Scandale des "nouilles au plomb" : l'Inde réclame 90 millions d'euros à Nestlé

 |   |  371  mots
Le groupe suisse conteste l'interdiction de vente de ses nouilles devant la Haute cour de Bombay.
Le groupe suisse conteste l'interdiction de vente de ses nouilles devant la Haute cour de Bombay. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le gouvernement indien réclame des dommages et intérêts, après avoir interdit la commercialisation en Inde de nouilles instantanées de la marque Maggi, à cause d'une teneur en plomb jugée trop élevée dans certains paquets. Nestlé dément les accusations de l'Inde.

La détection d'une teneur en plomb jugée trop élevée dans certains paquets de nouilles instantanées de la marque Maggi pourrait coûter 90 millions d'euros à Nestlé. Le gouvernement indien a annoncé mercredi 12 août qu'il réclamait au géant suisse une telle somme à titre de dommages et intérêts, après l'interdiction prononcée par le régulateur de commercialiser ce produit sur le territoire indien.

Le gouvernement a saisi la Commission nationale chargée des réparations en matière de différends liés à la consommation (NCDRC), la plus haute instance indienne pour ces questions, pour demander 6.400 millions de roupies à la branche indienne du groupe d'alimentation. "Nous avons fait valoir auprès de la Commission de la réparation les pratiques commerciales déloyales (de Nestlé) et la cour va à présent les convoquer pour entendre leurs arguments", a précisé le ministère de la Consommation.

Nestlé conteste l'interdiction de vente

Le 5 juin, le régulateur indien (FSSAI) avait demandé au géant suisse de cesser la production et la distribution des neuf variétés de nouilles instantanées de la marque Maggi, jugées "non sûres et dangereuses pour la consommation", pour cause de teneur trop élevée en plomb. Nestlé a retiré ses nouilles des rayons indiens, mais dément les accusations de l'Inde et continue à les vendre ailleurs. Le groupe conteste l'interdiction de vente de ses nouilles devant la Haute cour de Bombay.

Un porte-parole de la branche indienne de Nestlé a déclaré que le groupe n'avait pas encore été informé officiellement de la démarche du gouvernement auprès de la NCDRC, qui a le pouvoir de condamner les entreprises à des amendes.

"Nous serons en mesure de fournir une réponse circonstanciée une fois en possession des documents officiels", a néanmoins déclaré Himanshu Manglik.

Nestlé leader du marché

La marque Maggi est présente depuis trois décennies en Inde et comptait avant l'interdiction pour 80% du marché des nouilles instantanées. Le produit -vendu comme un aliment sain et rapide à préparer- a gagné en popularité auprès des Indiens toujours plus nombreux à quitter le domicile familial pour étudier ou chercher du travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2015 à 15:07 :
Devant la montée en puissance des nouveaux prétendants de l'agroalimentaire ou du "household", les produits vendus en hypers, les anciens comme Nestlé ou Unilever sont à la recherche de solutions de rechange. Leur taille permet encore une réflexion sereine. L'aspect d'une diversification géographique favorise aussi un appui pour sauter le pas. Rien d'évident. Il se dit que Nestlé voudrait vendre son "eau", un bloc d'environ 6 milliards pour aller vers la cosmétique ou du moins les soins du corps, une fois la participation dans l'Oréal reprise en totalité par ce dernier. En face l'américain J&J sert le plomb (lui aussi) tandis que les groupes français sont protégés par la marque "France" ou "Paris" indépassable en la matière. Dans l'agro Coca et Pepsico sont décidés à évoluer franchement alors qu'en dessous Danone semble prêt à tout avec la fulgurance dont on sait les français capables. Le suisse voudrait bien payer pour cette affaire qui fait de lui de par le monde un marchand de nouilles avariées voire de soupe. Mauvais pour l'image, mais payer revient à plaider coupable, plutôt négocier, vite. En France les hypers ont décidé, après ses contestations ridicules, de lui taper franchement sur la tête. Il lui faudra réagir et beaucoup communiquer.
a écrit le 12/08/2015 à 16:53 :
Si les nouilles sont plus lourdes en raison du plomb, elles peuvent se vendre moins cher au kilo. Cela me rappelle un peu l'histoire du jambon dans lequel on injecte de l'eau pour le rendre plus lourd et donc optimiser le prix en vendant de l'eau au prix de la viande :-) Heureusement que des pays comme la Russie répriment ce genre de comportement !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :