Faire pousser des champignons chez soi en une semaine

 |   |  945  mots
Les pleurotes des kits à champignons Prêt-à-pousser sont pour l'instant disponibles en trois coloris : gris, rose et jaune.
Les pleurotes des kits à champignons Prêt-à-pousser sont pour l'instant disponibles en trois coloris : gris, rose et jaune. (Crédits : DR)
La jeune start-up française Prêt-à-pousser a créé un kit à champignons "faits maison" et prêt à l'emploi. Résultat d'une découverte qui doit tout au hasard, cette innovation est comme un pied de nez au tout-numérique.

Ce n'est pas l'innovation la plus glamour de l'année, mais cela ne l'a pas empêchée d'être l'un des 15 produits - sur 7.000 participants! - à obtenir le Grand prix Innovation du Salon international de l'agro-alimentaire (SIAL). Créé par une jeune start-up française, ce kit prêt à l'emploi permet à son acquéreur de faire pousser très facilement chez lui une botte de champignons en quelques jours.

Une semaine pour une botte de pleurotes

Le kit Prêt-à-pousser se veut le plus facile d'utilisation possible : il suffit d'arroser une fois par jour pendant 7 à 10 jours pour obtenir une botte de pleurotes d'environ 300 grammes, soit de quoi cuisiner un plat pour 4 personnes. Prêt-à-pousser garantit au minimum deux récoltes par kit, mais leur nombre "peut être bien supérieur", selon Jérôme Devouge, joint par La Tribune. Le jeune co-fondateur de Prêt-à-pousser indique que, dans leur environnement naturel, les pleurotes mettent de 2 à 3 semaines à pousser; et explique comment sa startup est parvenue à obtenir ce rendement deux fois supérieur :

"Il y a encore trois mois, une botte de pleurotes mettait deux semaines à pousser. Depuis nous avons remplacé le marc de café, qui servait de terreau à nos champignons, par de la sciure de bois recyclée. Dans le même temps, nous avons sélectionné des variétés de pleurotes qui poussent plus rapidement que la plupart. Le gain de temps et d'efficacité a dépassé nos espérances en diminuant la durée de pousse par deux !"

Une clientèle jeune, urbaine et connectée

"2000 'colis' en moyenne sont délivrés chaque mois, et nous nous attendons à en livrer 10.000 pour Noël", confie Jérôme Devouge. Les commandes sont "pour deux tiers à trois quarts d'entre elles" effectuées depuis le site internet de Prêt-à-pousser à un prix unitaire avoisinant 20 euros pour les pleurotes gris, 30 euros pour les pleurotes roses et jaunes, les frais de livraison étant offerts à partir de 2 kits commandés. Cependant, la distribution des kits à champignons en points de vente physique est amenée à se développer, le produit étant déjà référencé chez Truffaut ainsi que dans des épiceries fines. Il sera également vendu aux Galeries Lafayette, au BHV et à Nature & Découvertes à partir de début 2015.

D'après Jérôme Devouge, Prêt-à-pousser ne ciblait pas un profil-client en particulier à son lancement, "le produit étant nouveau". Mais, après un peu plus d'une année de développement, le cofondateur de la start-up s'est fait une image plus précise de sa clientèle : féminine, urbaine et jeune (25-34 ans).

Un produit innovant et ... rentable !

Alors que la plupart des start-up suivent la vague du numérique pour se développer, Prêt-à-pousser a choisi le secteur plus palpable du potager privé pour citadin. Pour le cofondateur de Prêt-à-pousser, ce choix, pas anodin, semble, après coup, couler de source:

"L'industrie du champignon est figée depuis des années, à tel point qu'il n'était presque plus concevable pour le consommateur d'acheter des champignons autrement qu'en conserve. En donnant à chacun la possibilité de faire pousser des champignons frais chez soi, rapidement et simplement, Prêt-à-pousser participe à relancer un marché que l'on pouvait qualifier d'endormi"

Une stratégie qui se montre efficace puisque "la société est déjà rentable sur le mois d'octobre, et le sera sans doute aux mois de novembre et décembre grâce aux fêtes". De manière réaliste, le jeune chef d'entreprise anticipe néanmoins une baisse des ventes l'été, due à la saisonnalité du produit.

Une découverte par hasard ... Qui en appelle d'autres attendues

Pour pallier le manque à gagner dû au fait que les champignons sont "des produits d'automne", l'entreprise a la volonté de se diversifier avec d'autres plants, "les aromates (basilic, ciboulette, menthe etc.) pour commencer", précise Jérôme Devouge.

Cette diversification demandera "plus de ressources" que pour les champignons, dont la découverte de la potentialité doit beaucoup au hasard. Étudiants à l'Essec, Romain Behaghel et Jérôme Devouge ont en effet observé un jour des champignons pousser au pied d'une plante verte, située au sein-même de la grande école. Passant l'intégralité d'un cours à étudier le sujet, puis leurs soirées à enchaîner tests et études de marché chez eux, ils finissent par se lancer dans l'aventure entrepreneuriale accompagnés par l'incubateur d'entreprises de l'école.

Pour les nouveaux produits que la startup envisage de développer, plusieurs pistes de financement sont avancées par son co-fondateur Jérôme Devouge : "Le crowdfunding, le financement par la dette, mais également des levées de fonds auprès d'investisseurs privés."

Prête à pousser dans d'autres pays

Après un développement rapide depuis 2013 appuyé notamment par une communication soignée - présence médiatique importante (reportages sur France 2, M6, etc.) et site Internet moderne et intuitif-, la startup compte désormais se développer dans d'autres pays, en Europe pour commencer.

"Nous avons une démarche commerciale active à l'international, où notre utilisation efficace de la sciure de bois peut venir concurrencer efficacement nos concurrents, qui utilisent toujours le marc de café, avec toujours les mêmes maîtres-mots pour nos produits : simplicité et rapidité."

Prêt-à-pousser est en tout cas l'exemple même de l'idée que le caractère innovant d'un produit dépasse l'importance du secteur dans lequel il est créé. Il ne reste plus à la startup française qu'à démontrer que son modèle économique est pérenne et non voué à une apparition furtive dans les rayons des épiceries fines ...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2014 à 8:09 :
Génialissime !!! :)
a écrit le 24/11/2014 à 8:09 :
Génialissime !!! :)
a écrit le 23/11/2014 à 8:47 :
Assez cher en effet, mais si ça marche les prix baisseront peut-être. C'est pas facile de trouver des jolis champignons dans les supermarchés en ville. C'est une bonne idée leur truc.
Réponse de le 12/12/2014 à 15:00 :
Une idée pas nouvelle du tout! Déjà en 2009, 2 jeunes américains ont développé le même conceot. Un copier-coller dont les 2 acolytes prétendent faire leurs choux gras Une autre société française dont le créateur est ingénieur agronome vend aussi de manière plus alternative et plus sérieuse des pleurottes sur marc de café à 14,90 la boite.
C'est bien beau de faire le buzz en piquant les idées des autres! Mais bon, s'il y a des gogos pour acheter!
a écrit le 22/11/2014 à 19:12 :
Wow j'hallucine :)
a écrit le 22/11/2014 à 12:33 :
Combien ça coute les hallucinogènes ? Ma belle-mère vient diner le mois prochain
a écrit le 21/11/2014 à 19:53 :
euh...30 euros plus frais de port pour 300 grammes de pleurottes, soit 100 euros le kilo (avant frais annexes) !!! ça coûte combien sur le marché les champignons ?
Réponse de le 21/11/2014 à 20:09 :
Vous n'êtes sans doute pas "féminine, urbaine et jeune (25-34 ans)." :-)
Réponse de le 22/11/2014 à 13:20 :
@Photo73: mdr :-) je suis beau, mais bon j'ai vu les pleurotes à 1,48 euro sur le marché ce matin, alors je m'en contenterai :-)
Réponse de le 22/11/2014 à 22:04 :
Il faut se rendre au marché, là, c'est dans la cuisine !! Miracle (plutôt hors de prix).
Réponse de le 23/11/2014 à 14:24 :
sur le site il est indiqué plusieurs récoltes. Ensuite là on sait d' ou cela vient, de la cuisine en l' occurence et ce que l' on y aura mit ( de l' eau ). Reste que les pleurottes c' est pas trop mon truc, j' achèterais si il y a des morilles.
Réponse de le 28/12/2014 à 18:28 :
Cher Bah, tu sais d'où cela vient ce qu'il y a dans le kit? C'est dit sur un autre site: :: des Pays-Bas! Bravo pour le produire français! Et pour venir de là, cela ne vient pas en vélo! Bravo pour aussi pour l'écologie!
Pourtant, cette boite à champi surfe sur la vague écolo et franchouillarde.C'est tout, Patrick b a raison ; Sur mon marché, j'ai un super marchand de légumes et ses champignons sont un régal à bien meilleur coût. Enfn, s'il y a des gogos!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :