitale, sans parler des émission d'ondes nocifs dans les appartements, et pourtant toujours en vente (on arrête pas de nous rabâcher le "principe de précaution". Cela permet aussi d'occulter le raquette bancaire organisé avec la complicité des élites et des politiques, bonne appétit à midi pour moi 200 g de CDS et 150 g de Subprimes cuits au bankster un nouveau four très "économiques". Pour Findus j'ai acheté 30 barquettes de lasagnes au cheval, avant la viande de cheval coutait 2 fois plus cher que le boeuf ! Merci Findus.
Réponse de le 11/02/2013 à 13:24 :
Quand vous commandez une Mégane et qu'on vous livre une Clio, vous êtes d'accord ? Non il y a tromperie ! et si votre concessionnaire vous dit : on s'en fout celle-ci consomme moins que l'autre", vous êtes satisfait ?
Réponse de le 11/02/2013 à 13:34 :
Sauf si vous la revendez en la présentant comme une Mégane, alors que ça crève les yeux que c'est une clio...
Réponse de le 11/02/2013 à 14:31 :
30 barquettes de 150 gr ???? Jetez un oeil sur mon message de 14h04, traduit d'une recette italienne avec google.
Achetez des barquettes, cuisinez et, après cuisson, congelez vos propres lasagnes, vous verrez, c'est bien meilleur ! Vous pourrez même utiliser de la viande de cheval.
a écrit le 11/02/2013 à 12:48 :
l'étiquette toujours l'étiquette mais la elle va vite collée aux roms qu'importe les Français déjà très critiques sur ce qu'ils ont dans leur assiette mais qui avec une sauce chimique 100% ne font pas de différence entre viande chevaline et viande bovine voir canine? le vite fait flux tendu est hors contrôle. Et hop tous à la casserole.
Quant aux erreurs d'étiquetage et mélange douteux de nombreuses filières en font un sport.
Le "toujours plus" c'est le fin mot de tous nos maux.
a écrit le 11/02/2013 à 12:48 :
Ah Schengen, libre circulation des marchandises mais celles avariees, quelle est superbe votre Europe. Le monde vous l'envie !!!
a écrit le 11/02/2013 à 12:36 :
faîtes comme moi : achetez (plus cher) de la qualité chez votre boucher et cuisinez un peu. Pas beaucoup plus cher à la fin et on sait ce que l'on mange. Les gens préfèrent acheter de la m**de et privilégier d'autres types de dépenses.
a écrit le 11/02/2013 à 12:26 :
La mondialisation qui,ici comme ailleurs,tourne le consommateur en bourrique ! Chez Findus,ils nous prennent pour des ânes qui mangent sans coup hénir du cheval à la place du boeuf! De quoi devenir fol n'est-ce pas monsieur le ministre ,
a écrit le 11/02/2013 à 12:21 :
Voilà ce que donne la financiarisation de l'économie mondiale : à force d'externaliser, on ne maîtrise plus rien, et à force de faire confiance aux marchés et aux traders, on arrive au grand n'importe quoi le plus total. Faut-il d'autres exemples plus graves (ex. dans le domaine de la santé) ou est-ce que ça suffit comme ça ?
a écrit le 11/02/2013 à 12:19 :
Et en plus ils se mocquent du monde !! Vals est un menteur quant aux risques sanitaires. Qui peux croire que les vieilles carnes roumaines n etaient pas en fin de vie, malade au possible , sans dangers sanitaires ? Rien que le fait de savoir que toute cette viandasse vient de roumanie ou les sols sont hyper polués et les conditions d elevage abominables est une escroquerie.
a écrit le 11/02/2013 à 12:19 :
Ah! Ah! Chypre, ses banques "vertueuses", ses fonds russes et sa frontière turque, la Roumanie ,ses mafias et ses voisins "démocratiques", le Luxembourg ,sa fiscalité douce et son traiding haute fréquence,... un joli concentré européen duquel sort cette affaire. Un bon exemple de l'utilisation abusive du libéralisme économique, copié-collé de l'OMC. Et combien d'affaires de ce type sont-elles passées inaperçues, faute de contrôles?
a écrit le 11/02/2013 à 12:18 :
On avait bien remarqué que tous ces plats préparés étaient infects, maintenant on sait pourquoi, c'est bien.
Réponse de le 11/02/2013 à 21:25 :
je ne consomme plus ce genre de produit depuis que j'ai découvert en cuisinant de la moussaka magie du groupe nestlé un cafard mort ! il y a environ une dizaine d'année !
a écrit le 11/02/2013 à 12:15 :
Quelque chose m'échappe complètement.
Bien que n'ayant aucune connaissance en cette matière, lorsque j'arrive devant des barquettes de viande de cheval, je n'ai pas besoin de lire l'étiquette. La viande de cheval est nettement plus foncée que le b?uf. De plus, sa texture est différente, ainsi que son odeur et son goût.
Alors je ne parviens pas à comprendre comment des tonnes de cette viande (je n'en mange pas personnellement mais ses qualités alimentaires sont indéniables) ont pu passer dans le circuit sans être détectées.
Mystère de l'industrie agro alimentaire???
a écrit le 11/02/2013 à 12:12 :
Depuis plus de 10 ans les nombreux Ministres de l'agriculture ont été absolument inutiles pour empêcher les voyous de la triche mal bouffe ... de surcroît ils ont à leur passif la misère et la pauvreté dans lesquels se trouvent les paysans français.... mais que font ils ces politicards inutiles ? quand vont-ils être mis en cause pour leur grande passivité face aux voyous traders de la bouffe avariée et nuisible à la santé des français ?
a écrit le 11/02/2013 à 12:12 :
Ok ... y'a tromperie sur la marchandise .... mais la viande n?était pas toxique... par contre les médias ne nous parlent pas des nouvelles taxes à venir... du prix du pétrole et Cie ! Des hausses d?impôts dit "écologiques" pour faire joli !!!!!!!!!
a écrit le 11/02/2013 à 12:06 :
Lasagne Findus au Cheval de Roumanie : L'incroyable Circuit de la Viande Voyageuse : COMIGEL , groupe français Pujol , Traders de Chypre, du Luxembourg et des Pays Bas qui achètent en Roumanie https://www.youtube.com/watch?v=Pz5X7KMSp4g
Réponse de le 11/02/2013 à 12:16 :
Termine jamais plus de reserve de "surgelés" quand on voit tout le circuit qu'ils font ; pourtant en FRANCE nous avons du betail NON !!!!!!!!!
a écrit le 11/02/2013 à 12:04 :
Le pire , c'est que j'achetais de temps de temps des surgelés ce type, mais de marque, pensant qu'ils étaient moins douteux que les surgelés génériques.
Bon eh bien, c'est terminé pour ce type de produit, il ne faut quand même pas trop se moquer des clients.
a écrit le 11/02/2013 à 11:54 :
ça sent le sapin pour cette boite ! déjà que le surgelé c'est pas toujours gratifiant . là ils pensaient avoir le ticket gagnant du tiercé spanghéro findus comigel ! pov cheval ! héni soit qui mal y pense !
Réponse de le 11/02/2013 à 12:13 :
je portais une grande confiance à,la marque "findus" je n'achetais pas les produits concernés mais du poisson cuisine , epinards c'est termine ce jour ; en ce qui concerne les autres marques je n'achete jamais -
a écrit le 11/02/2013 à 11:46 :
Facile, une amende de 20% du chiffre d'affaires du coupable et ça fera réfléchir les autres. Mais que peut-on attendre de bon bon d'un pays où le moindre magouilleur politico-énarque ne risque au grand maximum que 6 mois de prison avec sursis et 1 an d'inéligibilité ?
a écrit le 11/02/2013 à 11:41 :
Les anglais exportent la totalité de leur viande de cheval, mais ils ne supportent pas d'en importer. Les médias reprennent les cris d'orfraie des anglais et traitent la viande de cheval comme si c'était un poison mêlé à celle de boeuf alors qu'elle au moins aussi saine que celle de boeuf, et en général plus chère. Il faudrait revenir sur terre. Que se passerait il si les lasagnes contenaient du blé dur mais aussi du blé tendre. Ou si la farce des lasagnes contenait du foie gras. On en ferait un scandale ??
Réponse de le 11/02/2013 à 11:59 :
je commande du boeuf , je veux du boeuf . je commande du cheval , je veux du cheval ! c'est clair comme de l'eau de roche ....la maladie est totalement absente du débat . à suivre ton raisonnement nous pouvons supprimer toutes les étiquettes de tous les produits et là tu vas être moins gaillard .. sauf à travailler chez Findus ..
a écrit le 11/02/2013 à 11:37 :
Ce genre de scandale devrait donner lieux à en emprisonnement préventif de tous les dirigeants concernés pour empêcher les voyous multiples de se concerter et fairedisparaître les preuves. QUE FAIT VALLS avant d'agitr énergiquement, les DEALERS de la barbaque sont infiniment plus dangereux pour les français que les petits larcineurs des banlieues ?
a écrit le 11/02/2013 à 11:37 :
quand on apprendra que les carcasses de chevaux provenaient de France, la boucle aura été bouclée...
a écrit le 11/02/2013 à 11:36 :
D'ici une semaine, je peux vous assurer que tous les plats préparés auront des étiquettes du type " Provenance France 100 % garantie" ou "Plat élaboré uniquement avec des produits français" .... mais bien sûr, ce sera impossible à vérifier....
a écrit le 11/02/2013 à 11:31 :
il faut taxer la malbouffe ,c'est le seul moyen de relancer nos petits producteurs
Réponse de le 11/02/2013 à 16:47 :
La malbouffe est déjà inabordable... et mes taxes ne font qu'alimenter la chaîne de l'opacité. Il vaut mieux supprimer tous ces produits complexes.... et chaque pays européen peut fabriquer pour son pays des produits frais préparés de qualité pour un coût moindre et une marche suffisante aux paysans.
a écrit le 11/02/2013 à 11:29 :
la filière prend les consommateurs pour des gogols depuis des années...... quand on voit tous les intermédiaires dans cette histoire, aucun doute... l'opacité est organisée..... et satisfait tout le système.....

spanghero n'a jamais vu la viande.... qui est forcément surgelée puisque hachée en roumanie.... et on ne va pas me faire croire que on va transporter... je ne sais quoi d'ailleurs... de roumanie dans le sud ouest pour ensuite la réexpédier au luxembourg.....

les produits à faible valeurs ajoutée (sauf pour les intermédiaires).... doivent aller au plus court, le transport étant prohibitif dans l'impact sur les coûts de revient....

alors stop à cette farce........

a écrit le 11/02/2013 à 11:25 :
On se gausse des chinois! Il est temps de balayer devant notre porte en Europe! Que font les hauts fonctionnaires européens? A quoi servent-ils s'ils ne s'occupent pas des problèmes de ce genre? Le budget de l'Europe doit servir à cela plutôt que de re-distribuer de l'argent sous forme d'aide!
Réponse de le 11/02/2013 à 11:53 :
Les contrôles nécessaires sont forcément fait au niveau national, l'UE ne dispose pas de police.
a écrit le 11/02/2013 à 11:23 :
AH ah on les y prend encore les traders en produits dérivés carnés qui s'en mettent plein les poches sur le dos des consommateurs avec leurs produits frelatés qu'ils nous vendent avec leurs beaux emballages mais dont le contenu nous est étranger. Findus d'ailleurs, c'est pas une banque finlandaise ça ?
Réponse de le 11/02/2013 à 11:55 :
Findus contrôlé par JP Morgan et 2 fonds d'investissement dont Lion Capital. On reste bien dans les produits dérivés !
a écrit le 11/02/2013 à 11:18 :
Des tonnes de règlements tâtillons ont fait disparaître des milliers de petits producteurs et menacent des spécialités locales authentiques, notamment pour le fromage, mais les grands groupes industriels vendent n'importe quoi sous le nom de "boeuf". C'est scandaleux.
a écrit le 11/02/2013 à 11:15 :
Tout le monde se plaint de l'excès de normes, réglementations... mais quand il n'y en a pas et que l'on fait confiance, c'est le 'n'importe-quoi'! Vraiment dommage, car on va de plus en plus vers une société rigidifiée par les 'lois' et ceci dû à la bêtise, la cupidité et l'irresponsabilité de quelques uns.
Réponse de le 11/02/2013 à 13:14 :
Eh oui, comme disait Einstein : "il y a deux choses d'infinies, l'univers et la bêtise humaine mais, pour la première, je n'en suis pas certain."
a écrit le 11/02/2013 à 11:15 :
C'est grave sur le principe, à n'en douter : on a trompé le consommateur par avidité de profits (il faut croire que la viande de cheval est meilleur marché que celle de boeuf )
Mais au fond, il s'agit de viande de cheval, une viande noble et riche qui est consommée par des dizaines de millions de personnes et non de viande de rat d'égout ou de morceaux avariés destinés à la nourriture pour chien.
C'est un problème totalement différent que celui d'avoir donné des carcasses avariées à manger aux vaches herbivores ... Une crise similaire à celle provoquée par la vache folle ne se répétera pas.
Il serait peut-être temps de recommencer à cuisiner soi-même, c?est plus sûr et si facile.
Alf
Réponse de le 11/02/2013 à 11:53 :
Cuisiner soi meme voilà un commentaire plein de bon sens.
De plus, cuisiner soi meme permet de faire des économies tout en choisissant la qualité de chaque ingrédient.
Une révélation, que dire un scoop qu'il faut propager pour forcer les industriels de la mal bouffe a mettre genoux à terre !
Réponse de le 11/02/2013 à 13:23 :
Je ne parierai pas sur le fait qu'une crise similaire à celle de la vache folle ne puisse pas se reproduire. La cupidité, l'égoïsme et la petitesse de certains font que des professeurs Nimbus de tous poils ont déjà dans leurs éprouvettes la future crise de demain (si elle n'est pas déjà en route ???).
a écrit le 11/02/2013 à 11:12 :
Il manque plein d'infos sur la viande et les produits transfomés.
Imaginez un peu du porc francais signifie qu'il a été abattu en France et ces pauvres betes sont transportées vivantes sur des centaines de kilomètre pour avoir un tampon (beaucoup de porc made in Fance on été élevés en Belgique ou aux Pays Bas)...
Pour le boeuf, il en va de meme on a pas d'info sur le mode d'abattage, de plus les pratiques d'abattage rituels ne sont pas appliqués selon les règles: contention des animaux juaqu'à exsanguination complète soit au moins 5 minutes par bovin : ceci n'est jamais respecté ! Si tel était le cas l'avantage économique de ne faire que de l'abattage rituel n'existerait plus !
Nos politiques de tous poils manquent de courage aussi bien pour nous dire la vérité que pour imposer des règles simples aussi bien aux industriels qu'aux extrémistes religieux qui exigent des pratiques d'un autre age.
Aux armes citoyens ! Aux armes consommateurs ! Ce que les politiques n'ont pas le courage de faire, nous le feront en tant que consommateur avec nos portes monnaie

a écrit le 11/02/2013 à 11:12 :
A vous dégouter de consommer des plats où la viande est hachée car en vérité il est impossible de savoir ce qu'elle contient. C'est de la malbouffe, mieux vaut acheter un bon steack entier.
a écrit le 11/02/2013 à 11:04 :
le petit agriculteur roumain a déguisé son cheval en vache!! à l'abattoir personne n'y a rien vu!!! il sera le seul inquiété car le seul fautif !!!Mettre tous les magouilleurs ainsi que les commissaires européens (ils ont organisé la magouille) sur une ile avec des lasagnes comme seule nourriture.Si jugement il y a ce sera le petit roumain qui sera condamné d'ici vingt ans
Réponse de le 11/02/2013 à 11:28 :
Le petit agriculteur roumain est obligé de fermer parcequ'il ne répond pas aux normes de la PAC. Avant de quitter sa terre, il met son dernier cheval à l'abattoir et n'obtient sa subvention que si sa viande est aux "normes". Tous les systèmes de subvention sont fortement incitatifs et nécessitent des contrôles. La Roumanie vit depuis 2007 l'exode rural comme la France l'a fait au début des années 1960 avec la création de la PAC. Hélas aujourd'hui tous les paysans ne trouvent pas d'emploi dans la reconstruction et l'automobile.
a écrit le 11/02/2013 à 11:04 :
Il n'y a pas encore si longtemps, nos ainés bénéficiaient à l?école primaire de cours de cuisine. Pourquoi ne pas reprendre cette disciple de base indispensable comme l'enseignement du français ?
Réponse de le 11/02/2013 à 12:10 :
Remarque pleine de bon sens. On pourrait ajouter : pourquoi pas des cours de secourisme et autres choses dont on a besoin dans la vie réelle et de tous les jours (les cours de code de la route de Mme Royal par exemple). Mais non ce serait sans doute trop simple et pas assez valorisant pour certains profs, sans compter que cela mettrait en cause certains intérêts privés.
a écrit le 11/02/2013 à 11:02 :
Nous apprenons que au moins 4 intermédiaires s'intercalent entre l'abattoir roumain et l'usine française de transformation! Exportateur roumain, société à Chypre, société au pays bas, société dans le sud-ouest ... je suppose qu'ils facturent des commissions, alors quels est leur valeur ajoutée s'ils ne procèdent à aucun contrôle? C'est louche! est-ce que leur seul objectif serait de noyer la responsabilté ou de rendre opaque le processus d'un trafic?
Réponse de le 11/02/2013 à 11:22 :
+ 1. D'un point de vue économique, c'est en effet incompréhensible. La présence de x intermédiaires, touchant une commission à chaque fois, renchérit le produit final. Ne me dites pas qu'une société comme Findus n'a ni les moyens ni la volonté d'acheter sa matière première au meilleur prix, gage de la compétitivité de leurs produits. Ca sent pas bon cette affaire...
Réponse de le 11/02/2013 à 11:23 :
N'oublions pas que la Roumanie, pays entré dans l'UE possède des centaines de milliers de chevaux qui servaient ,il y a encore peu de temps, comme moyen de transport.La législation européenne a imposé pour des questions de sécurité la disparition des équidés des routes roumaines.Les roumains étant peu enclin à consommer la viande de cheval, il est certain que ce potentiel de viande n'a pas échappé à des intermédiaires peu scrupuleux.On risque donc de découvrir sous peu que ces chevaux ont fini dans nos assiettes et pas seulement sous forme de lasagnes....Le plus dramatique et je suis d'accord avec Vincent est que si on peut faire passer du cheval pour du boeuf qu'en est-il des autres aliments?
Il est par ailleurs certain que la viande chevaline dégage une odeur bien particulière que l'on ne peut pas confondre avec du boeuf...sauf à moins d'être enrhummé à vie....
a écrit le 11/02/2013 à 10:51 :
Il faut plus de transparence ! Plus de made in CEE mais un made in du pays, afficher le mode d'abattage etc.
a écrit le 11/02/2013 à 10:41 :
Le problème n'est pas tant que ce soit du cheval, mais on peut imaginer que si on nous vend du cheval à la place du boeuf, pourquoi ne pas imaginer qu'on nous vende du chat à la place du lapin, ou du chien ou du rat ? On a eu beau jeu de se moquer des chinois avec leur lait en poudre à la mélamine, on ne vaut pas mieux. On voit là les limites des logiques de profit et de compétitivité.
Réponse de le 11/02/2013 à 12:28 :
oh faut pas faire la fine bouche mon grand pére a mangé du rat pendant la guerre il parait que ca le même gout que le lapin ::)
Réponse de le 14/04/2015 à 17:13 :
Et vite vite pour mettre fin à la didacture SNCF sa qualité de service médiocre et cheminots mal lunés. Les usages veulent de nouvelles compagnies ferroviaires et vite vite !!!
a écrit le 11/02/2013 à 10:39 :
Cette crise pose le constat suivant : Quelles sont ces sociétés intermédiaires et quelles sont les valeurs ajoutées?Ainsi la société Spanghero se dit "victime" du fournisseur roumain alors que les produits importés sont envoyés en usine de traitement pour transformation en plats cuisinés.les produits importés ne sont pas "ouverts" ni contrôlés mais passent uniquement par cet intermédiaire.Quelle est l'utilité de cette usine Spanghero qui semble acheté à un Trader le produit pour ensuite l'envoyer dans une usine?
Si Findus va souffrir indéniablement de ce scandale, je souhaite ardamment que ces filières agro-alimentaires fassent le grand ménage dans leurs intermédiaires qui ne servent à rien , si ce n'est augmenter le coût de la viande achetée par les consommateurs.Restons simples dans la filière.producteur bovin=>abattoir=>usine de transformation=>distributeur=> assiette du consommateur.
Réponse de le 11/02/2013 à 10:52 :
En fait, le problème c'est plutôt que Findus n'est qu'un autocollant sur une boîte. Ils ne font plus rien, se fournissent aux mêmes endroits que les marques low cost etc.
C'est de plus en plus le cas dans de nombreux secteurs. Beaucoup de marques ne veulent plus rien dire.
a écrit le 11/02/2013 à 10:38 :
Je vous invite a voir le film de Dominique Marchais en DVD :
Le temps des grâces. 
Une enquête documentaire sur le monde agricole français aujourd?hui, à travers les nombreux récits  d?agriculteurs, chercheurs, agronomes, écrivains? Un monde qui résiste bon gré mal gré aux bouleversements (économiques, scientifiques, sociaux) qui le frappent et qui continue d?entretenir les liens entre générations. Un monde au centre d?interrogations majeures sur l?avenir des territoires et de notre environnement.
Réponse de le 14/04/2015 à 22:09 :
monsieur le consultant aurelien a 3 sous: de grace, prenez des cours de redaction ou faites vous aider: a une question avec choix multiples la reponse ne peut etre OUI....merci de votre analyse....
a écrit le 11/02/2013 à 10:29 :
Monsieur Buisson.. la transparence n'existe pas et vous le savez......

vous disposez d'un outil le groupe GS1, qui permet de gérer et de normaliser les échange électroniques entre tous les acteurs de la distribution: producteur, logisticiens et distributeur..

il existe même un fiche technique destinée à "normaliser" les données de cahier des charges lors des appels d'offre que fait la distribution pour ses produits à marque propres

il suffit simplement de reconfiguer cette fiche pour la rendre lisible, et de la rendre accessible sur internet, y compris en flashage sur smartphone... du gencod..... ou QR code... le consommateur pourrait en magasin savoir directemen ce qu'il achète.... composition produit élargie... origine, et pays de production....

c'est simple...... pas besoin de législation pour ça...... juste la pression es consommateurs si cela ne se fait pas....... pas de fiche accessible sur internet, boycott de la marque....
a écrit le 11/02/2013 à 10:27 :
La solution est de ne manger aucun plat où la viande est hachée sauf si vous la hachez vous mème.et préparez le plat.
Réponse de le 11/02/2013 à 10:41 :
Ou si vous la faites hacher devant vous chez votre boucher.
a écrit le 11/02/2013 à 10:26 :
Quand Fabius met son grain de sel, cela prête à sourire. On n'imagine pas ce Monsieur et ses collègues avoir sur leur table des plats surgelés. C'est bon pour le peuple. C'était pareil dans la cantine de mon entreprise où en approchant de la salle on avait déjà le haut le c?ur. Les riches et les puissants se nourrissent avec les meilleurs produits (depuis la nuit des temps) c'est pourquoi ils vivent en général plus longtemps.
A quoi sert l'agence européenne de sécurité de l'alimentation à Parma où elle occupe de vastes et splendides locaux en face du palais ducal ? Sans doute encore une superbe planque pour copains...
a écrit le 11/02/2013 à 10:22 :
à force de nous prendre pour des ânes et de vouloir nous pigeonner c'est le cheval qui ru dans les brancards .. les citoyens sont des boeufs disait de gaulle . vas-y ma poule chez Findus mais tu seras , en les laissant tout faire , le dindon de la farce du marché unique . vous remarquez ... que Intermarché n'est pas touché !! silence radio vis à vis des moins mauvais . vite des portes coupe feu ( barrières ou plus souvent appellées frontières ! ) .
Réponse de le 11/02/2013 à 10:41 :
De Gaulle disait que les français étaient des veaux.
Réponse de le 11/02/2013 à 11:47 :
ça reste une bête ... au final ! sorry gilles1
a écrit le 11/02/2013 à 10:18 :
et pendant ce temps nos paysans meurent ! Toute cette bouffe industrielle est plus chère qu'une alimentation saine. A nous de savoir acheter, a bon entendeur salut !
a écrit le 11/02/2013 à 10:09 :
Surtout, cela montre que la régulation mise en place par l'UE au prix de la disparition de milliers de PME du secteur n'a en rien amélioré la sécurité alimentaire. A quand d'ailleurs des études d'impact de toutes ces régulations liberticides? Jamais je suppose. Cela montrerait trop bien l'iniquité de cette bureaucratie qui ne favorise que les oligopoles et limite de fait la concurrence.
a écrit le 11/02/2013 à 10:07 :
Les français feraient bien de se mobiliser pour "acheter français" dans le domaine alimentaire. Ce serait la moindre des choses pour une de nos grandes industries. Les normes sanitaires alimentaires sont en France parmi les plus contraignantes au monde. Les professionnels pourrait créer un label adhoc. Pas besoin du gouvernement pour cela, qui ne peut le faire à cause des traités internationaux.
Réponse de le 11/02/2013 à 10:54 :
Acheter Français, encore faut il avoir les moyens ! Avez vous vu les prix de la viange rouge made in France ? Si on achète Français on achète du porc oui mais pour le reste c'est presque devenu un bien de luxe !
Réponse de le 11/02/2013 à 11:09 :
" Avez vous vu les prix de la viange rouge made in France ?" Allez voir le prix dans les commerces orientaux hallal , circuit court , abattage en france : Produit 4 fois moins cher !!!! Véridique . Même si ça doit bien arracher la gueule à certain de l'admettre...
a écrit le 11/02/2013 à 10:05 :
Ce qu'on ne nous dit pas, c'est ce que deviennent ces surgelés chevalins parfaitement
comestibles. Les restaurants du c?ur et autres ONG pourraient parfaitement en faire
bénéficier leurs "clients", en les informant évidemment.
a écrit le 11/02/2013 à 10:03 :
quand on voit toutes les aides à la roumanie tout le gaspillage de subvention par la PAC ON CONSTATE qu'il Y A DES eCONOMIES A FAIRE PUISQUE CES SUBVENTIONS NE SERVENT A RIEN
Réponse de le 11/02/2013 à 10:16 :
Ah bon ? de quelles aides bénéficie la Roumanie ?
Réponse de le 11/02/2013 à 11:23 :
Le 25 octobre, la Commission européenne a décidé de suspendre une partie des aides européennes dans le domaine des transports, du développement régional et de l?amélioration de la compétitivité, « à la suite de déficiences graves dans le système de gestion ». « Les mesures prises aujourd?hui font partie d?une procédure régulière qui vise à protéger les intérêts budgétaires de l?UE et la façon dont l?argent des contribuables est utilisé », a déclaré la Commission dans un communiqué. Près de 800 millions d?euros seraient ainsi bloqués à cause d?irrégularités, de fraudes et d?incompétences.

En intégrant l?UE en 2007, la Roumanie a reçu 32?milliards d?aides (12?pour l?agriculture, 20?pour les «?fonds structurels et de cohésion?») pour la période 2007-2014. Mais seulement 10?% de cette somme a été utilisée à ce jour. L?absorption de ces fonds est un vrai problème pour nombre de pays, dénués d?administrations rompues aux arcanes européennes.

Via Google - 32 milliards promis, 3,2 milliards versés, blocages imputables aux carences de ces pays intégrés trop rapidement.
a écrit le 11/02/2013 à 9:58 :
Leur pub disait " HEUREUSEMENT...IL Y A FINDUS" oui heureusement en effet !!!!!!
a écrit le 11/02/2013 à 9:55 :
Ce n'est pas comparable à la crise de la vache folle. En effet, la vache folle est une maladie répandue ici et là. Alors que ce scandale est dû à des malversations pour cause de gains.

La filière n'a qu'à choisir du boeuf français. Au moins, la visibilité serait meilleure. Et en plus, nos éleveurs auraient plus de travail !
a écrit le 11/02/2013 à 9:46 :
moralité : acheter local et faire sa cuisine soi-même. Traçabilité max et en plus c'est économique et fait vivre les acteurs locaux. La bonne cuisine, c'est pas sorcier !
Réponse de le 11/02/2013 à 10:51 :
BIEN RAISON en cette periode beaucoup moins cher bien meilleur faire honneur a ceux qui font de bon produit il faut bannir les produits a forte pub .qui piegent l argent du consomateur
Réponse de le 11/02/2013 à 10:55 :
Rien n'empêche le même scandale chez votre boucher ! Regardez dans l'actualité ceux qui revendent de la viande avariée...Au moins dans l'industriel il y a des contrôles qui permettent de faire remonter l'affaire.
Réponse de le 11/02/2013 à 16:59 :
"dans l'industriel il y a des contrôles" ... La preuve. Le cheval est présent depuis août 2012. Sacrés contrôles, en effet...Et qui ne viennent MEME PAS de l'industriel. 1900 contrôles d'état par rapport à tout ce qui se vend et circule est DERISOIRE !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :