Electrolux voudrait reprendre la branche "produits blancs" de General Electric

 |   |  280  mots
Citant deux sources proches du dossier, Bloomberg évoque une transaction pouvant atteindre 2 milliards de dollars tout en précisant qu'il n'y a aucune garantie que ces discussions aboutissent.
Citant deux sources proches du dossier, Bloomberg évoque une transaction pouvant atteindre 2 milliards de dollars tout en précisant "qu'il n'y a aucune garantie que ces discussions aboutissent". (Crédits : reuters.com)
Le fabricant suédois ne serait pas seul sur ce dossier, qui intéresserait également une jeune société de produits de grande consommation, Quirky, rapporte Bloomberg.

Les "produits blancs" de General Electric, que le conglomérat américain veut vendre pour se recentrer sur l'industrie, feraient envie à Electrolux. Le fabricant suédois de gros électroménager aurait engagé des discussions avec GE pour reprendre cette branche historique du groupe, selon un article publié jeudi par l'agence de presse Bloomberg,

>>GE tenterait de céder son activité d'électroménager pour plus d'1,5 milliard de dollars

Une autre société en lice

Electrolux, déjà numéro deux sur le marché américain du gros électroménager (derrière le groupe local Whirlpool), ne serait toutefois pas seul sur ce dossier. Toujours selon Bloomberg, qui cite deux personnes proches du dossier, une autre jeune société, Quirky, spécialisée dans les produits de grande consommation, serait également intéressée par l'électroménager de GE. Elle pourrait bénéficier de l'appui de fonds d'investissements afin d'acquérir une une participation majoritaire, laissant une part minoritaire à General Electric.

Quirky, qui construit des produits reposant sur des idées soumises par une communauté d'utilisateurs, compte GE parmi ses derniers investisseurs. GE a aussi récemment ouvert son imposant portefeuille de brevets à Quirky pour l'aider à mettre au point de nouveaux produits domotiques.

2 milliards de dollars pour les "produits blancs" de GE

Bloomberg évoque une transaction pouvant atteindre 2 milliards de dollars tout en précisant "qu'il n'y a aucune garantie que ces discussions aboutissent". Interrogés par Bloomberg et l'AFP, ni GE, ni Electrolux ni Quirky ont voulu commenter ces informations.

GE avait déjà tenté en 2008 de céder sa branche historique de produits blancs, qu'il trouvait trop dépendante du difficile marché américain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2014 à 9:03 :
Que faire de l'activité éclairage faisant égalemanet partie de la division "électroménager" de GE?
a écrit le 14/08/2014 à 16:53 :
Qu'en pense Jack Donaghy ? Va t-il mettre Liz Lemon sur le coup ? (pour les connaisseurs)
a écrit le 14/08/2014 à 16:13 :
GE avait fait des révélations discrètes selon lesquelles il voulait trouver une présence en Europe. Il cherchait visiblement des alliés et l'appui de distributeurs qui voient avec inquiétude Samsung arriver sur le marché du blanc avec l'intention de tout rafler. On pensait à Dyson. Mais les rapprochement récents puis des achats algériens et la volonté opiniâtre du chinois Haier, accélèrent les choses. Pour rester dans sa logique du "Buy American" habituelle, GE pourrait bien se rapprocher de Quirky si ce dernier lui propose un bon deal. En l'état la société n'est pas en mesure de payer 2 milliards de dollars par elle même mais un partiel avec options à fort effet de levier pourrait jouer. Quirky en réalité est portée par KPCB qui est indirectement un faux nez d'Amazon et avec son allié Horowitz l'héritier de toute la Tech-Machine US. On pense bien entendu à la cuisine, mieux, la maison connectée à la voiture électrique .. puisque la société en fabrique aussi. Reste l'italien Candy-Hoover que tout ce bruit pourrait faire bouger. Ou encore Hoover USA. Indésit pour sa part vient d'être comme on le sait racheté par l'américain Whirlpool. Quant aux allemands de Siemens-Bosch ils sont inquiets inquiets. La marque Miele pour sa part reste spectatrice car elle compte sur son développement de haut de gamme. A moins que par surprise le français SEB qui vient de dépasser les 5 milliards de dollars de chiffre, très lié à la famille Peugeot, décide de se lancer enfin dans le gros électroménager La concentration n'en est qu'à ses débuts.
Réponse de le 14/08/2014 à 16:56 :
vous essayez d'impressioner la direction de La Tribune pour vous faire embaucher ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :