Renault-Samsung suspend la production en Corée

 |   |  303  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le site de Busan chômera dix jours ce mois-ci. Les modèles ne réussissent pas à s'imposer, ni sur le marché local ni à l'export.

La filiale sud-coréenne de Renault a annoncé jeudi une suspension de production dans son usine de Busan. Et ce, pour dix jours dans le courant de décembre. "Nous ajustons la production et réduisons les stocks pour faire face à la hausse des prix du pétrole, à la volatilité des marchés d'actions et aux problèmes de dette en zone euro", affirme un porte-parole de Renault Samsung cité par l'agence Reuters. "Nous prévoyons de normaliser à nouveau la production le mois prochain", a-t-il ajouté.

Les ventes de Renault Samsung en Corée ont reculé de 30% sur onze mois, alors que le marché dans son ensemble progressait de 1,2%. Les exportations ont certes bondi de 30% sur la période, mais sont en chute de 24% sur novembre. "Le nouveau modèle SM7 (limousine de haut de gamme) de Renault Samsung s'en sort très mal et son SM5 peine à concurrencer ses rivales Sonata de Hyundai et K5 de Kia", relève Kim Yong-soo, analyste chez SK Securities.

Le site de Busan, d'une capacité de 300.000 unités annuelles, produit pour le marché local mais aussi pour l'export vers la Chine et l'Europe notamment. A l'étranger, les modèles sont vendus sous le label Renault. Le 4x4 Koleos n'a pas remporté le succès espéré. Conçu avec l'aide de Nissan, ce modèle aux excellentes prestations mais trop fade de ligne et de présentation intérieure, ne s'est pas imposé sur le marché local, où son prix initialement élevé l'a, de plus, desservi. A l'export, il a échoué face aux Volkswagen Tiguan, Nissan Qashqai, Ford Kuga. Quant à la réccente grande berline Latitude (SM5 en Corée), extrapolée d'une Laguna, elle souffre aussi d'une esthétique banale et d'une ambiance intérieure peu en rapport avec son positionnement haut de gamme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2011 à 20:03 :
renault,
quand c beau , c'est pas fiable ,
quand c 'est fiable, c' est pas beau
( sauf clio3 )
a écrit le 08/12/2011 à 14:20 :
On ne comprend rien à la politique désastreuse et aventureuse de la direction de Renault. Honteb aux dirigeants et en particulier au Pdt multinational et finalement inconséquent. Quant vous pensez que l'Espace alors avangardiste ne sera renouvellez dans sa dernière version qu'après 14 ans de vie. Quid de le confusion d'an les gammes, etc, etc, etc. Honte à eux
a écrit le 08/12/2011 à 10:51 :
Renault est mené vers l'agonie par l'équipe dirigeante emmenée par Ghosn, Pelatta et leurs sbires. De vrais traitres de la Nation Française. L'Etat français doit confisquer les actions de Renault pour sanctionner les administrateurs de leur comportement traitre pendant cette guerre économique quio nefait que commencer.
a écrit le 08/12/2011 à 10:13 :
Renault est mondial soit; mais souffre de son positionnement parfois incompréhensible.
Pourquoi sur un même marché KOLEOS et QASHQAI qui ne peuvent que se phagocyter voire brouiller les images de marque pour le client lambda.
Réponse de le 08/12/2011 à 10:30 :
Ah non, le Koleos est moche et le Qashqai est joli. Pas de risque de cannibalisme des marques la dessus. Le moche c'est pour Renault et le beau c'est pour Nissan
a écrit le 08/12/2011 à 9:57 :
Toujours la conséquence des politiques fadasses de Ghosn.

Ni visionaire, encore moins esthète, tout juste un épicier en gros, une énorme erreur de casting pour Renault.
Quand redeviendra simple responsable des achats ?

Avec son prédécesseur, au moins, les renaults étaient belles, l'expansion audacieuse (Dacia, Samsung, Nissan...), avec Gohsn....où sont les résultats à part le très réussi dégraissage de Nissan ?
Réponse de le 08/12/2011 à 15:01 :
Je partage cette analyse.
Il leur faut une vision produit et marché digne de ce nom.
On verra si le pari électrique marchera.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :