En Chine, Volkswagen roulera électrique sous la marque Kaili

 |   |  336  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le premier constructeur automobile d'Europe va développer, avec le groupe local FAW, des voitures électriques qui seront vendus sur le marché chinois sous cette marque nouvellement créée.

Située dans le sud de la Chine, la tranquille ville de Kaili ne devrait pas figurer parmi les premières à voir circuler dans ses rues des véhicules électriques. Mais les habitants de cette région réputées pour les villages traditionnels de ses minorités Miao, apprécieront sans doute la publicité indirecte qu'a choisi de leur faire Volkswagen en faisant du nom de leur préfecture la marque qui doit lui permettre de partir à l'assaut du marché chinois sur le créneau prometteur des voitures électriques. 

Kaili est en effet la marque choisie par Volkswagen et son partenaire FAW pour séduire les citadins chinois. Le modèle mis au point par le numéro un européen a été approuvé le 3 mai par le ministère chinois de l'Industrie. Volkswagen, qui a annoncé cette approbation officielle ce mercredi, se dit en mesure de démarrer sa production probablement d'ici la fin 2013 ou, au pire, au début de l'année suivante.

Un marché prometteur

Avec ce partenariat, Volkswagen rejoint sur le marché chinois du véhicule électrique d'autres acteurs mondiaux, parmi lesquels l'allemand Daimler, l'américain General Motors et le japonais Nissan. Il faut dire que le marché est prometteur. En juin dernier, la Chine a dévoilé dans cinq villes un projet pilote qui prévoit d'accorder des subventions aux acquéreurs de véhicules efficaces sur le plan énergétique. D'où l'empressement des géants automobiles étrangers.

GM a ainsi commencé à fabriquer la version électrique de sa Chevrolet Sail via un partenariat avec SAIC. Nissan, qui se lance sur ce marché avec Dongfeng, a signé un accord avec la municipalité de Wuhan pour promouvoir conjointement son modèle Leaf dans cette ville du centre de la Chine. De son côté, le concurrent allemand de VW, Daimler, a dévoilé voici un peu plus d'un an le projet qu'il mène avec BYD, un fabricant chinois de batteries et de voitures soutenu par le milliardaire américain Warren Buffet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2011 à 15:45 :
C'est un peu par anticipation la stratégie Renault pour ce pays. Mais la question de fond reste : comment la Chine va-t-elle fournir de l'énergie pour ses gros modèles familliaux en vogue généralisée ? Va-t-elle se diriger vers de plus petites voitures "individuelles" et non plus collectives (on achète souvent une voiture pour plusieurs foyers d'une même famille, en partage tournant) dont Renault est le grand champion ? Le 4ème constructeur mondial dirigé par Carlos Ghosn semble tenir la stratégie gagnante.
a écrit le 11/05/2011 à 17:59 :
Puisque la chine promet des aides à la voiture électrique.L'Europe ne pourrait pas aussi accorder cet importance sur notre propre sol .Peut-on concurrencer la chine sur le long terme, ou seront nous éternellement dans la spectative.
Réponse de le 13/05/2011 à 22:34 :
@Massilia, En France en tout cas il y a 5000 euros de bonus écologique pour un véhicule électrique, ça ne vous suffit pas ?
Réponse de le 04/05/2012 à 17:30 :
non ça ne suffit pas, c' est toujours trop cher, une voiture thermique s' acquiers aujourd' hui dans les 6000euros, et on a déja pas les moyens de les acheters, et vous voudriez qu' on achète une voiture électrique dans les 20000euros...? je crois qu' il faudrait déja retomber les pieds sur terre, la voiture électrique c' est pas pour demain, et pourtant je rêverais bien de rouler sur tesla roadster sport, donc vous voyez je ne suis pas non plus anti-électrique mais simplement objectif...
a écrit le 11/05/2011 à 10:45 :
C'est vrai on est trop c... en Europe pour rouler électrique ! Merci à WV de donner 0 pollution (dans les villes il faut bien créer de l'électricité quelque part !) Dans tout les cas voila la preuve que nous auron plus aucunes chances d'innover tant qu'il y aura des pétroliers pour diriger nos pays et dicter ce qu'il faut faire un comble pour la France qui revendique l'héritage de DE GAULLE!
Réponse de le 13/05/2011 à 22:33 :
1) Quand Renault disait qu'il se lançait dans l'électrique avec des investissement dans une capacité de 250 000 vehicules par an soit 10% de sa production actuelle, le pédégé de VW disait qu'il n'y croyait pas. Le voilà qui se réveille... mais en Chine. Toujours rien pour l'Europe ?
2) Que dirait-on si cette annonce émanait de Renault ? Que Renault délocalise ? (alors qu'il s'agit du marché local chinois qui est visé)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :