Renault doute : l'affaire d'espionnage s'effrite, Pélata se pose en fusible de Ghosn

 |   |  716  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
"Un certain nombre d'éléments nous amènent à douter", a déclaré Patrick Pélata, numéro deux du constructeur français, selon Le Figaro. Les cadres mis à pied pourraient être réintégrés et la responsabilité du groupe être engagée, "si tous les doutes sont levés". De son côté, Christine Lagarde veut "tirer toutes les conséquences" de cette affaire.

Pour la première fois, Renault laisse entendre que l'affaire d'espionnage présumé au sein du groupe pourrait être en fait une manipulation, dans un entretien accordé par son numéro deux au quotidien Le Figaro. Patrick Pélata, directeur général délégué, ajoute que si l'enquête ne concluait pas à des faits d'espionnage, les cadres mis à pied seraient réintégrés et sa responsabilité pourrait être engagée.

Renault a porté plainte en janvier contre trois cadres travaillant sur le projet de voiture électrique, sur le fondement d'une enquête privée menée après des lettres anonymes les mettant en cause. La société les accuse d'avoir reçu de l'argent de sociétés en lien avec la Chine.

Les cadres, Bertrand Rochette, Matthieu Tenenbaum et Michel Balthazard, visés par une procédure de licenciement, se disent innocents et ont porté plainte pour dénonciation calomnieuse ou diffamation.

L'enquête menée par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), sous la conduite du parquet de Paris, vise à vérifier les éléments produits par Renault et provenant d'une enquête privée menée par un seul homme.

Le numéro deux de Renaut veut faire toute la lumière sur l'affaire. "Un certain nombre d'éléments nous amènent à douter", déclare Patrick Pélata, dans l'entretien publié jeudi sur le site internet du Figaro. Si Renault est en fait victime d'une manipulation, "si tous les doutes sont levés, nous proposerons la réintégration des trois cadres et, dans tous les cas, Renault sera très attentif à réparer toute injustice", poursuit-il.

"Quand l'enquête sera terminée, nous en tirerons toutes les conséquences jusqu'au niveau le plus haut de l'entreprise, c'est-à-dire jusqu'à moi. Carlos Ghosn, président de Renault et Nissan, décidera et s'exprimera lorsque l'enquête sera définitivement close et que le procureur en aura donné toutes les conclusions", déclare encore Patrick Pélata.

Lagarde dit vouloir "tirer toutes les conséquences"

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde s'est exprimée ce vendredi sur le sujet sur la radio RMC. Elle a déclaré que "la recherche de la vérité (me) paraît la plus importante des priorités dans ce dossier". Elle a ajouté : "j'en tirerai toutes les conséquences au niveau des responsabilités, y compris en ce qui me concerne".

Suisse et Liechtenstein sollicités

L'avocat de Renault, Jean Reinhart, avait auparavant déclaré que l'entreprise n'avait aucune raison à ce stade de modifier sa plainte pour espionnage, malgré les doutes qui s'accumulent.

Un haut magistrat a cependant confirmé que la thèse d'une manipulation était envisagée, tout en ajoutant qu'il n'était pas possible de conclure à ce stade de l'enquête.

Le parquet a sollicité l'aide de la Suisse et du Liechtenstein, où, selon Renault, deux des trois cadres détiendraient des comptes numérotés où aurait été versé l'argent de la supposée corruption.

"Seuls les résultats des demandes d'entraide à l'étranger (en Suisse et au Liechtenstein - NDLR) nous permettrons d'éclaircir cette affaire et de pencher pour une hypothèse", a dit ce magistrat à Reuters.

La Suisse a fait savoir oralement aux enquêteurs que les cadres n'avaient pas de comptes bancaires à leurs noms, mais les recherches ne sont pas encore finalisées, Renault ayant fourni des numéros de comptes, a-t-on appris de source judiciaire.

Le Liechtenstein, traditionnellement peu coopératif en matière d'entraide judiciaire, a donné des "assurances" que l'enquête serait réalisée. Le parquet espère des résultats "très prochainement", a-t-on expliqué.

Philippe Clogenson, ancien du groupe au losange licencié il y a deux ans, a par ailleurs témoigné jeudi dans la presse pour assurer avoir été victime d'une manipulation qu'il voit comme similaire.

"Une personne m'a annoncé qu'elle détenait la preuve que je recevais de l'argent de la part des prestataires, via des sociétés écrans sur des comptes à l'étranger, et que ça avait été vérifié par la sécurité du groupe", a raconté l'ancien cadre sur Europe 1, confirmant un témoignage révélé par Le Parisien.

"J'ai été abasourdi par rapport à ces accusations", a-t-il ajouté, parlant de machination.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2011 à 12:37 :
Toutes ces entreprises qui engagent des retraités de l'Armée et de la Police (pas trop fatigués puisqu'à la retraite à 50-55 ans) devraient y réfléchir à 2 fois. Bien fait pour elles. Cela devrait être encadré par les Pouvoirs publics. Retraite ou emploi : il faut choisir !
a écrit le 05/03/2011 à 17:32 :
on retient que ces cadres ont ete accuses pour rien. on oublie que l'image de la chine est salie a volonte ? Qu'est-ce que c'est cette histoire ?!
a écrit le 05/03/2011 à 14:39 :
ce n/est pas Péleta qui doit quitter Renault,mais Ghosn.
------------------------------------------------------------------------
a écrit le 04/03/2011 à 17:10 :
c'est une histoire lamentable.
Il est nécessaire de rappeler que l'entretien préalable au licenciement est :
- d'une part un entretien qui permet à l'employeur d'énoncer des griefs vérifiables, à l'employé de se défendre
-d'autre part, la décision doit être arrêtée après le jour franc suivant l'entretien.
Comme chacun peut s'en douter, cela n'est jamais fait ainsi. L'employeur convoque pour virer quelqu'un et est sûr de son coup. Dans le cas contraire, on pourrait douter de ses capacités...
Autant Pelata que Ghosn doivent démissionner car manifestement, ils ont fait preuve d'impéritie.
Un manque de capacité de discernement, un manque de respect de procédures "sécuritaires", un manque total de communication en bonne et due forme.
Même si les personnes sont réintégrées, le mal a été fait; c'est comme si la direction avait coupé les jambes à quelqu'un pour ensuite lui mettre des prothèses. Ubuesque, cette décision de réintégrer. Il faut payer, cher, très cher!!
Voilà mon opinion.Et vous qu'en pensez-vous??
Bwana
a écrit le 04/03/2011 à 17:01 :
Où sont donc passés toutes les preuves et recoupements de ces preuves dont Mr. Ghosn nous a bassiné pendant ces dernières semaines. Je crois que la meilleure preuve qu'il pourrait maintenant apporter est celle de sa capacité à assumer ses âneries et démissionner.
a écrit le 04/03/2011 à 17:01 :
les autocrates sont mauvais pour l' entreprise.
a écrit le 04/03/2011 à 14:49 :
Et pourquoi ce ne serait pas M° Carlos Ghosn qui démissionnerait à la place du numéro 2, c'est tellement facile d'avoir un fusible à faire sauter...assumez vos responsabilités de chef d'entreprise...
a écrit le 04/03/2011 à 14:24 :
ON VOIT LE NIVEAU DE PATRONS PAYES PAS LOIN DE 10 MILLIONS D'EUROS SI JE NE M'ABUSE.
a écrit le 04/03/2011 à 12:25 :
Et si l'ancien cadre s'était vengé?
a écrit le 04/03/2011 à 11:15 :
A la place de ces 3 cadres de RENAULT, je demanderais une compensation financière importante, mais en aucun cas je ne reviendrai travailler chez Renault, car leur vie sera un enfer. Je connais ce genre d'entreprise pour avoir travaillé chez un constructeur automobile, et je parie que Carlos Ghosn, qui s'est ridiculisé dans cette affaire, sera sans pitié et fera tout pour avoir leur peau.
a écrit le 04/03/2011 à 10:24 :
Nous nous en doutions que cela sentait le coup fourré, mais si l'ambiance est si pourrie entre collègues Renault a du ménage à faire autrement que d'accuser trop facilement.
a écrit le 04/03/2011 à 10:09 :
P. Pelata fait montre de courage et de rectitude, c'est bien. Et son discours est tout de même plus clair que celui de C Ghosn en début d'année. Comment celui-ci a-t-il pu se laisser berner à ce point?
a écrit le 04/03/2011 à 8:47 :
Bien dit et dans le mille Babylony!
a écrit le 04/03/2011 à 8:37 :
Dans cette minable affaire Renault, le Ministre Besson a cru bon mettre son grin de sel et in finé il a montré tout son amateurisme en faisant des déclarations irresponsables au regard des pays étranger qui auraient fait un espionage IMMAGINAIRE Bofff bofff pauvres politicards qui sont de vrais gamins dans une cour d'école
a écrit le 04/03/2011 à 7:58 :
Après la pédale douce qui s'emballe, le 4 X 4 pour partir en couille (KALEOS), voici la fonte des plombs qui est annoncé. Renault se corroderait-il au contact de l'innovation?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :