Electrolux achète l'électroménager de General Electric pour 3,3 milliards de dollars

 |   |  281  mots
Selon les termes de l'accord, Electrolux, numéro deux sur le marché du gros électroménager aux États-Unis (derrière l'américain Whirlpool), pourra continuer à exploiter à l'avenir la marque General Electric.
Selon les termes de l'accord, Electrolux, numéro deux sur le marché du gros électroménager aux États-Unis (derrière l'américain Whirlpool), pourra continuer à exploiter à l'avenir la marque General Electric. (Crédits : reuters.com)
Le groupe américain a annoncé lundi avoir conclu un accord définitif avec le spécialiste suédois du secteur. Les deux parties espèrent boucler la transaction en 2015.

General Electric (GE) se désengage de son activité historique dans le gros électroménager. Le conglomérat industriel américain a annoncé lundi avoir signé un accord définitif pour céder sa branche "produits blancs", à Electrolux, spécialiste suédois du secteur, pour 3,3 milliards de dollars.

Une plus-value comptable pour GE comprise entre 0,05 et 0,07 dollar par action

La transaction, que les deux parties espèrent boucler en 2015, valorise les activités cédées à huit années d'excédent brut d'exploitation (Ebitda). GE en tirera une modeste plus-value comptable, qu'il a chiffrée entre 0,05 et 0,07 dollar par action.

Selon les termes de l'accord, Electrolux, qui est le numéro deux sur le marché du gros électroménager aux États-Unis (derrière l'américain Whirlpool), pourra continuer à exploiter à l'avenir la marque General Electric.

GE voulait céder sa branche électroménager depuis 2008

Electrolux avait déjà confirmé mi-août être en négociations avec GE au sujet de cette transaction, dont le montant est toutefois finalement bien supérieur à celui évoqué jusqu'ici, de l'ordre de 2 milliards de dollars. Le groupe suédois était en concurrence avec une jeune société spécialisée dans les produits de grande consommation, l'américain Quirky, appuyé par des fonds d'investissements, selon la presse.

En 2008, GE avait déjà tenté de céder son activité dans le gros électroménager, qu'il trouvait trop dépendante du difficile marché américain, où la concurrence est foisonnante et les consommateurs habitués à des prix bas. La cession annoncée lundi marque une nouvelle étape du recentrage du groupe sur ses métiers industriels à fort potentiel, parallèlement à sa sortie progressive des marchés de la finance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :