Jouets : Fnac Darty candidat au rachat de La Grande Récré (sans les dettes)

 |   |  456  mots
(Crédits : Reuters)
Fnac Darty a déposé une offre de reprise de l'enseigne de jouets La Grande Récré, dont la maison mère, Ludendo, avait été placée en redressement judiciaire à la mi-mars, a indiqué jeudi un porte-parole du groupe, confirmant une information du Figaro. Une autre offre a été déposée par Jean-Michel Grunberg, l'actuel Pdg de Ludendo. Les deux offres proposent de réduire la taille groupe dans les mêmes proportions avec la disparition d'une cinquantaine de magasins.

La Grande Récré va-t-elle tomber sous l'escarcelle du géant Fnac Darty ? Jeudi 28 juin, l'entreprise tricolore de la distribution spécialisée a reconnu avoir déposé une offre de reprise de "la quasi totalité des magasins et des salariés de La Grande Récré". Ludendo, la maison mère de l'enseigne de jouets, avait été placée mi-mars en redressement judiciaire pour six mois, le temps de trouver une issue.

Ils seront donc deux candidats à sa reprise : Fnac Darty et Jean-Michel Grunberg, l'actuel Pdg de Ludendo. Le tribunal de commerce de Paris choisira le repreneur de la Grande Récré dans la seconde quinzaine de juillet.

Vers la fermeture de 53 magasins en France

L'offre de Fnac Darty s'ajoute effectivement à celle portée le 16 juin par Jean-Michel Grunberg, l'actuel Pdg de Ludendo et représentant de la famille propriétaire. Ce dernier prévoit de "diviser par deux" la taille du groupe et de recentrer l'entreprise sur le marché français. Selon Les Echos, la fermeture pure et simple des filiales étrangères en Espagne, en Belgique et en Suisse (soit 90 points de vente) est envisagée.

Fin mai, Ludendo avait aussi fait savoir qu'elle prévoyait de fermer 53 magasins "non rentables" en France, soit 20% du réseau de son enseigne-phare.

Pour la Fnac Darty, s'implanter dans ce secteur aurait du sens. Le distributeur avait lancé des espaces dédiés aux jouets avec "Fnac Kids" en 2011. Surtout, il pourrait apporter son expertise dans le numérique à la Grande Récré, qui n'a pas su prendre à temps le virage du commerce en ligne.

Une dette de 150 millions d'euros

En effet, la chaîne, numéro deux de la distribution de jouets en France (derrière Toys R Us qui a lui-même déposé son bilan en mars) croule sous les dettes, notamment à cause de la concurrence des sites d'e-commerce, tels que le géant Amazon ou encore CDiscount. Le patron de La Grande Récré propose, par ailleurs, d'échelonner la dette de 150 millions sur dix ans dans son offre de reprise.

D'après Le Figaro, si le périmètre des deux offres est sensiblement le même (104 magasins, environ 1.200 salariés), Fnac Darty ne serait pas prêt à reprendre les créances de La Grande Récré.

La France, deuxième marché du jouet en Europe

Pour rappel, le chiffre d'affaires annuel du secteur du jouet est de 3,4 milliards d'euros en France, c'est le deuxième marché en Europe.

Le marché français du jouet a terminé 2017 sur un repli de 0,8% - après quatre années de croissance consécutives -, avec un chiffre d'affaires de 3,4 milliards d'euros, selon le bilan de référence du cabinet NPD.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2018 à 13:45 :
Ah ben ça valait le coup de vendre Fnac Eveil et Jeux il y a quelques années...
a écrit le 29/06/2018 à 9:58 :
Ça sent la magouille comptable afin de détourner encore une fois de l'argent public surtout hein vu que la grande récré ne pouvait que s'écrouler face à la généralisation du commerce internet.

Il y a des objets que l'on préfère voir avant d'acheter comme les voitures ou les frigos par hasard et ceux non dont les jouets font partie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :