Tabac : BAT propose 43 milliards d'euros pour racheter Reynolds

Avec cette opération, le groupe britannique posséderait la totalité des parts de son concurrent américain.
BAT possède notamment la marque Pall Mall.
BAT possède notamment la marque Pall Mall. (Crédits : Reuters)

British American Tobacco (BAT) a annoncé vendredi qu'il allait racheter l'américain Reynolds pour 47 milliards de dollars (43 milliards d'euros). BAT va dépenser cette somme en cash et en actions pour racheter le reste du capital de son concurrent (57,8%) qu'il ne possédait pas encore.

Le groupe britannique, qui possède entre autres les marques Dunhill, Lucky Strike, Kent, et Pall Mall a annoncé dans un communiqué qu'il avait présenté cette proposition au conseil d'administration de Reynolds (marque Camel). Aucune négociation formelle n'a toutefois été conduite jusqu'à présent, a-t-il précisé. L'année dernière, BAT a réalisé un chiffre d'affaires de 16,6 milliards d'euros. Avec cette opération, il deviendrait le numéro un du tabac aux Etats-Unis, et première entreprise cotée de tabac du monde en terme de chiffre d'affaires et de bénéfice opérationnel.

Nombreux obstacles à franchir

Pour parvenir à ses fins, BAT offre 56,50 dollars par action Reynolds, composés de 24,13 dollars en cash et 32,37 dollars avec ses propres actions. L'offre représente une prime de 20% par rapport à la valeur du titre Reynolds à la clôture de la Bourse de New York jeudi. Avec cette proposition, Reynolds est valorisée à hauteur de 93 milliards de dollars, a précisé le groupe britannique.

BAT est actionnaire de Reynolds depuis 2004. Ce dernier s'est notoirement renforcé l'an passé: numéro deux du marché américain, Reynolds a acquis le numéro trois, son concurrent Lorillard (cigarettes mentholées Newport). Ce faisant, Reynolds se posait en concurrent plus redoutable d'Altria, le propriétaire des célèbres Marlboro, en accélérant dans les secteurs en croissance de la cigarette électronique et des cigares.

La transaction proposée devra toutefois franchir de nombreuses obstacles: elle devra être validée par les administrateurs indépendants de Reynolds, c'est-à-dire ceux qui n'ont pas été désignés par son actionnaire BAT, ainsi que par les actionnaires des deux groupes, avant de passer sous l'œil des autorités de régulation.

(Avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.